Sutra du Diamand (Vajracchedikā Prajñāpāramitā)
Onelittleangel > > Sutra du Diamand (Vajracchedikā Prajñāpāramitā)  >
(32 Verses | Page 1 / 1)

Version Afficher Taille
Chinois Trad.Oui | NonA- | A | A+
FrançaisOui | NonA- | A | A+
Chinese + PiyinOui | NonA- | A | A+


1.1

如是我聞,一時,佛在舍衛國祗樹給孤獨園,與大比丘眾千二百五十人俱。爾時,世尊食時,著衣持缽,入舍衛大城乞食。於其城中,次第乞已,還至本處。飯食訖,收衣缽,洗足已,敷座而坐。

A insi ai-je une fois entendu. Le Seigneur résidait à Sravasti, dans le bois de Jeta, dans le jardin d'Anathapindika, avec une grande assemblée de mille deux cent cinquante moines, et avec de nombreux Bodhisattvas, des grands êtres. Tôt le matin le Seigneur s'habilla, mit sa robe, prit son bol, et entra dans la grande ville de Sravasti pour aller chercher des aumônes. Après avoir mangé et être revenu de sa tournée, le Seigneur déposa son bol et sa robe, se lava les pieds, et s'assit sur le siège qui avait été préparé pour lui, croisant ses jambes, tenant son corps droit, et fixant consciemment son attention devant lui. Alors, de nombreux moines s'approchèrent de l'endroit où était le Seigneur, saluèrent ses pieds avec leur tête, marchèrent trois fois autour de lui par la droite, et s'assirent d'un côté.

shì
wén
shí
zài
shè
wèi
guó
zhī
shù
gěi
yuán
qiū
zhòng
qiān
èr
bǎi
shí
rén
ěr
shí
shì
zūn
shí
shí
zhù
chí
shè
wèi
chéng
shí
chéng
zhōng
huán
zhì
běn
chù
fàn
shí
shōu
zuò
ér
zuò



1.2

時,長老須菩提在大眾中即從座起,偏袒右肩,右膝著地,合掌恭敬而白佛言:“希有!世尊!如來善護念諸菩薩,善付囑諸菩薩。世尊!善男子、善女人,發阿耨多羅三藐三菩提心,雲何應住,雲何降伏其心?”佛言:“善哉,善哉。須菩提!如汝所說,如來善護念諸菩薩,善付囑諸菩薩。汝今諦聽!當為汝說:善男子、善女人,發阿耨多羅三藐三菩提心,應如是住,如是降伏其心。”“唯然,世尊!願樂欲聞。”

A ce moment-là, le Vénérable Subhuti vint vers cette assemblée et s'assit. Puis il se leva de son siège, mit la partie supérieure de sa robe sur son épaule, posa le genou droit à terre, inclina ses mains jointes vers le Seigneur, et dit au Seigneur : « Il est merveilleux, Ô Seigneur, il est infiniment merveilleux, Ô Bien-Allé, comme les Bodhisattvas, les grands êtres, ont été aidés avec la plus grande aide par le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé. Il est merveilleux, Ô Seigneur, comme les Bodhisattvas, les grands êtres, ont été favorisés avec la plus grande faveur par le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé. Comment, alors, Ô Seigneur, un homme ou une femme de bien, qui s'est mis en route sur le véhicule du Bodhisattva, doit-il se tenir, comment doit-il progresser, comment doit-il contrôler ses pensées ? » Après ces mots, le Seigneur dit au Vénérable Subhuti : « Bien parlé, bien parlé, Subhuti ! C'est ainsi, Subhuti, c'est ainsi, comme tu le dis ! Le Tathagata, Subhuti, a aidé les Bodhisattvas, les grands êtres, avec la plus grande aide, et les a favorisés avec la plus grande faveur. Écoute donc bien, Subhuti, et avec attention ! Je vais t'enseigner comment ceux qui se sont mis en route sur le véhicule du Bodhisattva doivent se tenir, comment ils doivent progresser, et comment ils doivent contrôler leurs pensées. » « Qu'il en soit ainsi, Ô Seigneur », répondit le Vénérable Subhuti, et il écouta.

shí
cháng
lǎo
zài
zhòng
zhōng
cóng
zuò
piān
tǎn
yòu
jiān
yòu
zhuó
zhǎng
gōng
jìng
ér
bái
yán
yǒu
shì
zūn
lái
shàn
niàn
zhū
shàn
zhǔ
zhū
shì
zūn
shàn
nán
shàn
rén
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
yún
yīng
zhù
yún
jiàng
xīn
yán
shàn
zāi
shàn
zāi
suǒ
shuō
lái
shàn
niàn
zhū
shàn
zhǔ
zhū
jīn
tīng
dāng
wéi
shuō
shàn
nán
shàn
rén
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
yīng
shì
zhù
shì
jiàng
xīn
wéi
rán
shì
zūn
yuàn
wén



1.3

佛告須菩提:“諸菩薩摩訶薩應如是降伏其心!所有一切眾生之類:若卵生、若胎生、若濕生、若化生;若有色、若無色;若有想、若無想、若非有想非無想,我皆令入無余涅盤而滅度之。如是滅度無量無數無邊眾生,實無眾生得滅度者。何以故?須菩提!若菩薩有我相、人相、眾生相、壽者相,即非菩薩。”

L e Seigneur dit : Ici, Subhuti, quelqu'un qui s'est mis en route sur le véhicule du Bodhisattva devrait produire une pensée de cette manière : « Quel que soit le nombre d'êtres dans l'univers des êtres - en comprenant sous le terme “être” ceux qui sont nés d'un œuf, ceux qui sont nés d'une matrice, ceux qui sont nés de la moisissure ou ceux qui sont nés miraculeusement ; avec forme ou sans forme ; avec perception, sans perception, et avec ni perception ni non-perception - quelles que soient les formes d'êtres concevables qui sont conçus : je dois mener tous ces êtres au Nirvana, à ce Royaume du Nirvana qui ne laisse rien derrière. Et, cependant, quoique d'innombrables êtres aient ainsi été menés au Nirvana, aucun être n'a été mené au Nirvana. » Et pourquoi ? Si, chez un Bodhisattva, la notion d'« être » existait, il ne pourrait pas être appelé un « Être de Bodhi ». « Et pourquoi ? Il ne pourrait être appelé un Être de Bodhi, celui chez qui existerait la notion d'un soi ou d'un être, ou la notion d'une âme vivante ou d'une personne. »

gào
zhū
yīng
shì
jiàng
xīn
suǒ
yǒu
qiē
zhòng
shēng
zhī
lèi
ruò
luǎn
shēng
ruò
tāi
shēng
ruò
shī
湿
shēng
ruò
huà
shēng
ruò
yǒu
ruò
ruò
yǒu
xiǎng
ruò
xiǎng
ruò
fēi
yǒu
xiǎng
fēi
xiǎng
jiē
lìng
niè
pán
ér
miè
zhī
shì
miè
liàng
shù
biān
zhòng
shēng
shí
zhòng
shēng
miè
zhě
ruò
yǒu
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
fēi



1.4

“復次,須菩提!菩薩於法,應無所住,行於布施,所謂不住色布施,不住聲香味觸法布施。須菩提!菩薩應如是布施,不住於相。何以故?若菩薩不住相布施,其福德不可思量。須菩提!於意雲何?東方虛空可思量不?”“不也,世尊!”“須菩提!南西北方四維上下虛空可思量不?”“不也,世尊!”“須菩提!菩薩無住相布施,福德亦復如是不可思量。須菩提!菩薩但應如所教住。”

D e plus, Subhuti, un Bodhisattva qui donne un don ne doit pas être soutenu par une chose, et ne doit pas non plus être soutenu en aucun lieu. Quand il donne des dons il ne doit pas être soutenu par des objets de la vue, ni par des sons, des odeurs, des goûts, des tangibles ou des objets de l'esprit. Parce que, Subhuti, le Bodhisattva, le grand être, doit donner des dons d'une façon telle qu'il ne soit pas soutenu par la notion de signe. Et pourquoi ? Parce que la masse de mérite de cet Être de Bodhi qui, non-soutenu, donne un don, n'est pas facile à mesurer. Penses-tu, Subhuti, que l'étendue de l'espace à l'est soit facile à mesurer ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Le Seigneur demanda : D'une manière similaire, est-il possible de mesurer l'étendue de l'espace au sud, à l'ouest ou au nord, vers le nadir, vers le zénith, dans les directions intermédiaires, dans toutes les dix directions ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Seigneur. Le Seigneur dit : de même, la masse de mérite de cet Être de Bodhi qui, non-soutenu, donne un don, n'est pas facile à mesurer. C'est pourquoi, Subhuti, ceux qui se sont mis en route sur le véhicule du Bodhisattva, doivent donner des dons sans être soutenus par la notion de signe.

yīng
suǒ
zhù
xíng
shī
suǒ
wèi
zhù
shī
zhù
shēng
xiāng
wèi
chù
shī
yīng
shì
shī
zhù
xiāng
ruò
zhù
xiāng
shī
liàng
yún
dōng
fāng
kōng
liàng
shì
zūn
nán
西
běi
fāng
wéi
shàng
xià
kōng
liàng
shì
zūn
zhù
xiāng
shī
shì
liàng
dàn
yīng
suǒ
jiào
zhù



1.5

“須菩提!於意雲何?可以身相見如來不?”“不也,世尊!不可以身相得見如來。何以故?如來所說身相,即非身相。”佛告須菩提:“凡所有相,皆是虛妄。若見諸相非相,即見如來。”

L e Seigneur continua : « Penses-tu, Subhuti, que le Tathagata puisse être vu par la possession de ses marques ? » Subhuti répondit : « Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Ce qui a été enseigné par le Tathagata comme étant la possession de marques, est vraiment une non-possession de non-marques. » Le Seigneur dit : « Là où il y a possession de marques, il y a tromperie ; là où il y a non-possession de non-marques, il n'y a pas tromperie. Le Tathagata est donc vu comme ayant des non-marques comme marques. »

yún
shēn
xiāng
jiàn
lái
shì
zūn
shēn
xiāng
jiàn
lái
lái
suǒ
shuō
shēn
xiāng
fēi
shēn
xiāng
gào
fán
suǒ
yǒu
xiāng
jiē
shì
wàng
ruò
jiàn
zhū
xiāng
fēi
xiāng
jiàn
lái



1.6

須菩提白佛言:“世尊!頗有眾生,得聞如是言說章句,生實信不?”佛告須菩提:“莫作是說。如來滅后,后五百歲,有持戒修福者,於此章句能生信心,以此為實,當知是人不於一佛二佛三四五佛而種善根,已於無量千萬佛所種諸善根,聞是章句,乃至一念生淨信者,須菩提!如來悉知悉見,是諸眾生得如是無量福德。何以故?是諸眾生無復我相、人相、眾生相、壽者相;無法相,亦無非法相。何以故?是諸眾生若心取相,則為著我人眾生壽者。若取法相,即著我人眾生壽者。何以故?若取非法相,即著我人眾生壽者,是故不應取法,不應取非法。以是義故,如來常說:‘汝等比丘,知我說法,如筏喻者;法尚應舍,何況非法。’”

S ubhuti demanda : Y aura-t-il des êtres dans le futur, aux derniers temps, à la dernière époque, dans les cinq cents dernières années, au moment de l'effondrement de la bonne doctrine, qui, au moment où ces paroles du sûtra seront enseignées, comprendront leur vérité ? Le Seigneur répondit : Ne parle pas ainsi, Subhuti ! Oui, même alors, il y aura de tels êtres. Car même à ce moment-là, Subhuti, il y aura des Bodhisattvas qui seront doués de bonne conduite, doués de qualités vertueuses, doués de sagesse et qui, au moment où ces paroles du sûtra seront enseignées, comprendront leur vérité. Et ces Bodhisattvas, Subhuti, ne seront pas tels qu'ils n'auront honoré qu'un seul Bouddha, ni tels qu'ils n'auront planté leurs racines de mérite qu'au temps d'un seul Bouddha. Au contraire, Subhuti, ces Bodhisattvas qui, lorsque les paroles de ce sûtra seront enseignées, trouveront ne serait-ce qu'une seule pensée de foi sereine, seront tels qu'ils auront honoré de nombreuses centaines de milliers de Bouddhas, tels qu'ils auront planté leurs racines de mérite au temps de nombreuses centaines de milliers de Bouddhas. Ils sont connus du Tathagata, Subhuti, par sa connaissance de Bouddha ; ils sont vus du Tathagata, Subhuti, par son œil de Bouddha ; ils sont entièrement connus du Tathagata, Subhuti. Et tous, Subhuti, engendreront et acquérront une masse immense et incalculable de mérite. Et pourquoi ? Parce que, Subhuti, ces Bodhisattvas n'auront (1) pas de perception d'un soi, (2) pas de perception d'un être, (3) pas de perception d'une âme, (4) pas de perception d'une personne. Ces Bodhisattvas n'auront (5) pas non plus de perception d'un dharma, (6) ni de perception d'un non-dharma. En eux, (7) aucune perception (8) ni aucune non-perception ne prend place. Et pourquoi ? Si, Subhuti, ces Bodhisattvas avaient une perception soit d'un dharma, soit d'un non-dharma, ils s'attacheraient par là à un soi, à un être, à une âme ou à une personne. Et pourquoi ? Parce qu'un Bodhisattva ne doit s'attacher ni à un dharma ni à un non-dharma. Ceci a donc été enseigné par le Tathagata avec une signification cachée : « Ceux qui connaissent le discours comparant le dharma à un radeau doivent renoncer aux dharmas, et plus encore aux non-dharmas. »

bái
yán
shì
zūn
yǒu
zhòng
shēng
wén
shì
yán
shuō
zhāng
shēng
shí
xìn
gào
zuò
shì
shuō
lái
miè
hòu
hòu
bǎi
suì
yǒu
chí
jiè
xiū
zhě
zhāng
néng
shēng
xìn
xīn
wéi
shí
dāng
zhī
shì
rén
èr
sān
ér
zhǒng
shàn
gēn
liàng
qiān
wàn
suǒ
zhǒng
zhū
shàn
gēn
wén
shì
zhāng
nǎi
zhì
niàn
shēng
jìng
xìn
zhě
lái
zhī
jiàn
shì
zhū
zhòng
shēng
shì
liàng
shì
zhū
zhòng
shēng
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
xiāng
fēi
xiāng
shì
zhū
zhòng
shēng
ruò
xīn
xiāng
wéi
zhù
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
ruò
xiāng
zhù
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
ruò
fēi
xiāng
zhù
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
shì
yīng
yīng
fēi
shì
lái
cháng
shuō
děng
qiū
zhī
shuō
zhě
shàng
yīng
shè
kuàng
fēi



1.7

“須菩提!於意雲何?如來得阿耨多羅三藐三菩提耶?如來有所說法耶?”須菩提言:“如我解佛所說義,無有定法名阿耨多羅三藐三菩提,亦無有定法,如來可說。何以故?如來所說法,皆不可取、不可說、非法、非非法。所以者何?一切聖賢,皆以無為法而有差別。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, qu'il y ait un dharma que le Tathagata ait entièrement connu comme « l'éveil suprême, droit et parfait », ou bien qu'il y ait un dharma que le Tathagata ait expliqué ? Subhuti répondit : Non, pas comme je comprends ce que le Seigneur a dit. Et pourquoi ? Ce dharma, que le Tathagata a entièrement connu et expliqué, ne peut être saisi, on ne peut en parler, ce n'est ni un dharma ni un non-dharma. Et pourquoi ? Parce qu'un Absolu exalte les Personnes Saintes.

yún
lái
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
lái
yǒu
suǒ
shuō
yán
jiě
suǒ
shuō
yǒu
dìng
míng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
yǒu
dìng
lái
shuō
lái
suǒ
shuō
jiē
shuō
fēi
fēi
fēi
suǒ
zhě
qiē
shèng
xián
jiē
wéi
ér
yǒu
chà
bié



1.8

“須菩提!於意雲何?若人滿三千大千世界七寶以用布施,是人所得福德,寧為多不?”須菩提言:“甚多,世尊!何以故?是福德即非福德性,是故如來說福德多。”“若復有人,於此經中受持,乃至四句偈等,為他人說,其福勝彼。何以故?須菩提!一切諸佛,及諸佛阿耨多羅三藐三菩提法,皆從此經出。須菩提!所謂佛法者,即非佛法。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que si un homme ou une femme de bien avait empli ce système de mondes fait de mille millions de mondes avec les sept choses précieuses, et l'avait ensuite donné aux Tathagatas, aux Arhats, aux Complètement Éveillés, aurait-il, en vertu de ceci, engendré une grande masse de mérite ? Subhuti répondit : Grande, Ô Seigneur, grande, Ô Bien Allé, serait cette masse de mérite ! Et pourquoi ? Parce que le Tathagata a parlé de la « masse de mérite » comme d'une non-masse ; c'est ainsi que le Tathagata a parlé de « masse de mérite ». Le Seigneur dit : Mais si quelqu'un d'autre tirait de ce discours sur le dharma une seule strophe de quatre lignes, et l'expliquait et l'éclairait à d'autres dans tous ses détails, alors en vertu de ceci il engendrerait une masse de mérite encore plus grande, immense et incalculable. Et pourquoi ? Parce qu'il en est issu l'éveil suprême, droit et parfait des Tathagatas, des Arhats, des Complètement Éveillés, et de cela sont issus les Bouddhas, les Seigneurs. Et pourquoi ? Parce que le Tathagata a enseigné que les dharmas particuliers des Bouddhas ne sont simplement pas les dharmas particuliers d'un Bouddha. C'est pourquoi ils sont appelés « les dharmas particuliers des Bouddhas ».

yún
ruò
rén
mǎn
sān
qiān
qiān
shì
jiè
bǎo
yòng
shī
shì
rén
suǒ
níng
wéi
duō
yán
shèn
duō
shì
zūn
shì
fēi
xìng
shì
lái
shuō
duō
ruò
yǒu
rén
jīng
zhōng
shòu
chí
nǎi
zhì
děng
wéi
rén
shuō
shēng
qiē
zhū
zhū
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
jiē
cóng
jīng
chū
suǒ
wèi
zhě
fēi



1.9

“須菩提!於意雲何?須陀洹能作是念:‘我得須陀洹果’不?”須菩提言:“不也,世尊!何以故?須陀洹名為入流,而無所入,不入色聲香味觸法,是名須陀洹。”“須菩提!於意雲何?斯陀含能作是念:‘我得斯陀含果’不?”須菩提言:不也,世尊!何以故?斯陀含名一往來,而實無往來,是名斯陀含。”“須菩提!於意雲何?阿那含能作是念:‘我得阿那含果’不?”須菩提言:“不也,世尊!何以故?阿那含名為不來,而實無不來,是名阿那含。”“須菩提!於意雲何?阿羅漢能作是念,‘我得阿羅漢道’不?”須菩提言:“不也,世尊!何以故?實無有法名阿羅漢。世尊!若阿羅漢作是念:‘我得阿羅漢道’,即著我人眾生壽者。世尊!佛說我得無諍三昧,人中最為第一,是第一離欲阿羅漢。我不作是念:‘我是離欲阿羅漢’。世尊!我若作是念:‘我得阿羅漢道’,世尊則不說須菩提是樂阿蘭那行者!以須菩提實無所行,而名須菩提是樂阿蘭那行。

P enses-tu, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit de Celui qui a Gagné le Courant : « C'est par moi que le fruit d'une Personne qui a Gagné le Courant a été atteint ? » Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Parce que, Ô Seigneur, il n'a gagné aucun dharma. Il est donc appelé Celui qui a Gagné le Courant. Aucun objet de la vision n'a été gagné, ni aucun son, aucune odeur, aucun goût, aucun tangible, ni aucun objet de la pensée. C'est pourquoi il est appelé « Celui qui a Gagné le Courant ». Si, Ô Seigneur, il venait à l'esprit de Celui qui a Gagné le Courant : « C'est par moi que le fruit d'une Personne qui a Gagné le Courant a été atteint », cela serait pour lui s'emparer d'un soi, s'emparer d'un être, s'emparer d'une âme, s'emparer d'une personne. Le Seigneur demanda : Penses-tu ensuite, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit de Celui qui Revient Une Fois : « C'est par moi que le fruit d'une Personne qui Revient Une Fois a été atteint ? » Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de dharma qui ait gagné l'État où l'on Revient Une Fois. C'est pourquoi il est appelé « Celui qui Revient Une Fois ». Le Seigneur demanda : Penses-tu ensuite, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit de Celui qui ne Revient pas : « C'est par moi que le fruit d'une Personne qui ne Revient pas a été atteint ? » Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de dharma qui ait gagné l'État où l'on ne Revient pas. C'est pourquoi il est appelé « Celui qui ne Revient pas ». Le Seigneur demanda : Penses-tu ensuite, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit de l'Arhat : « C'est par moi que le fruit de l'état d'Arhat a été atteint ? » Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas de dharma qui soit appelé « Arhat ». C'est pourquoi il est appelé Arhat. Si, Ô Seigneur, il venait à l'esprit de l'Arhat : « C'est par moi que l'état d'Arhat a été atteint », cela serait pour lui s'emparer d'un soi, s'emparer d'un être, s'emparer d'une âme, s'emparer d'une personne. Et pourquoi ? Je suis, Ô Seigneur, celui que le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé a montré comme étant le plus avancé de ceux qui résident dans la Paix. Je suis, Ô Seigneur, un Arhat libre d'avidité. Et, cependant, Ô Seigneur, il ne me vient pas à l'esprit : « Je suis un Arhat et je suis libre d'avidité ». Si, Ô Seigneur, il pouvait me venir à l'esprit que j'avais atteint l'état d'Arhat, alors le Tathagata n'aurait pas dit de moi : « Subhuti, cet homme de bien, qui est le plus avancé de ceux qui résident dans la Paix, ne réside nulle part. C'est pourquoi il est appelé "un résidant dans la Paix, un résidant dans la Paix" ».

yún
tuó
huán
néng
zuò
shì
niàn
tuó
huán
guǒ
yán
shì
zūn
tuó
huán
míng
wéi
liú
ér
suǒ
shēng
xiāng
wèi
chù
shì
míng
tuó
huán
yún
tuó
hán
néng
zuò
shì
niàn
tuó
hán
guǒ
yán
shì
zūn
tuó
hán
míng
wǎng
lái
ér
shí
wǎng
lái
shì
míng
tuó
hán
yún
ā
hán
néng
zuò
shì
niàn
ā
hán
guǒ
yán
shì
zūn
ā
hán
míng
wéi
lái
ér
shí
lái
shì
míng
ā
hán
yún
ā
luó
hàn
néng
zuò
shì
niàn
ā
luó
hàn
dào
yán
shì
zūn
shí
yǒu
míng
ā
luó
hàn
shì
zūn
ruò
ā
luó
hàn
zuò
shì
niàn
ā
luó
hàn
dào
zhù
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
shì
zūn
shuō
zhèng
sān
mèi
rén
zhōng
zuì
wéi
shì
ā
luó
hàn
zuò
shì
niàn
shì
ā
luó
hàn
shì
zūn
ruò
zuò
shì
niàn
ā
luó
hàn
dào
shì
zūn
shuō
shì
ā
lán
xíng
zhě
shí
suǒ
xíng
ér
míng
shì
ā
lán
xíng



1.10

佛告須菩提:“於意雲何?如來昔在然燈佛所,於法有所得不?”“不也,世尊!如來在然燈佛所,於法實無所得。”“須菩提!於意雲何?菩薩庄嚴佛土不?”“不也,世尊!何以故?庄嚴佛土者,即非庄嚴,是名庄嚴。”“是故須菩提!諸菩薩摩訶薩應如是生清淨心,不應住色生心,不應住聲香味觸法生心,應無所住而生其心。須菩提!譬如有人,身如須彌山王,於意雲何?是身為大不?”須菩提言:“甚大,世尊!何以故?佛說非身,是名大身。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, qu'il y ait un dharma que le Tathagata ait appris de Dipankara, le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé ? Subhuti répondit : Non, Ô Seigneur, il n'y en a pas. Le Seigneur dit : si un Bodhisattva disait : « Je vais créer des Champs de Bouddha harmonieux », il parlerait de manière fausse. Et pourquoi ? « Les harmonies des Champs de Bouddha, les harmonies des Champs de Bouddha », Subhuti, ont été enseignées comme étant des non-harmonies par le Tathagata. Il a donc parlé de « Champs de Bouddha harmonieux ». Alors donc, Subhuti, le Bodhisattva, le grand être, devrait produire une pensée non-soutenue, c'est-à-dire une pensée qui n'est nulle part soutenue, une pensée qui n'est soutenue ni par des vues, ni par des sons, ni par des odeurs, ni par des goûts, ni par des tangibles, ni par des objets de l'esprit. Suppose, Subhuti, qu'il y ait un homme qui ait un corps, un corps énorme, de telle sorte qu'il ait une existence personnelle telle que celle du Soumerou, le roi des monts. Serait-ce, Subhuti, une existence personnelle énorme ? Subhuti répondit : Oui, énorme, Ô Seigneur, énorme, Ô Bien Allé, serait son existence personnelle. Et pourquoi le serait-ce ? « L'existence personnelle , l'existence personnelle » a été enseignée comme étant une non-existence par le Tathagata ; car, Ô Seigneur, elle n'est ni existence ni non-existence. Elle est donc appelée « existence personnelle ».

gào
yún
lái
zài
rán
dēng
suǒ
yǒu
suǒ
shì
zūn
lái
zài
rán
dēng
suǒ
shí
suǒ
yún
zhuāng
yán
shì
zūn
zhuāng
yán
zhě
fēi
zhuāng
yán
shì
míng
zhuāng
yán
shì
zhū
yīng
shì
shēng
qīng
jìng
xīn
yīng
zhù
shēng
xīn
yīng
zhù
shēng
xiāng
wèi
chù
shēng
xīn
yīng
suǒ
zhù
ér
shēng
xīn
yǒu
rén
shēn
shān
wáng
yún
shì
shēn
wéi
yán
shèn
shì
zūn
shuō
fēi
shēn
shì
míng
shēn



1.11

“須菩提!如恆河中所有沙數,如是沙等恆河,於意雲何?是諸恆河沙寧為多不?”須菩提言:“甚多,世尊!但諸恆河尚多無數,何況其沙。”“須菩提!我今實言告汝:若有善男子、善女人,以七寶滿爾所恆河沙數三千大千世界,以用布施,得福多不?”須菩提言:“甚多,世尊!”佛告須菩提:“若善男子、善女人,於此經中,乃至受持四句偈等,為他人說,而此福德勝前福德。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que s'il y avait autant de Gange qu'il y a de grains de sable dans le large Gange, les grains de sable dans ces Gange seraient nombreux ? Subhuti répondit : Ces Gange seraient bien sûr très nombreux, et plus nombreux encore les grains de sable qu'ils contiennent. Le Seigneur dit : C'est ce que je t'annonce, Subhuti, c'est ce que je te fais savoir. Si une femme ou un homme avait empli des sept choses précieuses autant de systèmes de mondes qu'il y a de grains de sable dans tous ces Gange, et les avait donnés en présent aux Tathagatas, aux Arhats, aux Complètement Éveillés, penses-tu, Subhuti, que cet homme ou cette femme aurait, en vertu de ceci, engendré une grande masse de mérite ? Subhuti répondit : Grande, Ô Seigneur, grande, Ô Bien Allé, serait cette masse de mérite, immense et incalculable. Le Seigneur dit : Mais si un homme ou une femme de bien avait pris de ce discours sur le dharma une seule strophe de quatre lignes, et l'avait expliquée et éclairée à d'autres, alors en vertu de ceci il engendrerait une masse de mérite encore plus grande, immense et incalculable.

héng
zhōng
suǒ
yǒu
shā
shù
shì
shā
děng
héng
yún
shì
zhū
héng
shā
níng
wéi
duō
yán
shèn
duō
shì
zūn
dàn
zhū
héng
shàng
duō
shù
kuàng
shā
jīn
shí
yán
gào
ruò
yǒu
shàn
nán
shàn
rén
bǎo
mǎn
ěr
suǒ
héng
shā
shù
sān
qiān
qiān
shì
jiè
yòng
shī
duō
yán
shèn
duō
shì
zūn
gào
ruò
shàn
nán
shàn
rén
jīng
zhōng
nǎi
zhì
shòu
chí
děng
wéi
rén
shuō
ér
shēng
qián



1.12

“復次,須菩提!隨說是經,乃至四句偈等,當知此處,一切世間、天人、阿修羅,皆應供養,如佛塔廟,何況有人盡能受持讀誦。須菩提!當知是人成就最上第一希有之法,若是經典所在之處,則為有佛,若尊重弟子。”

D e plus, Subhuti, cet endroit de la terre où l'on a pris de ce discours sur le dharma une seule strophe de quatre lignes, où on l'a enseignée ou éclairée, cet endroit de la terre sera un véritable autel pour le monde entier, avec ses dieux, ses hommes et ses Asuras. Que dirions-nous alors de ceux qui garderont la totalité de ce discours à l'esprit, le réciteront, l'étudieront et l'éclaireront à d'autres dans tous ses détails ! Très merveilleusement heureux seront-ils, Subhuti ! Et sur cet endroit de la terre, Subhuti, réside soit le Maître, soit un sage le représentant.

suí
shuō
shì
jīng
nǎi
zhì
děng
dāng
zhī
chù
qiē
shì
jiān
tiān
rén
ā
xiū
luó
jiē
yīng
gōng
yǎng
miào
kuàng
yǒu
rén
jìn
néng
shòu
chí
sòng
dāng
zhī
shì
rén
chéng
jiù
zuì
shàng
yǒu
zhī
ruò
shì
jīng
diǎn
suǒ
zài
zhī
chù
wéi
yǒu
ruò
zūn
zhòng



1.13

爾時,須菩提白佛言:“世尊!當何名此經,我等雲何奉持?”佛告須菩提:“是經名為《金剛般若波羅蜜》,以是名字,汝當奉持。所以者何?須菩提!佛說般若波羅蜜,即非般若波羅蜜。須菩提!於意雲何?如來有所說法不?”須菩提白佛言:“世尊!如來無所說。”“須菩提!於意雲何?三千大千世界所有微塵是為多不?”須菩提言:“甚多,世尊!”“須菩提!諸微塵,如來說非微塵,是名微塵。如來說:世界,非世界,是名世界。須菩提!於意雲何?可以三十二相見如來不?”“不也,世尊!何以故?如來說:三十二相,即是非相,是名三十二相。”“須菩提!若有善男子、善女人,以恆河沙等身命布施;若復有人,於此經中,乃至受持四句偈等,為他人說,其福甚多。”

S ubhuti demanda : Quel est donc, Ô Seigneur, ce discours sur le dharma, et comment dois-je le garder à l'esprit ? Le Seigneur répondit : Ce discours sur le dharma, Subhuti, est appelé « la Sagesse qui est allée au-delà », et c'est ainsi que tu dois le garder à l'Esprit ! Et pourquoi ? Ce que le Tathagata a enseigné comme étant la sagesse qui est allée au-delà, Il l'a enseigné comme n'étant pas allée au-delà. C'est pourquoi elle est appelée « la Sagesse qui est allée au-delà ». Penses-tu, Subhuti, qu'il y ait un dharma que le Tathagata ait enseigné ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur, il n'y en a pas. Le Seigneur dit : Quand, Subhuti, tu considères le nombre de particules de poussière dans ce système de mondes fait de mille millions de mondes, y en a-t-il beaucoup ? Subhuti répondit : Oui, Ô Seigneur. Car ce qui a été enseigné comme étant des particules de poussière par le Tathagata, cela a été enseigné comme étant des non-particules par le Tathagata. Elles sont donc appelées « particules de poussière ». Et ce système de mondes a été enseigné par le Tathagata comme étant un non-système. Il est donc appelé « système de mondes ». Le Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que le Tathagata puisse être vu au moyen des trente-deux marques du surhomme ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Parce que ces trente-deux marques du surhomme qui ont été enseignées par le Tathagata sont réellement des non-marques. Elles sont donc appelées les « trente-deux marques du surhomme ». Le Seigneur dit : Et de plus, Subhuti, suppose qu'une femme ou un homme renonce à toutes ses possessions autant de fois qu'il y a de grains de sable dans le Gange, et suppose que quelqu'un d'autre, après avoir pris de ce discours sur le Dharma une seule strophe de quatre lignes, l'explique à d'autres. Alors, ce dernier, en vertu de ceci, engendrerait une masse de mérite encore plus grande, immense et incalculable

ěr
shí
bái
yán
shì
zūn
dāng
míng
jīng
děng
yún
fèng
chí
gào
shì
jīng
míng
wéi
jīn
gāng
bān
ruò
luó
shì
míng
dāng
fèng
chí
suǒ
zhě
shuō
bān
ruò
luó
fēi
bān
ruò
luó
yún
lái
yǒu
suǒ
shuō
bái
yán
shì
zūn
lái
suǒ
shuō
yún
sān
qiān
qiān
shì
jiè
suǒ
yǒu
wēi
chén
shì
wéi
duō
yán
shèn
duō
shì
zūn
zhū
wēi
chén
lái
shuō
fēi
wēi
chén
shì
míng
wēi
chén
lái
shuō
shì
jiè
fēi
shì
jiè
shì
míng
shì
jiè
yún
sān
shí
èr
xiāng
jiàn
lái
shì
zūn
lái
shuō
sān
shí
èr
xiāng
shì
fēi
xiāng
shì
míng
sān
shí
èr
xiāng
ruò
yǒu
shàn
nán
shàn
rén
héng
shā
děng
shēn
mìng
shī
ruò
yǒu
rén
jīng
zhōng
nǎi
zhì
shòu
chí
děng
wéi
rén
shuō
shèn
duō



1.14

尒旹,須菩提聞說是經,深解義趣,涕淚悲泣,而白佛言:“希有,世尊!彿說如是甚深經典,我從昔來所得慧眼,未曾得聞如是之經。世尊!若復有人得聞是經,信心清淨,則生實相,噹知是人,成就第一希有功德。世尊!是實相者,即是非相,是故如來說名實相。世尊!我今得聞如是經典,信解受持不足為難,若噹來世,后五百歲,其有眾生,得聞是經,信解受持,是人則為第一希有。何以故?此人無我相、人相、眾生相、壽者相。所以者何?我相即是非相、人相、眾生相、壽者相,即是非相。何以故?离一切諸相,則名諸彿。”彿告須菩提:“如是!如是!若復有人得聞是經,不驚、不怖、不畏,噹知是人甚為希有。何以故?須菩提!如來說第一波羅蜜,非第一波羅蜜,是名第一波羅蜜。

S ur ce, l'impact du Dharma émut le Vénérable Subhuti jusqu'aux larmes. Ayant séché ses larmes, il parla ainsi au Seigneur : « Il est merveilleux, Ô Seigneur, il est infiniment merveilleux, Ô Bien-Allé, comment le Tathagata a bien enseigné ce discours sur le Dharma. Par ce dernier, la cognition a été produite en moi. Je n'ai jamais auparavant entendu de tel discours sur le Dharma. Très merveilleusement heureux seront ceux qui, lorsque ce sûtra sera enseigné, produiront une vraie perception. Et ce qui est une vraie perception est en fait une non-perception. Le Tathagata enseigne donc « vraie perception, vraie perception ». Il ne m'est pas difficile d'accepter et de croire ce discours sur le Dharma lorsqu'il est enseigné. Mais les êtres qui existeront dans le futur, aux derniers temps, à la dernière époque, dans les cinq cents dernières années, au moment de l'effondrement de la bonne doctrine, et qui, Ô Seigneur, comprendront ce discours sur le Dharma, le garderont à l'esprit, le réciteront, l'étudieront et l'éclaireront à d'autres dans tous ses détails, ces êtres seront très merveilleusement heureux. En eux, cependant, il n'y aura pas de perception d'un soi, ou d'un être, ou d'une âme, ou d'une personne. Et pourquoi ? Ce qui, Ô Seigneur, est perception de soi, ceci est en fait une non-perception. Ce qui est perception d'un être, d'une âme ou d'une personne, ceci est en fait une non-perception. Et pourquoi ? Parce que les Bouddhas, les Seigneurs, ont laissé toute perception derrière eux. Le Seigneur dit : C'est ainsi, Subhuti. Très merveilleusement heureux seront les êtres qui, en entendant ce sûtra, ne trembleront pas, n'auront pas peur, ne ressentiront aucune terreur. Et pourquoi ? Le Tathagata a enseigné ceci comme étant la plus haute perfection. Et ce que le Tathagata enseigne comme étant la plus haute perfection, est aussi enseigné par les innombrables Bouddhas Bienheureux. C'est donc appelé « la plus haute perfection ».

ěr
shí
wén
shuō
shì
jīng
shēn
jiě
lèi
bēi
ér
bái
yán
yǒu
shì
zūn
shuō
shì
shèn
shēn
jīng
diǎn
cóng
lái
suǒ
huì
yǎn
wèi
zēng
wén
shì
zhī
jīng
shì
zūn
ruò
yǒu
rén
wén
shì
jīng
xìn
xīn
qīng
jìng
shēng
shí
xiāng
dāng
zhī
shì
rén
chéng
jiù
yǒu
gōng
shì
zūn
shì
shí
xiāng
zhě
shì
fēi
xiāng
shì
lái
shuō
míng
shí
xiāng
shì
zūn
jīn
wén
shì
jīng
diǎn
xìn
jiě
shòu
chí
wéi
nán
ruò
dāng
lái
shì
hòu
bǎi
suì
yǒu
zhòng
shēng
wén
shì
jīng
xìn
jiě
shòu
chí
shì
rén
wéi
yǒu
rén
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
suǒ
zhě
xiāng
shì
fēi
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
shì
fēi
xiāng
qiē
zhū
xiāng
míng
zhū
gào
shì
shì
ruò
yǒu
rén
wén
shì
jīng
jīng
wèi
dāng
zhī
shì
rén
shèn
wéi
yǒu
lái
shuō
luó
fēi
luó
shì
míng
luó



1.15

須菩提!忍辱波羅蜜,如來說非忍辱波羅蜜,是名忍辱波羅蜜。何以故?須菩提!如我昔為歌利王割截身體,我于尒旹,無我相、無人相、無眾生相、無壽者相。何以故?我于往昔節節支解旹,若有我相、人相、眾生相、壽者相,應生嗔恨。須菩提!又念過去于五百世作忍辱仙人,于尒所世,無我相、無人相、無眾生相、無壽者相。是故須菩提!菩薩應离一切相,發阿耨多羅三藐三菩提心,不應住色生心,不應住聲香味觸法生心,應生無所住心。若心有住,即為非住。是故彿說:‘菩薩心不應住色布施。’須菩提!菩薩為利益一切眾生,應如是布施。如來說:一切諸相,即是非相。又說:一切眾生,即非眾生。須菩提!如來是真語者、實語者、如語者、不誑語者、不異語者。須菩提!如來所得法,此法無實無虛。須菩提,若菩薩心住于法而行布施,如人入暗,即無所見。若菩薩心不住法而行布施,如人有目,日光明照,見種種色。須菩提!噹來之世,若有善男子、善女人,能于此經受持讀誦,則為如來以彿智慧,悉知是人,悉見是人,皆得成就無量無邊功德。”

D e plus, Subhuti, la perfection de la patience du Tathagata est réellement une non-perfection. Et pourquoi ? Parce que, Subhuti , quand le roi de Kalinga a coupé la chair de tous mes membres, à ce moment-là je n'avais pas de perception d'un moi, d'un être, d'une âme ou d'une personne. Et pourquoi ? Si, Subhuti, à ce moment-là j'avais eu la perception d'un moi, j'aurais aussi, à ce moment-là, eu une perception de malveillance. De même, si j'avais eu la perception d'un être, ou d'une âme, ou d'une personne. A l'aide de ma super-connaissance, je me souviens d'avoir, dans le passé, pendant cinq cents vies, mené la vie d'un sage dévoué à la patience. Je n'avais pas non plus alors de perception d'un moi, d'un être, d'une âme ou d'une personne. Alors, donc, Subhuti, l'être de Bodhi, le grand être, après s'être débarrassé de toute perception, doit élever ses pensées vers l'éveil le plus grand, juste et parfait. Il doit produire une pensée qui n'est pas supportée par des formes, des sons, des odeurs, des goûts, des tangibles ou des objets de l'esprit, qui n'est pas supportée par un dharma, qui n'est pas supportée par un non-dharma, qui n'est pas supportée par quoi que ce soit. Et pourquoi ? Tous les supports n'ont en réalité pas de support. C'est pour cette raison que le Tathagata enseigne ceci : un don doit être donné par un Bodhisattva non supporté, et non par quelqu'un qui est supporté par des formes, des sons, des odeurs, des goûts, des tangibles ou des objets de l'esprit. Et de plus, Subhuti, c'est pour le bonheur de tous les êtres qu'un Bodhisattva doit donner des dons de cette manière. Et pourquoi ? Cette perception d'un être, Subhuti, n'est qu'une non-perception. « Tous les êtres » dont a parlé le Tathagata sont en fait des non-êtres. Et pourquoi ? Parce que le Tathagata parle en accord avec la réalité, parce qu'il dit la vérité, parce qu'il parle de ce qui est, et pas autrement. Un Tathagata ne parle pas faussement. Mais néanmoins, Subhuti, en ce qui concerne le dharma que le Tathagata a entièrement connu et expliqué, il n'y a de ce fait ni vérité ni mensonge. Dans l'obscurité, un homme ne peut rien voir. C'est ainsi que devrait être vu un Bodhisattva qui est tombé parmi les choses, et qui, étant tombé parmi les choses, renonce à un don. Quand la nuit devient jour et se lève le soleil, un homme avec des yeux voit de nombreuses formes. C'est ainsi que devrait être vu un Bodhisattva qui n'est pas tombé parmi les choses et qui, sans être tombé parmi les choses, renonce à un don. De plus, Subhuti, ces hommes et femmes de bien, qui comprendront ce discours sur le Dharma, le garderont à l'esprit, le réciteront, l'étudieront et l'éclaireront à d'autres dans tous ses détails, ont été connus, Subhuti, par le Tathagata avec sa connaissance de Bouddha, ils ont été vus, Subhuti, par le Tathagata avec son œil de Bouddha, ils ont été entièrement connus par le Tathagata. Tous ces êtres, Subhuti, vont engendrer et acquérir une masse immense et incalculable de mérite.

rěn
luó
lái
shuō
fēi
rěn
luó
shì
míng
rěn
luó
wéi
wáng
jié
shēn
ěr
shí
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
wǎng
jié
jié
zhī
jiě
shí
ruò
yǒu
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
yīng
shēng
chēn
hèn
yòu
niàn
guò
bǎi
shì
zuò
rěn
xiān
rén
ěr
suǒ
shì
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
shì
yīng
qiē
xiāng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
yīng
zhù
shēng
xīn
yīng
zhù
shēng
xiāng
wèi
chù
shēng
xīn
yīng
shēng
suǒ
zhù
xīn
ruò
xīn
yǒu
zhù
wéi
fēi
zhù
shì
shuō
xīn
yīng
zhù
shī
wéi
qiē
zhòng
shēng
yīng
shì
shī
lái
shuō
qiē
zhū
xiāng
shì
fēi
xiāng
yòu
shuō
qiē
zhòng
shēng
fēi
zhòng
shēng
lái
shì
zhēn
zhě
shí
zhě
zhě
kuáng
zhě
zhě
lái
suǒ
shí
ruò
xīn
zhù
ér
xíng
shī
rén
àn
suǒ
jiàn
ruò
xīn
zhù
ér
xíng
shī
rén
yǒu
guāng
míng
zhào
jiàn
zhǒng
zhǒng
dāng
lái
zhī
shì
ruò
yǒu
shàn
nán
shàn
rén
néng
jīng
shòu
chí
sòng
wéi
lái
zhì
huì
zhī
shì
rén
jiàn
shì
rén
jiē
chéng
jiù
liàng
biān
gōng



1.16

“須菩提!若有善男子、善女人,初日分以恆河沙等身布施,中日分復以恆河沙等身布施,后日分亦以恆河沙等身布施,如是無量百千萬億劫以身布施;若復有人,聞此經典,信心不逆,其福勝彼,何況書寫、受持、讀誦、為人解說。須菩提!以要言之,是經有不可思議、不可稱量、無邊功德。如來為發大乘者說,為發最上乘者說。若有人能受持讀誦,廣為人說,如來悉知是人,悉見是人,皆得成就不可量、不可稱、無有邊、不可思議功德。如是人等,即為荷擔如來阿耨多羅三藐三菩提。 何以故?須菩提!若樂小法者,著我見、人見、眾生見、壽者見,則於此經,不能聽受讀誦、為人解說。須菩提!在在處處,若有此經,一切世間、天、人、阿修羅,所應供養;當知此處則為是塔,皆應恭敬,作禮圍繞,以諸華香而散其處。”

E t si, Subhuti, une femme ou un homme renonçait le matin à toutes ses possessions, autant de fois qu'il y a de grains de sable dans le Gange, et si cet homme ou cette femme faisait de même à midi et le soir, et de cette manière renonçait à toutes ses possessions pour de nombreuses centaines de milliers de millions de milliards d'ères incommensurables ; et si quelqu'un d'autre, après avoir entendu ce discours sur le Dharma, ne le rejetait pas, alors, ce dernier, en vertu de ceci, engendrerait une masse de mérite encore plus grande, immense et incalculable. Que dire alors de celui qui après l'avoir écrit, l'apprendrait, le garderait à l'esprit, le réciterait, l'étudierait et l'éclairerait à d'autres dans tous ses détails ? De plus, Subhuti, (1) impensable et (2) incomparable est ce discours sur le Dharma. (3) Le Tathagata l'a enseigné pour le bonheur des êtres qui se sont mis en route sur le meilleur, sur le plus excellent des véhicules. Ceux qui comprendront ce discours sur le Dharma, qui le garderont à l'esprit, le réciteront, l'étudieront et l'éclaireront à d'autres dans tous ses détails, le Tathagata les a connus avec sa connaissance de Bouddha, le Tathagata les a vus avec son œil de Bouddha, le Tathagata les a entièrement connus. Tous ces êtres, Subhuti, auront le bonheur d'avoir une masse immense de mérite, ils auront le bonheur d'avoir une impensable, une incomparable masse de mérite, sans mesure et sans limite. Et tous ces êtres, Subhuti, porteront une part égale d'éveil. Et pourquoi ? (4) Parce qu'il n'est pas possible, Subhuti, que ce discours sur le Dharma soit entendu par des êtres de moindre détermination, ni par ceux qui ont une vue d'un soi, d'un être, d'une âme ou d'une personne. Les êtres qui n'ont pas pris l'engagement des êtres de Bodhi ne peuvent pas non plus entendre ce discours sur le Dharma, ni le comprendre, le garder à l'esprit, le réciter ou l'étudier. Cela ne peut pas être. (1) De plus, Subhuti, l'endroit de la terre où ce sûtra sera révélé, cet endroit sera digne de vénération par le monde entier, avec ses Dieux, ses hommes et ses Asuras, digne d'être salué respectueusement, digne d'être honoré par circumambulation ; tel un autel sera cet endroit de la terre.

ruò
yǒu
shàn
nán
shàn
rén
chū
fēn
héng
shā
děng
shēn
shī
zhōng
fēn
héng
shā
děng
shēn
shī
hòu
fēn
héng
shā
děng
shēn
shī
shì
liàng
bǎi
qiān
wàn
亿
jié
shēn
shī
ruò
yǒu
rén
wén
jīng
diǎn
xìn
xīn
shēng
kuàng
shū
xiě
shòu
chí
sòng
wéi
rén
jiě
shuō
yào
yán
zhī
shì
jīng
yǒu
chèn
liàng
biān
gōng
lái
wéi
chéng
zhě
shuō
wéi
zuì
shàng
chéng
zhě
shuō
ruò
yǒu
rén
néng
shòu
chí
sòng
guǎng
广
wéi
rén
shuō
lái
zhī
shì
rén
jiàn
shì
rén
jiē
chéng
jiù
liàng
chèn
yǒu
biān
gōng
shì
rén
děng
wéi
dān
lái
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
ruò
xiǎo
zhě
zhù
jiàn
rén
jiàn
zhòng
shēng
jiàn
shòu
寿
zhě
jiàn
jīng
néng
tīng
shòu
sòng
wéi
rén
jiě
shuō
zài
zài
chù
chù
ruò
yǒu
jīng
qiē
shì
jiān
tiān
rén
ā
xiū
luó
suǒ
yīng
gōng
yǎng
dāng
zhī
chù
wéi
shì
jiē
yīng
gōng
jìng
zuò
wéi
rào
zhū
huá
xiāng
ér
sǎn
chù



1.17

“復次,須菩提!若善男子、善女人,受持讀誦此經,若為人輕賤,是人先世罪業,應墮惡道,以今世人輕賤故,先世罪業則為消滅,當得阿耨多羅三藐三菩提。”“須菩提!我念過去無量阿僧祗劫,於然燈佛前,得值八百四千萬億那由他諸佛,悉皆供養承事,無空過者,若復有人, 於后末世,能受持讀誦此經,所得功德,於我所供養諸佛功德,百分不及一,千萬億分、乃至算數譬喻所不能及。須菩提!若善男子、善女人,於后末世,有受持讀誦此經,所得功德,我若具說者,或有人聞,心即狂亂,狐疑不信。須菩提!當知是經義不可思議,果報亦不可思議。”

E t cependant, Subhuti, ces hommes et femmes de bien, qui comprendront ces sûtras-là, les garderont à l'esprit, les réciteront et les étudieront, seront rendus humbles, oui, seront rendus bien humbles ! Et pourquoi ? Les actes impurs que ces êtres ont faits dans leurs vies précédentes, et qui sont susceptibles de les rendre malheureux, - dans cette vie présente, parce qu'ils deviendront humbles, ils (2) annuleront les actes impurs de leurs vies précédentes, et (3) atteindront l'éveil d'un Bouddha. Avec ma super-connaissance, Subhuti, je me souviens que dans la période passée, bien avant Dipankara, le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé, durant d'incalculables, de complètement incalculables ères incommensurables, j'ai donné satisfaction, par un service loyal, à quatre-vingt-quatre mille millions de milliards de Bouddhas, sans jamais les décevoir. Mais la masse de mérite, Subhuti, provenant de la satisfaction que j'ai donnée à ces Bouddhas et Seigneurs sans jamais les décevoir, comparée à la masse de mérite de ceux qui aux derniers temps, à la dernière époque, dans les cinq cents dernières années, au moment de l'effondrement de la bonne doctrine, comprendront ces sûtras-là, les garderont à l'esprit, les réciteront, les étudieront et les éclaireront à d'autres dans tous leurs détails, n'approche pas une centième partie, pas une millième partie, ni une cent millième partie, ni une dix millionième partie, ni une cent millionième partie, ni une cent mille millionième partie. Elle ne peut pas être mise en chiffres, ni mise en fraction, ni comptée, ni comparée, ni ressemblée. (4) Si, de plus, Subhuti, j'enseignais la masse de mérite de ces femmes et hommes de bien, et combien grande est la masse de mérite qu'ils vont alors engendrer et acquérir, les êtres deviendraient troublés et confus. Puisque, cependant, Subhuti, le Tathagata a enseigné ce discours sur le Dharma comme étant impensable, alors, de même, un résultat de karma impensable devrait en être attendu.

ruò
shàn
nán
shàn
rén
shòu
chí
sòng
jīng
ruò
wéi
rén
qīng
jiàn
shì
rén
xiān
shì
zuì
yīng
duò
è
dào
jīn
shì
rén
qīng
jiàn
xiān
shì
zuì
wéi
xiāo
miè
dāng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
niàn
guò
liàng
ā
sēng
zhī
jié
rán
dēng
qián
zhí
bǎi
qiān
wàn
亿
yóu
zhū
jiē
gōng
yǎng
chéng
shì
kōng
guò
zhě
ruò
yǒu
rén
hòu
shì
néng
shòu
chí
sòng
jīng
suǒ
gōng
suǒ
gōng
yǎng
zhū
gōng
bǎi
fēn
qiān
wàn
亿
fēn
nǎi
zhì
suàn
shù
suǒ
néng
ruò
shàn
nán
shàn
rén
hòu
shì
yǒu
shòu
chí
sòng
jīng
suǒ
gōng
ruò
shuō
zhě
huò
yǒu
rén
wén
xīn
kuáng
luàn
xìn
dāng
zhī
shì
jīng
guǒ
bào



1.18

爾時,須菩提白佛言:“世尊!善男子、善女人,發阿耨多羅三藐三菩提心,雲何應住?雲何降伏其心?”佛告須菩提:“善男子、善女人,發阿耨多羅三藐三菩提者,當生如是心,我應滅度一切眾生。滅度一切眾生已,而無有一眾生實滅度者。 何以故?須菩提!若菩薩有我相、人相、眾生相、壽者相,即非菩薩。 所以者何?須菩提!實無有法發阿耨多羅三藐三菩提者。”“須菩提!於意雲何?如來於然燈佛所,有法得阿耨多羅三藐三菩提不?”“不也,世尊!如我解佛所說義,佛於然燈佛所,無有法得阿耨多羅三藐三菩提。”佛言:“如是!如是!須菩提!實無有法如來得阿耨多羅三藐三菩提。須菩提!若有法得阿耨多羅三藐三菩提,然燈佛則不與我授記:汝於來世,當得作佛,號釋迦牟尼。以實無有法得阿耨多羅三藐三菩提,是故然燈佛與我授記,作是言:‘汝於來世,當得作佛,號釋迦牟尼。’ 何以故?如來者,即諸法如義。若有人言:‘如來得阿耨多羅三藐三菩提’。須菩提!實無有法,佛得阿耨多羅三藐三菩提。須菩提!如來所得阿耨多羅三藐三菩提,於是中無實無虛。是故如來說:一切法皆是佛法。須菩提!所言一切法者,即非一切法,是故名一切法。須菩提!譬如人身長大。”須菩提言:“世尊!如來說:人身長大,即為非大身,是名大身。”“須菩提!菩薩亦如是。若作是言:‘我當滅度無量眾生’,即不名菩薩。 何以故?須菩提!無有法名為菩薩。是故佛說:一切法無我、無人、無眾生、無壽者。須菩提!若菩薩作是言,‘我當庄嚴佛土’,是不名菩薩。 何以故?如來說:庄嚴佛土者,即非庄嚴,是名庄嚴。須菩提!若菩薩通達無我法者,如來說名真是菩薩。

S ubhuti demanda : Comment, Ô Seigneur, doit se tenir celui qui s'est mis en route sur le véhicule des Bodhisattvas, comment doit-il progresser, comment doit-il contrôler ses pensées ? Le Seigneur répondit : Ici, Subhuti, quelqu'un qui s'est mis en route sur le véhicule des Bodhisattvas devrait produire une pensée de cette manière : « Je dois mener tous les êtres au Nirvana, à ce Royaume du Nirvana qui ne laisse rien derrière ; et cependant, après que des êtres ont ainsi été menés au Nirvana, aucun être n'a été mené au Nirvana. » Et pourquoi ? Si, chez les Bodhisattvas, la notion d'« être » existait, il ne pourrait pas être appelé un « Être de Bodhi ». Et il en serait de même si la notion d'une âme ou d'une personne existait en lui. Et pourquoi ? Celui qui s'est mis en route sur le véhicule des Bodhisattvas, celui-là n'est pas un des dharmas. Penses-tu, Subhuti, qu'il y ait un dharma par lequel le Tathagata, alors qu'il était avec le Tathagata Dipankara, a entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait ? Subhuti répondit : Il n'y a pas un seul dharma par lequel le Tathagata, alors qu'il était avec le Tathagata Dipankara, a entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait. Le Seigneur dit : C'est pour cette raison que le Tathagata Dipankara prédit alors de moi : « Toi, jeune brahmane, dans une période future tu seras un Tathagata, un Arhat, un Complètement Éveillé, portant le nom de Sakyamuni ! » Et pourquoi ? « Tathagata », Subhuti, est un synonyme de la vraie Ainsité (tathata). Et quiconque dirait, Subhuti, « Le Tathagata a complètement connu l'éveil suprême, droit et parfait », parlerait faussement. Et pourquoi ? (Il n'y a pas de dharma par lequel le Tathagata a complètement connu l'éveil suprême, droit et parfait. Et selon le dharma que le Tathagata a entièrement connu et expliqué, selon ce dharma il n'y a ni vérité ni mensonge.) Le Tathagata enseigne donc : « Tous les dharmas sont les dharmas propres et particuliers du Bouddha ». Et pourquoi ? « Tous les dharmas », Subhuti, ont été enseignés comme étant des non-dharmas par le Tathagata. Tous les dharmas sont donc appelés les dharmas propres et particuliers du Bouddha. (Tout comme un homme, Subhuti, peut être doté d'un corps, d'un corps énorme). Subhuti dit : cet homme dont le Tathagata a parlé comme étant « doté d'un corps, d'un corps énorme », a été enseigné comme un non-corps par le Tathagata. Il est donc appelé « doté d'un corps, d'un corps énorme ». Le Seigneur dit : C'est ainsi, Subhuti. Le Bodhisattva qui dirait : « Je vais mener des êtres au Nirvana », ne devrait pas être appelé un « être de Bodhi ». Et pourquoi ? Y a-t-il, Subhuti, un dharma appelé « être de Bodhi » ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Le Seigneur dit : De ce fait, le Tathagata enseigne : « tous les dharmas sont sans soi, ils n'ont pas le caractère d'êtres vivants, ils sont sans âme vivante, sans personnalité. » Si un Bodhisattva disait : « Je vais créer d'harmonieux champs de Bouddha », il ne devrait pas, de même, être appelé un être de Bodhi. Et pourquoi ? « Les harmonies des Champs de Bouddha, les harmonies des Champs de Bouddha », Subhuti, ont été enseignées comme étant des non-harmonies par le Tathagata. Il a donc parlé de « Champs de Bouddha harmonieux ». Cependant, Subhuti, les Bodhisattvas qui se tient à « sans soi sont les dharmas, sans soi sont les dharmas », le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé l'a déclaré être un être de Bodhi, un grand être.

ěr
shí
bái
yán
shì
zūn
shàn
nán
shàn
rén
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
yún
yīng
zhù
yún
jiàng
xīn
gào
shàn
nán
shàn
rén
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
zhě
dāng
shēng
shì
xīn
yīng
miè
qiē
zhòng
shēng
miè
qiē
zhòng
shēng
ér
yǒu
zhòng
shēng
shí
miè
zhě
ruò
yǒu
xiāng
rén
xiāng
zhòng
shēng
xiāng
shòu
寿
zhě
xiāng
fēi
suǒ
zhě
shí
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
zhě
yún
lái
rán
dēng
suǒ
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
shì
zūn
jiě
suǒ
shuō
rán
dēng
suǒ
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
yán
shì
shì
shí
yǒu
lái
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
ruò
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
rán
dēng
shòu
lái
shì
dāng
zuò
hào
shì
jiā
móu
shí
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
shì
rán
dēng
shòu
zuò
shì
yán
lái
shì
dāng
zuò
hào
shì
jiā
móu
lái
zhě
zhū
ruò
yǒu
rén
yán
lái
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
shí
yǒu
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
lái
suǒ
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
shì
zhōng
shí
shì
lái
shuō
qiē
jiē
shì
suǒ
yán
qiē
zhě
fēi
qiē
shì
míng
qiē
rén
shēn
cháng
yán
shì
zūn
lái
shuō
rén
shēn
cháng
wéi
fēi
shēn
shì
míng
shēn
shì
ruò
zuò
shì
yán
dāng
miè
liàng
zhòng
shēng
míng
yǒu
míng
wéi
shì
shuō
qiē
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
ruò
zuò
shì
yán
dāng
zhuāng
yán
shì
míng
lái
shuō
zhuāng
yán
zhě
fēi
zhuāng
yán
shì
míng
zhuāng
yán
ruò
tōng
zhě
lái
shuō
míng
zhēn
shì



1.19

“須菩提!於意雲何?如來有肉眼不?” “如是,世尊!如來有肉眼。” “須菩提!於意雲何?如來有天眼不?” “如是,世尊!如來有天眼。” “須菩提!於意雲何?如來有慧眼不?” “如是,世尊!如來有慧眼。” “須菩提!於意雲何?如來有法眼不?” “如是,世尊!如來有法眼。” “須菩提!於意雲何?如來有佛眼不?” “如是,世尊!如來有佛眼。” “須菩提!於意雲何?恆河中所有沙,佛說是沙不?” “如是,世尊!如來說是沙。” “須菩提!於意雲何?如一恆河中所有沙,有如是等恆河,是諸恆河所有沙數,佛世界如是,寧為多不?”“甚多,世尊!”佛告須菩提:“爾所國土中,所有眾生,若干種心,如來悉知。何以故?如來說:諸心皆為非心,是名為心。所以者何?須菩提!過去心不可得,現在心不可得,未來心不可得。”

P enses-tu, Subhuti, que l'œil de chair du Tathagata existe ? Subhuti répondit : C'est ainsi, Ô Seigneur, l'œil de chair du Tathagata existe. Le Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que l'œil céleste du Tathagata existe, son œil de sagesse, son œil de Dharma, son œil des Bouddhas ? Subhuti répondit : C'est ainsi, Ô Seigneur, l'œil de chair du Tathagata existe, et il en est de même de son œil de sagesse, de son œil de Dharma, et de son œil des Bouddhas. Le Seigneur dit : Penses-tu, Subhuti, que le Tathagata a utilisé la phrase : « autant de grains de sable qu'il y en a dans le grand Gange » ? Subhuti répondit : C'est ainsi, Ô Seigneur, c'est ainsi, Ô Bien-Allé ! Le Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que s'il y avait autant de Gange qu'il y a de grains de sable dans le grand Gange, et s'il y avait autant de systèmes de mondes qu'il y a de grains de sable dans tous ces Gange, ces systèmes de mondes seraient nombreux ? Subhuti répondit : C'est ainsi, Ô Seigneur, c'est ainsi, Ô Bien-Allé, ces systèmes de mondes seraient nombreux. Le Seigneur demanda : de tous les nombreux êtres qu'il y a dans ces systèmes de mondes, je connais, dans ma sagesse, les nombreuses progressions de pensée. Et pourquoi ? « Progressions de pensée, progressions de pensée », ont été enseignées comme étant des non-progressions par le Tathagata. Elles sont donc appelées « progressions de pensées ». Et pourquoi ? La pensée du passé n'est pas saisie, la pensée du futur n'est pas saisie, la pensée du présent n'est pas saisie.

yún
lái
yǒu
ròu
yǎn
shì
shì
zūn
lái
yǒu
ròu
yǎn
yún
lái
yǒu
tiān
yǎn
shì
shì
zūn
lái
yǒu
tiān
yǎn
yún
lái
yǒu
huì
yǎn
shì
shì
zūn
lái
yǒu
huì
yǎn
yún
lái
yǒu
yǎn
shì
shì
zūn
lái
yǒu
yǎn
yún
lái
yǒu
yǎn
shì
shì
zūn
lái
yǒu
yǎn
yún
héng
zhōng
suǒ
yǒu
shā
shuō
shì
shā
shì
shì
zūn
lái
shuō
shì
shā
yún
héng
zhōng
suǒ
yǒu
shā
yǒu
shì
děng
héng
shì
zhū
héng
suǒ
yǒu
shā
shù
shì
jiè
shì
níng
wéi
duō
shèn
duō
shì
zūn
gào
ěr
suǒ
guó
zhōng
suǒ
yǒu
zhòng
shēng
ruò
gān
zhǒng
xīn
lái
zhī
lái
shuō
zhū
xīn
jiē
wéi
fēi
xīn
shì
míng
wéi
xīn
suǒ
zhě
guò
xīn
xiàn
zài
xīn
wèi
lái
xīn



1.20

“須菩提!於意雲何?若有人滿三千大千世界七寶以用布施,是人以是因緣,得福多不?”“如是,世尊!此人以是因緣,得福甚多。”“須菩提!若福德有實,如來不說得福德多;以福德無故,如來說得福德多。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que si un homme ou une femme de bien avait empli ce système de mondes fait de mille millions de mondes avec les sept choses précieuses, et l'avait ensuite donné comme don aux Tathagatas, aux Arhats, aux Complètement Éveillés, aurait-il, en vertu de ceci, engendré une grande masse de mérite ? Subhuti répondit : Il aurait, Ô Seigneur, il aurait, Ô Bien-Allé ! Le Seigneur dit : C'est ainsi, Subhuti, c'est ainsi. En vertu de cela cet homme ou cette femme de bien aurait engendré une grande masse de mérite, immense et incalculable. Mais si, en revanche, il y avait une chose telle qu'une masse de mérite, le Tathagata n'aurait pas parlé d'une « masse de mérite ».

yún
ruò
yǒu
rén
mǎn
sān
qiān
qiān
shì
jiè
bǎo
yòng
shī
shì
rén
shì
yīn
yuán
duō
shì
shì
zūn
rén
shì
yīn
yuán
shèn
duō
ruò
yǒu
shí
lái
shuō
duō
lái
shuō
duō



1.21

“須菩提!於意雲何?佛可以具足色身見不?”“不也,世尊!如來不應以具足色身見。何以故?如來說:具足色身,即非具足色身,是名具足色身。”“須菩提!於意雲何?如來可以具足諸相見不?”“不也,世尊!如來不應以具足諸相見。何以故?如來說:諸相具足,即非具足,是名諸相具足。”

P enses-tu, Subhuti, que le Tathagata doive être vu par l'accomplissement de son corps de forme ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur, le Tathagata ne doit pas être vu par l'accomplissement de son corps de forme. Et pourquoi ? « Accomplissement de son corps de forme, accomplissement de son corps de forme », ceci, Ô Seigneur, a été enseigné par le Tathagata comme étant un non-accomplissement. C'est donc appelé « accomplissement de son corps de forme ». Le Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, que le Tathagata doive être vu par la possession de ses marques ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Et pourquoi ? Cette possession de marques, Ô Seigneur, qui a été enseignée par le Tathagata, a été enseignée par le Tathagata comme étant une non-possession de non-marques. Elle est donc appelée « possession de marques ».

yún
shēn
jiàn
shì
zūn
lái
yīng
shēn
jiàn
lái
shuō
shēn
fēi
shēn
shì
míng
shēn
yún
lái
zhū
xiāng
jiàn
shì
zūn
lái
yīng
zhū
xiāng
jiàn
lái
shuō
zhū
xiāng
fēi
shì
míng
zhū
xiāng



1.22

“須菩提!汝勿謂如來作是念:‘我當有所說法。’莫作是念,何以故?若人言:如來有所說法,即為謗佛,不能解我所說故。須菩提!說法者,無法可說,是名說法。”爾時,慧命須菩提白佛言:“世尊!頗有眾生,於未來世,聞說是法,生信心不?”佛言:“須菩提!彼非眾生,非不眾生。何以故?須菩提!眾生眾生者,如來說非眾生,是名眾生。”

L e Seigneur demanda : Penses-tu, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit du Tathagata, « c'est par moi que le Dharma a été expliqué ? ». Quiconque, Subhuti, dirait « le Tathagata a expliqué le Dharma », parlerait faussement, me représenterait de façon incorrecte, en saisissant ce qui n'est pas là. Et pourquoi ? « Explication de dharma, explication de dharma », Subhuti, il n'y a pas de dharma que l'on puisse découvrir comme étant une explication de dharma. Subhuti demanda : Y aura-t-il des êtres dans le futur, aux derniers temps, à la dernière époque, dans les cinq cents dernières années, au moment de l'effondrement de la bonne doctrine, qui, entendant de tels dharmas, croiront vraiment ? Le Seigneur répondit : ils ne sont, Subhuti, ni des êtres ni des non-êtres. Et pourquoi ? « Êtres, êtres », Subhuti, le Tathagata a enseigné qu'ils sont tous des non-êtres. C'est pourquoi il a parlé de « tous les êtres ».

wèi
lái
zuò
shì
niàn
dāng
yǒu
suǒ
shuō
zuò
shì
niàn
ruò
rén
yán
lái
yǒu
suǒ
shuō
wéi
bàng
néng
jiě
suǒ
shuō
shuō
zhě
shuō
shì
míng
shuō
ěr
shí
huì
mìng
bái
yán
shì
zūn
yǒu
zhòng
shēng
wèi
lái
shì
wén
shuō
shì
shēng
xìn
xīn
yán
fēi
zhòng
shēng
fēi
zhòng
shēng
zhòng
shēng
zhòng
shēng
zhě
lái
shuō
fēi
zhòng
shēng
shì
míng
zhòng
shēng



1.23

須菩提白佛言:“世尊!佛得阿耨多羅三藐三菩提,為無所得耶?”佛言:“如是,如是。須菩提!我於阿耨多羅三藐三菩提乃至無有少法可得,是名阿耨多羅三藐三菩提。”

P enses-tu, Subhuti, qu'il y ait des dharmas par lesquels le Tathagata a entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur, il n'y a pas de dharma par lequel le Tathagata a entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait. Le Seigneur dit : C'est ainsi, Subhuti, c'est ainsi. Pas même le moindre dharma ne peut être trouvé ou saisi. Il est donc appelé « l'éveil suprême, droit et parfait ». 23. De plus, Subhuti, identique à lui-même est ce dharma, et rien n'y est en désaccord. Il est donc appelé « l'éveil suprême, droit et parfait ». Identique à lui-même par l'absence d'un soi, d'un être, d'une âme ou d'une personne, l'éveil suprême, droit et parfait est entièrement connu comme étant la totalité de tous les dharmas sains. « Les dharmas sains, les dharmas sains », Subhuti, ont cependant été enseignés comme étant des non-dharmas par le Tathagata. Ils sont donc appelés « dharmas sains ».

bái
yán
shì
zūn
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
wéi
suǒ
yán
shì
shì
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
nǎi
zhì
yǒu
shǎo
shì
míng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān



1.24

復次,須菩提!是法平等,無有高下,是名阿耨多羅三藐三菩提;以無我、無人、無眾生、無壽者,修一切善法,即得阿耨多羅三藐三菩提。須菩提!所言善法者,如來說即非善法,是名善法。

D e plus, Subhuti, identique à lui-même est ce dharma, et rien n'y est en désaccord. Il est donc appelé « l'éveil suprême, droit et parfait ». Identique à lui-même par l'absence d'un soi, d'un être, d'une âme ou d'une personne, l'éveil suprême, droit et parfait est entièrement connu comme étant la totalité de tous les dharmas sains. « Les dharmas sains, les dharmas sains », Subhuti, ont cependant été enseignés comme étant des non-dharmas par le Tathagata. Ils sont donc appelés « dharmas sains ».

shì
píng
děng
yǒu
gāo
xià
shì
míng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
xiū
qiē
shàn
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
suǒ
yán
shàn
zhě
lái
shuō
fēi
shàn
shì
míng
shàn



1.25

“須菩提!若三千大千世界中所有諸須彌山王,如是等七寶聚,有人持用布施;若人以此《般若波羅蜜經》,乃至四句偈等,受持、為他人說,於前福德百分不及一,百千萬億分,乃至算數譬喻所不能及。”

E t encore, Subhuti, si une femme ou un homme avait empilé les sept choses précieuses jusqu'à former un volume égal à celui de tous les Soumerou, les rois des monts, du système de mondes fait de mille millions de mondes, et s'il les donnait en présent ; et si, par ailleurs, un homme ou une femme de bien prenait de cette Prajñaparamita, de ce discours sur le Dharma, une seule strophe de quatre lignes, et l'expliquait à d'autres, comparée à cette masse de mérite la masse de mérite précédente n'en approcherait pas un centième, et ainsi de suite jusqu'à ce que nous arrivions à : elle ne tient aucune comparaison.

ruò
sān
qiān
qiān
shì
jiè
zhōng
suǒ
yǒu
zhū
shān
wáng
shì
děng
bǎo
yǒu
rén
chí
yòng
shī
ruò
rén
bān
ruò
luó
jīng
nǎi
zhì
děng
shòu
chí
wéi
rén
shuō
qián
bǎi
fēn
bǎi
qiān
wàn
亿
fēn
nǎi
zhì
suàn
shù
suǒ
néng



1.26

“須菩提!於意雲何?汝等勿謂如來作是念:‘我當度眾生。’須菩提!莫作是念。何以故?實無有眾生如來度者。若有眾生如來度者,如來則有我、人、眾生、壽者。須菩提!如來說:‘有我者,則非有我,而凡夫之人以為有我。’須菩提!凡夫者,如來說即非凡夫。”

P enses-tu, Subhuti, qu'il vienne à l'esprit du Tathagata, « c'est par moi que les êtres ont été libérés ? » Tu ne devrais pas voir cela ainsi, Subhuti ! Et pourquoi ? Il n'y a pas un seul être que le Tathagata a libéré. Une fois encore, s'il y avait eu un seul être que le Tathagata avait libéré, alors, sûrement, cela aurait été de la part du Tathagata une prise d'un soi, d'un être, d'une âme, d'une personne. La « prise d'un soi », Subhuti, a été enseignée comme étant une non-prise par le Tathagata. Et, cependant, les personnes sottes et ordinaires s'en sont saisies. « Personnes sottes et ordinaires », Subhuti, ont été enseignées comme étant des non-personnes. Elles sont donc appelées « personnes sottes et ordinaires ».

yún
děng
wèi
lái
zuò
shì
niàn
dāng
zhòng
shēng
zuò
shì
niàn
shí
yǒu
zhòng
shēng
lái
zhě
ruò
yǒu
zhòng
shēng
lái
zhě
lái
yǒu
rén
zhòng
shēng
shòu
寿
zhě
lái
shuō
yǒu
zhě
fēi
yǒu
ér
fán
zhī
rén
wéi
yǒu
fán
zhě
lái
shuō
fēi
fán



1.27

“須菩提!於意雲何?可以三十二相觀如來不?”須菩提言:“如是!如是!以三十二相觀如來。”佛言:“須菩提!若以三十二相觀如來者,轉輪聖王即是如來。”須菩提白佛言:“世尊!如我解佛所說義,不應以三十二相觀如來。”爾時,世尊而說偈言:“若以色見我,以音聲求我,是人行邪道,不能見如來”

P enses-tu, Subhuti, que le Tathagata puisse être vu par la possession de ses marques ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur. Le Seigneur dit : Si, Subhuti, le Tathagata pouvait être reconnu par la possession de ses marques, alors le monarque universel serait aussi un Tathagata. Le Tathagata ne peut donc pas être vu au moyen de la possession de ses marques. Subhuti dit alors : Tel que, Ô Seigneur, je comprends l'enseignement du Seigneur, le Tathagata ne peut pas être vu par la possession de ses marques. Puis, en cette occasion, le Seigneur enseigna les strophes suivantes : « Ceux qui m'ont vu par ma forme, Et ceux qui m'ont suivi par ma voix Se sont engagés dans des efforts erronés, Ces personnes ne me verront pas. C'est du Dharma que l'on doit voir les Bouddhas, C'est des corps du Dharma que viennent leurs conseils, Mais la vraie nature du Dharma ne peut être perçue, Et personne ne peut la connaître en tant qu'objet. »

yún
sān
shí
èr
xiāng
guān
lái
yán
shì
shì
sān
shí
èr
xiāng
guān
lái
yán
ruò
sān
shí
èr
xiāng
guān
lái
zhě
zhuǎn
lún
shèng
wáng
shì
lái
bái
yán
shì
zūn
jiě
suǒ
shuō
yīng
sān
shí
èr
xiāng
guān
lái
ěr
shí
shì
zūn
ér
shuō
yán
ruò
jiàn
yīn
shēng
qiú
shì
rén
xíng
xié
dào
néng
jiàn
lái



1.28

“須菩提!汝若作是念:‘如來不以具足相故,得阿耨多羅三藐三菩提。’須菩提!莫作是念,‘如來不以具足相故,得阿耨多羅三藐三菩提。’須菩提!汝若作是念,發阿耨多羅三藐三菩提心者,說諸法斷滅。莫作是念!何以故?發阿耨多羅三藐三菩提心者,於法不說斷滅相。”

P enses-tu, Subhuti, que le Tathagata a entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait par la possession de ses marques ? Tu ne devrais pas le voir ainsi, Subhuti. Et pourquoi ? Parce que le Tathagata ne pourrait sûrement pas avoir entièrement connu l'éveil suprême, droit et parfait par la possession de ses marques. Personne, Subhuti, ne devrait non plus te dire, « ceux qui se sont mis en route sur le véhicule du Bodhisattva ont conçu la destruction d'un dharma, ou son annihilation ». Tu ne devrais pas non plus le voir ainsi, Subhuti ! Car ceux qui se sont mis en route sur le véhicule du Bodhisattva n'ont pas conçu la destruction d'un dharma, ou son annihilation.

ruò
zuò
shì
niàn
lái
xiāng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
zuò
shì
niàn
lái
xiāng
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
ruò
zuò
shì
niàn
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
zhě
shuō
zhū
duàn
miè
zuò
shì
niàn
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
zhě
shuō
duàn
miè
xiāng



1.29

“須菩提!若菩薩以滿恆河沙等世界七寶布施;若復有人知一切法無我,得成於忍,此菩薩勝前菩薩所得功德。須菩提!以諸菩薩不受福德故。”須菩提白佛言:“世尊!雲何菩薩不受福德?”“須菩提!菩薩所作福德,不應貪著,是故說不受福德。”

E t encore, Subhuti, si un homme ou une femme de bien avait empli des sept choses précieuses autant de systèmes de mondes qu'il y a de grains de sable dans le Gange, et les donnait en présent aux Tathagatas, aux Arhats, aux Complètement Éveillés, et si, par ailleurs, un Bodhisattva gagnait la patiente acceptation des dharmas qui ne sont rien en eux-mêmes et qui manquent à être produits, alors ce dernier, en vertu de cela, engendrerait une plus grande masse de mérite, immense et incalculable. De plus, Subhuti, le Bodhisattva ne devrait pas acquérir une masse de mérite. Subhuti dit : « Sûrement, Ô Seigneur, le Bodhisattva devrait acquérir une masse de mérite ? » Le Seigneur dit : « devrait acquérir », Subhuti, et non « devrait saisir ». C'est pourquoi il est dit « devrait acquérir ».

ruò
mǎn
héng
shā
děng
shì
jiè
bǎo
shī
ruò
yǒu
rén
zhī
qiē
chéng
rěn
shēng
qián
suǒ
gōng
zhū
shòu
bái
yán
shì
zūn
yún
shòu
suǒ
zuò
yīng
tān
zhù
shì
shuō
shòu



1.30

“須菩提!若有人言:如來若來若去、若坐若臥,是人不解我所說義。何以故?如來者,無所從來,亦無所去,故名如來。”

Q uiconque dit que le Tathagata va ou vient, se tient debout, est assis ou est allongé, ne comprend pas la signification de mon enseignement. Et pourquoi ? « Tathagata », ainsi est appelé celui qui n'est allé nulle part, et qui n'est venu de nulle part. Il est donc appelé « le Tathagata, l'Arhat, le Complètement Éveillé ».

ruò
yǒu
rén
yán
lái
ruò
lái
ruò
ruò
zuò
ruò
shì
rén
jiě
suǒ
shuō
lái
zhě
suǒ
cóng
lái
suǒ
míng
lái



1.31

“須菩提!若善男子、善女人,以三千大千世界碎為微塵,於意雲何?是微塵眾寧為多不?”“甚多,世尊!何以故?若是微塵眾實有者,佛則不說是微塵眾,所以者何?佛說:微塵眾,即非微塵眾,是名微塵眾。世尊!如來所說三千大千世界,即非世界,是名世界。何以故?若世界實有,即是一合相。如來說:‘一合相,即非一合相,是名一合相。’須菩提!一合相者,即是不可說,但凡夫之人貪著其事。”

E t encore, Subhuti, si un homme ou une femme de bien avait à moudre autant de systèmes de mondes qu'il y a de particules de poussière dans ce grand système de mondes fait de mille millions de mondes, aussi fin qu'ils peuvent être moulus avec une vigueur incalculable, et à les réduire en fait à une chose telle qu'un ensemble de quantités atomiques, penses-tu, Subhuti, que ce serait un énorme ensemble de quantités atomiques ? Subhuti répondit : C'est ainsi, Ô Seigneur, c'est ainsi, Ô Bien Allé : énorme serait cet ensemble de quantités atomiques ! Et pourquoi ? Si, Ô Seigneur, il y avait eu un énorme ensemble de quantités atomiques, le Seigneur ne l'aurait pas appelé un « énorme ensemble de quantités atomiques ». Et pourquoi ? Ce qui a été enseigné par le Tathagata comme étant un « ensemble de quantités atomiques », a été enseigné comme étant un non-ensemble par le Tathagata. Il est donc appelé un « ensemble de quantités atomiques ». Et ce que le Tathagata a enseigné comme étant un « système de mondes fait de mille millions de mondes », cela il l'a enseigné comme étant un non-système. Il est donc appelé « le système de mondes fait de mille millions de mondes ». Et pourquoi ? Si, Ô Seigneur, il y avait eu un système de mondes, cela aurait voulu dire une prise d'un objet matériel, et ce qui a été enseigné comme étant une « prise d'un objet matériel » par le Tathagata, a été enseigné comme étant une non-prise par le Tathagata. Elle est donc appelée une « prise d'un objet matériel ». Le Seigneur ajouta : Et aussi, Subhuti cette « prise d'un objet matériel » est une question de convention linguistique, une expression verbale sans contenu factuel. Ce n'est pas un dharma, ni un non-dharma. Et cependant les personnes sottes et ordinaires s'en sont saisies.

ruò
shàn
nán
shàn
rén
sān
qiān
qiān
shì
jiè
suì
wéi
wēi
chén
yún
shì
wēi
chén
zhòng
níng
wéi
duō
shèn
duō
shì
zūn
ruò
shì
wēi
chén
zhòng
shí
yǒu
zhě
shuō
shì
wēi
chén
zhòng
suǒ
zhě
shuō
wēi
chén
zhòng
fēi
wēi
chén
zhòng
shì
míng
wēi
chén
zhòng
shì
zūn
lái
suǒ
shuō
sān
qiān
qiān
shì
jiè
fēi
shì
jiè
shì
míng
shì
jiè
ruò
shì
jiè
shí
yǒu
shì
xiāng
lái
shuō
xiāng
fēi
xiāng
shì
míng
xiāng
xiāng
zhě
shì
shuō
dàn
fán
zhī
rén
tān
zhù
shì



1.32

“須菩提!若人言:佛說我見、人見、眾生見、壽者見。須菩提!於意雲何?是人解我所說義不?”“不也,世尊!是人不解如來所說義。何以故?世尊說:我見、人見、眾生見、壽者見,即非我見、人見、眾生見、壽者見,是名我見、人見、眾生見、壽者見。”“須菩提!發阿耨多羅三藐三菩提心者,於一切法,應如是知,如是見,如是信解,不生法相。須菩提!所言法相者,如來說即非法相,是名法相。”

E t pourquoi ? Parce que celui qui dirait que la vue d'un soi, que la vue d'un être, que la vue d'une âme vivante, que la vue d'une personne, a été enseignée par le Tathagata, parlerait-il justement ? Subhuti répondit : Non, bien sûr, Ô Seigneur, non, bien sûr, Ô Bien-Allé, il ne parlerait pas justement. Et pourquoi ? Ce qui a été enseigné par le Tathagata comme étant une « vue de soi », a été enseigné comme étant une non-vue par le Tathagata. Elle est donc appelée une « vue de soi ». Le Seigneur dit : C'est ainsi, Subhuti, que quelqu'un qui s'est mis en route sur le véhicule du Bodhisattva devrait connaître tous les dharmas, les considérer, se concentrer sur eux. Et il devrait les connaître, les considérer, se concentrer sur eux d'une façon telle qu'il n'établisse pas la perception d'un dharma. Et pourquoi ? « Perception d'un dharma, perception d'un dharma », Subhuti, a été enseignée comme étant non-perception par le Tathagata. Elle est donc appelée « perception d'un dharma ».

ruò
rén
yán
shuō
jiàn
rén
jiàn
zhòng
shēng
jiàn
shòu
寿
zhě
jiàn
yún
shì
rén
jiě
suǒ
shuō
shì
zūn
shì
rén
jiě
lái
suǒ
shuō
shì
zūn
shuō
jiàn
rén
jiàn
zhòng
shēng
jiàn
shòu
寿
zhě
jiàn
fēi
jiàn
rén
jiàn
zhòng
shēng
jiàn
shòu
寿
zhě
jiàn
shì
míng
jiàn
rén
jiàn
zhòng
shēng
jiàn
shòu
寿
zhě
jiàn
ā
nòu
duō
luó
sān
miǎo
sān
xīn
zhě
qiē
yīng
shì
zhī
shì
jiàn
shì
xìn
jiě
shēng
xiāng
suǒ
yán
xiāng
zhě
lái
shuō
fēi
xiāng
shì
míng
xiāng




Page:  1

Menu livre ↑