Envoyer une citation à un ami




Trois sages méditant erraient au bord des flots. Le soir, tout empourpré de flamboyants sanglots, Se laissait démembrer par les mains de l'abîme Et sa chair de rayons ensanglantait les cimes. L'un d'eux, dont l'oeil profond était plein de néant, Etreignit l'univers sous son regard géant: Il n'avait pu sentir, ce scrutateur énorme, L'esprit d'un Dieu vibrer sous la fuite des formes Et l'inutilité des choses l'accablait. L'autre, sous le ciel d'or qui déjà s'étoilait, Sous le sourire immense et magique des astres, Rêveur malgré la vie entassant ses désastres Mêlait son songe au choc étincelant des eaux. Le troisième, à travers le mystique réseau Des ombres s'enlaçant avec les transparences, Semblait, rayon vainqueur, briser les apparences Et porter, dans le monde infâme, le flambeau Souverain de son clair et colossal cerveau. Le regard d'un devin sous son sourcil d'augure. Il émergeait du fond des cavernes obscures Où d'âpres visions enivrèrent ses nuits. Pendant que les oiseaux, perles évanouies, Noyaient leur blanche forme au profond de l'espace Ils parlèrent tous trois dans l'abîme rapace...

Citation n° 1158: François Brousse, (Perpignan 1913 - Clamart 1995)  , Poète, philosophe et écrivain français Spiritualité Nouvelle, François BROUSSE, “ L’aigle blanc d’Altaïr ”, éd. La Licorne Ailée, 1987, poeme intitule "LES TROIS SAGES", p. 103




Attention. Vous ne pouvez envoyer cette citation qu'à une seule adresse.Pour l'envoyer à plusieurs personnes, vous devez d'abord envoyer la citation à vous-même et la renvoyer depuis votre boite email. Merci.

Email
Sujet:
Message: