Envoyer une citation à un ami 
Sainte Thérèse d'Avila



Ici, bien que toutes nos puissances soient endormies, et bien endormies aux choses du monde et à nous-mêmes, (car, en fait, on se trouve comme privée de sens pendant le peu de temps que dure cette union, dans l'incapacité de penser, quand même on le voudrait), ici, donc, il n'est pas nécessaire d'user d'artifices pour suspendre la pensée. […]. Et c'est une mort savoureuse, l'âme s'arrache à toutes les opérations qu’elle peut avoir, tout en restant dans le corps : délectable, car l'âme semble vraiment se séparer du corps pour mieux se trouver en Dieu, de telle sorte que je ne sais même pas s'il lui reste assez de vie pour respirer. J'y pensais à l'instant, et il m'a semblé que non. Du moins, si on respire, on ne s'en rend pas compte.

Citation n° 1228: Sainte Thérèse d'Avila, (Ávila, 1515 — Alba de Tormes, 1582) Christianisme, Catholicisme, Le château intérieur, cinquièmes Demeures, chapitre I,3-4




Attention. Vous ne pouvez envoyer cette citation qu'à une seule adresse.Pour l'envoyer à plusieurs personnes, vous devez d'abord envoyer la citation à vous-même et la renvoyer depuis votre boite email. Merci.

Email
Sujet: