Farvardin-Yesht (Chapitre 13)
Onelittleangel > > Farvardin-Yesht (Chapitre 13)  :
(159 Versets | Page 1 / 4)

Version Afficher Taille
FrançaisOui | NonA- | A | A+


13.0

K hshnaothra à Ahura-Mazda... Khshnaothra aux Fravashis des jsutes, forts, impétueux, aux Fravashis de la loi première et des Nabânazdistas ; pour leur honneur, leur gloire, etc.


13.1

A hura-Mazda dit au saint Zoroastre : je veux proclamer devant toi, ô pur Çpitama, la force, la puissance, l'éclat, le secours et la joie des Fravashis des purs, puissants, prompts, afin [216] qu'ils viennent à mon secours, afin qu'ils me portent secours les puissants Fravashis des justes.


13.2

P ar leur éclat et leur majesté je puis supporter ce ciel, ô Zarathustra ! ce ciel qui brille dans les hauteurs (célestes), qui se voit au loin, et qui touche et entoure cette terre ;


13.3

R essemblant à un tissu qui s'élève corne une oeuvre céleste, solide, aux limites lointaines, fait de fer, à l'éclat pur, (s'étendant) sur les trois parties de la terre ; qu'Ahura-Mazda revêt comme un vêtement orné d'étoiles, de construction spirituelle, aidé de Mithra, de Rashnu et de la sainte Armaiti et dont les limites ne se voient point dans quelque direction que ce soit.


13.4

P ar leur éclat et leur splendeur je conserve, ô Zarathustra, Ardviçûra Anâhita coulant à larges flots, salutaire, expulsant les Dévas, soumise à la loi d'Ahura, digne de louange pour le monde corporel, digne de respect pour le monde corporel, eau pure qui développe l'activité des êtres ; pure, faisant prospérer les possessions terrestres ; pure, développant la richesse ; pure, faisant prospérer le pays ;


13.5

E lle qui purifie le germe de tous les hommes, le sein de toutes les femmes pour l'enfantement ; qui rend toutes les femmes heureuses génératrices et leur donne un lait convenable, venu en son temps ;


13.6

A nâhita, élevée, au loin célèbre, aussi vaste que toutes les eaux qui coulent sur cette terre, qui coule avec force du haut du Hukairya vers la mer Vourukasha.


13.7

T outes les rives de cette mer touchent (l'eau), le milieu (la) touche également, lorsque s'élance, lorsque coule sur eux Ardviçûra Anâhita aux mille réservoirs, aux mille canaux. Chacun de ces réservoirs, chacun de ces canaux est long de quarante fois le chemin que parcourt en un jour un cavalier bien monté.


13.8

L es canaux de cette seule eau viennent se répandre sur les sept Karshvars et amènent constamment de cette eau, en été comme en hiver. Cette eau mienne purifie le semen des hommes, le sein des femmes, le lait des femmes.


13.9

P ar leur éclat et leur splendeur, ô Zarathustra, je maintiens la vaste terre, créée par Ahura, cette terre grande, étendue, qui produit l'abondance brillante, qui porte tout l'être corporel vivant et mort et les montagnes élevées aux nombreux pâturages, aux eaux abondantes. [217]


13.10

S ur laquelle les eaux, répandues en nombreux courants, coulent par canaux ; sur laquelle des plantes de nombreuses espèces croissent du sol, pour l'entretien des troupeaux et des hommes, pour l'entretien des contrées aryaques, pour celui de la vache aux cinq liens, pour l'avantage des hommes purs.


13.11

P ar leur éclat et leur splendeur, je maintiens, ô Zarathustra, dans (le sein des) mères les fils bien enfermés, préservés de la mort jusqu'à la délivrance régulière, de sorte que dans les involucra 30 je fasse développer les os, le poil, les muscles, la taille, les jambes et les membres sexuels.


13.12

C ar si les puissants et redoutables Fravashis des justes ne me prêtaient point assistance, il n'y aurait point pour moi d'hommes ni de troupeaux de cent espèces et parfaits. À la Druje appartiendrait la force ; à la Druje la puissance, à la Druje le monde corporel.


13.13

E n la terre et dans le ciel, les deux esprits prospéreraient pour la Druje : en la terre et dans le ciel, les deux esprits combattraient pour la Druje. Anro-Mainyus ne céderait plus à Çpenta-Mainyus qui l'accable de coups.


13.14

P ar leur éclat et leur majesté, les eaux coulent, en flots continus, aux sources intarissables ; par leur éclat et leur splendeur, les plantes croissent de la terre près des sources intarissables ; par leur éclat et leur majesté, le vent s'élevant des nuages souffle près des sources intarissables.


13.15

P ar leur éclat et leur splendeur, les femmes conçoivent leurs fils. Par leur éclat et leur splendeur, elles engendrent d'un heureux enfantement. - Par leur éclat et leur majesté, elles obtiennent des fils.


13.16

P ar leur éclat et leur splendeur, l'homme naît, intelligent, manifestant ses pensées, entendant bien ce que l'on dit, en qui est déposée l'intelligence, qui échappe aux questions du méchant Gaotama 31. Par leur éclat et leur splendeur, le soleil se meut sur sa route - Par leur éclat et leur majesté la lune et les étoiles se meuvent sur leur route.


13.17

D ans les combats violents ils sont les plus puissants à porter secours, les Fravashis des justes. Ceux-là sont les plus puissants des Fravashis des justes, ô Çpitama, ceux des premiers croyants et ceux des Çoshyants non encore nés, qui doivent [218] régénérer le monde. Des Fravashis des autres hommes, Zarathustra, ceux des vivants sont plus puissants que ceux des morts, ô Çpitama.


13.18

L 'homme qui, vivant, fait des offrandes parfaites aux Fravashis des justes, (de chef d'une contrée) devient souverain suprême. Celui-là, quel qu'il soit, deviendra maître absolu, qui fait des offrandes parfaites à Mithra qui s'étend au loin sur les campagnes et à Arstât qui fait prospérer et croître les biens terrestres.


13.19

A insi je proclame devant toi, ô Zarathustra, la vigueur, la force, l'éclat, le secours et la félicité des Fravashis des justes, redoutables, impétueux ; ainsi ils viennent à mon secours, ainsi ils me prêtent assistance, les Fravashis des justes.


13.20

A hura-Mazda dit à Zoroastre-le-saint : Si dans ce monde corporel, ô saint Zarathustra, il vient en ton chemin quelque objet d'un éclat redoutable, quelque méchant inspirant la terreur et qui soit à redouter pour (ton) corps, alors dis ces paroles, prononce ces prières victorieuses :


13.21

J e loue les bons, puissants et saints Fravashis des justes, je les invoque, je les exalte, je les honore, ceux des demeures comme ceux des viçs,


13.22

Q ui soutiennent le ciel, qui soutiennent l'eau, qui soutiennent la terre, qui conservent le bétail et dans (le sein) des mères enceintes les fils bien enfermés, préservés de la mort jusqu'à la délivrance régulière, de sorte que dans les involucra je fasse développer les os, le poil, les muscles, la taille, les jambes et les membres sexuels ;


13.23

Q ui soutiennent avec force, à la marche redoutable, allant de leur propre mouvement, montés en char, à la marche rapide et précipitée, prompts dans les bonnes actions, prompts à la victoire, prompts dans les combats ;


13.24

Q ui donnent la victoire à celui qui les invoque, qui accordent leur faveur à celui qui les aime, qui donnent la santé [219] au malade et la bonne splendeur à celui qui les invoque en leur offrant un sacrifice et les satisfaisant, et leur présentant des Zaothras.


13.25

Q ui viennent le plus (souvent) là où les justes sont le plus attachés à la pureté, là où (leur sont données) les plus grandes marques d'honneur, où l'homme juste est contenté, là où l'homme juste n'est point maltraité.


13.26

N ous honorons les bons, puissants et purs Fravashis des justes, les plus puissants des monteurs de chars, les plus rapides des guerriers, s'avançant portés en char, les moins bruyants de ceux qui font entendre leur voix, les plus fortes à soutenir d'entre les poutres, les plus sûres des armes, les plus sûrs des boucliers, dont l'action manque moins le but.


13.27

I ls sont la force là où ils viennent, ces Fravashis, bons et parfaits ; nous honorons ces bons, forts et saints Fravashis des justes, (en tenant) les Bareçmas étendus. Ils sont prompts dans les luttes victorieuses, dans les combats ; ils sont là où les hommes puissants et actifs combattent dans les luttes pour la victoire.


13.28

C e sont eux qu'Ahura-Mazda appela à son secours ; à son secours comme soutiens, de ce ciel, de la terre, de l'eau, de la plante et de la vache ; lorsque Çpenta-Mainyus voulait soutenir le ciel et la terre, et l'eau, et la plante, et la vache, et dans le sein des femmes enceintes le fils bien enfermé, etc. (V. § 10). Çpenta-Mainyus les soutient,


13.29

C es (Fravashis) puissants, silencieux, à la vue excellente, aux yeux actifs, écoutant (tout), toujours réjouis, ces Fravashis élevés, (qui habitent les hauteurs), à la haute ceinture, aux belles demeures, aux vastes demeures, parcourant l'espace immense, possédant la plénitude des biens, jetant au loin l'écume, renommés ; ils soutiennent le ciel.


13.30

N ous honorons les bons, puissants et saints Fravashis des justes, bons compagnons, bons voisins, (très favorables) aux amitiés durables ; très bons à servir, quand ils ne sont point offensés, pour les hommes de bien ; les Fravashis excellents, [220] qui habitent les profondeurs (des cieux), brillant au loin, guérissant les maux, célèbres, qui frappent dans les combats et n'offensent pas les premiers.


13.31

N ous honorons... ces Fravashis aux joies redoutables pour ceux qui nuisent, qui agissent avec puissance, qui développent toutes choses, qui du dessus (du champ) de bataille brisent les bras vigoureux des ennemis qui se plaisent à nuire.


13.32

N ous honorons ces Fravashis... généreux, puissants, pleins de force, incompréhensibles, brillants, protecteurs, qui guérissent les maux en employant les moyens de guérir d'Ashi-Vanuhi, (lesquels sont) de l'étendue de la terre, de la longueur d'un fleuve, de la hauteur du soleil.


13.33

N ous honorons les Fravashis... puissants dans leur action, portant des armes protectrices, formant les armées en bataille, répandant la terreur, voyant au loin ; brisant la haine de tous ceux qui nuisent, Dévas et mortels, abattant (par la force) les ennemis, à leur gré et bon plaisir.


13.34

V ous mettez au pouvoir du bon la victoire créée par Mazda et la supériorité triomphante, ô vous, qui procurez tous les avantages à ces contrées, lorsque (vous, qui êtes) bons, vous n'êtes point offensés, (mais que vous êtes) satisfaits, sans blessures, nullement peinés ; ô vous (qui êtes) dignes de sacrifice et d'hommage, libres dans la marche pour atteindre où vous voulez.


13.35

N ous honorons les Fravashis, célèbres, luttant dans les combats, très forts, portant des boucliers, intrépides, que les justes appellent à (leur) secours et celui qui assaille et celui qui est assailli ; pour échapper invoque l'assaillant, pour échapper (invoque) l'assailli.


13.36

Q ui viennent le plus, là où les hommes purs sont le plus attachés à la pureté, où les offrandes les plus considérables [221] (leur sont faites), où le juste est satisfait, où le juste n'est point maltraité.


13.37

N ous honorons les Fravashis... aux nombreuses armées, aux cent armes, aux étendards levés, brillants, qui, dans les combats terribles, descendent vers les Khstavis 32, lorsque ces vaillants guerriers dirigent le combat contre les Dânus.


13.38

V ous, alors, vous détruisez la victoire des Dânus touraniens ; vous, alors, vous abattez la haine des Dânus touraniens ; par vous, les chefs de clans deviendront vaillants, brillants, d'un puissant secours, eux qui sont les forts Khstavis, les puissants sauveurs, les puissants vainqueurs ; sanglante est par leurs armes la postérité des Dânus aux mille chefs.


13.39

N ous honorons les Fravashis... qui pour arrêter les armées rangées en bataille brisent les ailes et font plier le centre, et s'élancent aussitôt après pour secourir les purs et écraser les hommes aux actes criminels.


13.40

N ous honorons les Fravashis... actifs, impétueux, vainqueurs, combattant des combats, frappant avec force, abattant, allant çà et là, écoutant, tout oreilles, à l'âme céleste, purs ; qui donnent la victoire à celui qui les invoque, qui donnent leur faveur à celui qui les honore, qui donnent la vigueur au malade,


13.41

Q ui donnent la bonne splendeur à celui qui les honore d'un culte comme le fit le pur Zarathustra, chef du monde corporel, tête du monde bipède, venu pour (coopérer) à chaque oeuvre (de la loi), redoutable pour tout ce qui tourmente,


13.42

Q ui convenablement invoqués, très favorables de disposition ; convenablement invoqués, viennent invisiblement au secours, du haut du ciel, acquérant une force bien conditionnée, et la victoire créée par Ahura et la supériorité victorieuse et l'utilité qui procure des biens, qui apporte des dons, pure, et la satiété digne d'un culte et d'hommage, conformément à la pureté parfaite.[222]


13.43

C es Fravashis répandent entre le ciel et la terre (la constellation) Çatavaeça qui verse l'eau en faisant entendre son bruit, qui verse l'eau faisant croître les plantes pour l'entretien du bétail et de l'homme, pour l'entretien des contrées aryaques, pour l'entretien de la vache aux cinq liens, pour le soutien des hommes purs.


13.44

E ntre le ciel et la terre, Çatavaeça s'avance, versant l'eau, en faisant entendre son bruit, versant l'eau et faisant croître les plantes, brillant, lumineux, éclatant, pour l'entretien du bétail et de l'homme, pour l'entretien des contrées aryaques, pour l'entretien de la vache aux cinq liens, pour le soutien des hommes purs.


13.45

N ous honorons les Fravashis... au casque de fer, aux armes de fer, à la cuirasse de fer, qui combattent dans les (combats), victorieux et pleins d'éclat, rapides dans leurs courses, armés de lances, s'avançant à cheval pour tuer mille Dévas, lorsque souffle entre (leurs rangs) un vent qui leur apporte l'odeur des hommes.


13.46

C es hommes les reconnaissent ; eux en qui est l'odeur de la victoire ; ils apportent des offrandes, aux bons, puissants et saints Fravashis des justes avant qu'on saisisse les traits, avant que (les guerriers) lèvent les bras.


13.47

D u côté où on leur offre le premier sacrifice, d'un esprit plein de foi, d'un coeur dévoué, là viennent les redoutables Fravashis des justes avec Mithra et Rashnu et la redoutable malédiction de la pensée et avec le vent victorieux.


13.48

I ls accablent les contrées frappées de coups, tuent cinquante guerriers avec les çataghnas, cent avec les hazanraghnas ; mille avec les baevareghnas ; dix mille par les armes qui tuent un nombre innombrable (d'ennemis) ; là où viennent les redoutables Fravashis des justes avec Mithra et Rashnu et la terrible malédiction de la pensée et le vent victorieux.


13.49

H onorons les bons, puissants et saints Fravashis des justes qui reviennent au viç 33, au Gah Hamaçpathmaêdaya, et là circulent pendant dix nuits, désirant connaître le secours (qu'on leur demande) : [223]



Page:  1 |

Menu livre ↑