Envoyer une citation à un ami 
Sainte Thérèse d'Avila



Je me demande si on ne pourrait pas dire que de ce brasier ardent, qui est mon Dieu, une étincelle jaillit, touche l'âme, et lui transmet sa flamme ardente. C'est insuffisant pour la brûler, mais si délectable qu'elle reste tout en peine, et il a suffi d'un contact pour susciter cet effet. Telle est, me semble-t-il, la meilleure comparaison que j'aie trouvée, car cette douleur savoureuse, qui n'est pas une douleur, ne dure pas. S'il lui arrive de persister un long moment, elle peut aussi disparaître au plus vite, selon ce que le Seigneur veut lui communiquer, car nul moyen humain ne peut l'obtenir. Aussi, bien qu'elle dure parfois un moment, elle disparaît et revient. Enfin, elle n'est jamais permanente, c'est pourquoi elle n'embrase pas l'âme tout entière. A peine l'étincelle va-t-elle l'enflammer qu'elle s'éteint, mais l'âme garde le désir de souffrir à nouveau l'amoureuse douleur qu'elle lui a causée.

Citation n° 1233: Sainte Thérèse d'Avila, (Ávila, 1515 — Alba de Tormes, 1582) Christianisme, Catholicisme, Le château intérieur, sixièmes Demeures, chapitre II,4




Attention. Vous ne pouvez envoyer cette citation qu'à une seule adresse.Pour l'envoyer à plusieurs personnes, vous devez d'abord envoyer la citation à vous-même et la renvoyer depuis votre boite email. Merci.

Email
Sujet: