Envoyer une citation à un ami




Le formidable éclair de Dieu Se déverse dans mes prunelles Et j'entends au paradis bleu Battre d'immesurables ailes. Au loin grondent les flots du doute. Ecarte les avec dédain. Que ta troisième oreille écoute Les oiseaux flammes de l'Eden. “ Dieu n'existe point, dit l'onagre, Puisque le mal est exalté ! ” Je réponds “ Bel esprit, Que fais tu de ta liberté ! ” Entre les forêts et les sables Songe le libre arbitre humain. Homme, tu te sens responsable Totalement de ton chemin. Le doute dit: “ Dieu est injuste Dès l'écart du matin natal, L'un est génial, l'autre tout juste Au niveau du souffle animal ”. Je réponds: “ L'immortelle essence Illumine l'être éclipsé; L'homme reçoit dès sa naissance Tous les échos de son passé. Je ressuscite avec la Troie De mes errements d'autrefois Ou de mes élans vers la grâce Qui couronne les sages?rois. De vie en vie et d'âge en âge La justice immuablement Règle l'esprit et son voyage Vers l'ineffable firmament. Ne doute pas, humain! confesse La consolante vérité. Tu montes, tu montes sans cesse Vers l'amour et l'éternité ! ”

Citation n° 1157: François Brousse, (Perpignan 1913 - Clamart 1995)  , Poète, philosophe et écrivain français Spiritualité Nouvelle, François BROUSSE, “ L’aigle blanc d’Altaïr ”, éd. La Licorne Ailée, 1987, poeme intitule "DIALOGUE", p75-76




Attention. Vous ne pouvez envoyer cette citation qu'à une seule adresse.Pour l'envoyer à plusieurs personnes, vous devez d'abord envoyer la citation à vous-même et la renvoyer depuis votre boite email. Merci.

Email
Sujet:
Message: