Farvardin-Yesht (Chapitre 13)
Onelittleangel > > Farvardin-Yesht (Chapitre 13)  :
(159 Versets | Page 2 / 4)
Français
A- | A | A+ | T+

Version
Afficher
FrançaisAfficher


13.50
Qui veut chanter nos louanges, qui veut nous offrir un sacrifice, qui nous exaltera, nous bénira ? Qui nous traitera avec reconnaissance d'une main pourvue de viande et de vêtements, par une prière qui atteigne la (vraie) pureté ? Duquel d'entre nous proférera-t-on le nom ? De qui d'entre vous honorera-t-on l'âme par un sacrifice ? Auquel de nous présentera-ton cette offrande qui lui soit une nourriture que l'on mange, une nourriture indestructible à jamais, à toujours.

13.51
Si quelque homme leur offre un sacrifice d'une main munie de viande et de vêtements, avec une prière qui atteigne la (vraie) pureté, alors les puissants Fravashis des justes, contents, non offensés, non lésés, les comblent de bénédictions.

13.52
Il y aura alors dans cette maison de (nombreux) troupeaux de bétail et (groupes) d'hommes, il y aura des chevaux rapides et des chars solides. Il sera stable dans sa sagesse, l'homme qui nous offre constamment des sacrifices, la main munie de viande et de vêtements, avec une prière qui atteint la (vraie) pureté.

13.53
Nous honorons les Fravashis... qui montrent leurs voies brillantes aux eaux créées par Mazda, lesquelles d'abord se tiennent formées, immobiles au même endroit, pendant un temps prolongé ;

13.54
Mais maintenant elles coulent par la voie établie par Ahura, dans l'atmosphère formée par les Baghas, dans la région des eaux délimitée, au temps fixé, pour le bon plaisir d'Ahura-Mazda, pour le bon plaisir des Amesha-Çpentas.

13.55
Nous honorons les Fravashis... qui font suivre aux plantes savoureuses une croissance belle et régulière, à ces plantes qui d'abord sont là au même endroit, constituées, mais sans croissance, pendant un temps prolongé ;

13.56
Et maintenant elles croissent sur la voie créée par Mazda, dans l'air formé par les Baghas, au temps qui leur est assigné, pour le bon plaisir d'Ahura, pour le bon plaisir des Amesha-Çpentas. [224]

13.57
Nous honorons les Fravashis qui montrent leurs voies aux étoiles, à la lune, au soleil, aux astres sans commencement, lesquels précédemment se tenaient immobiles par crainte de la haine des Dévas, des assauts des Dévas.

13.58
Mais maintenant ils circulent avançant au loin, suivant la voie de la bonne Frashokeretis 34.

13.59
Nous honorons les Fravashis... qui président à la mer Vourukasha la brillante, au nombre de quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-ving-dix-neuf ;

13.60
Nous honorons les Fravashis... qui président aux astres Haptô-Iringa, au nombre de quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf ;

13.61
Nous honorons les Fravashis... qui gardent le corps du Çâma Kereçâçpa (le guerrier) au Géça, porte-massue, au nombre de quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf.

13.62
Nous honorons les Fravashis... qui gardent le germe du saint, du pur Zoroastre (au nombre de) quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf.

13.63
Nous honorons les Fravashis... qui, à la droite d'Ahura-Mazda le souverain maître, combattent lorsque cet (esprit) pur est satisfait, s'ils sont eux-mêmes non blessés, satisfaits, sans colère, sans offense, eux les redoutables Fravashis des justes.

13.64
Nous honorons les Fravashis... qui sont plus grands, plus puissants, plus rapides, plus forts, plus (complètement) victorieux, plus (habiles) à guérir, plus actifs qu'on ne l'a [225] jamais exprimé par la parole ; qui viennent par dix milliers au milieu des offrandes de comestibles.

13.65
Et lorsqu'ils apportent les eaux de la mer Vourukasha, ô saint Zarathustra, et la majesté créée par Mazda, alors ils s'avancent, les puissants Fravashis des justes, en nombre énorme, en nombreuses centaines, par nombreux milliers, par nombreux dix milliers,

13.66
Envoyant l'eau, chacun à sa famille, chacun à son viç, à sa tribu, à sa contrée, disant à haute voix : Que le pays de chacun de nous (soit) en repos et en joie !

13.67
Ils combattent dans les batailles, dans leur endroit, dans leur pays, car chacun (d'eux) conserve son endroit, sa demeure pour (les) garder, comme un guerrier valeureux combattrait avec ardeur et vigilance pour des richesses bien amassées.

13.68
Or, ceux d'entre eux qui triomphent dans le combat apportent l'eau chacun à sa propre parenté, à son viç, à sa tribu, à sa contrée, en disant : Que notre pays à chacun de nous soit dans la prospérité et l'accroissement !

13.69
Si, un chef de contrée, un souverain suprême, regardé avec malveillance par ses ennemis qui le molestent, les appelle, eux, les puissants Fravashis des justes ;

13.70
Ils viennent à son secours s'ils n'ont point été blessés, s'ils sont satisfaits, s'ils n'ont point été irrités, offensés, les puissants Fravashis des justes, ils descendent vers lui comme un oiseau aux ailes agiles.

13.71
Ils sont son glaive, son bouclier, son moyen d'attaque, son mur protecteur contre la Druje spirituelle, et la méchanceté varénienne et le Kayadha qui se plaît à nuire, et le méchant, cause de toute mort, qui (s'appelle) Anro-Mainyus. (Ils les frappent) comme un brave parviendrait à abattre cent, mille, dix mille ennemis.

13.72
Comme ne pourrait les abattre un couteau bien aiguisé, ni une massue bien maniée, ni un trait agile, ni une lance jetée avec force, ni une pierre lancée d'un bras nerveux.

13.73
Ils sont tout cela (pour eux), ils sont encore autre chose, ces Fravashis siégeant dans un lieu inaccessible, purs, forts et saints des justes, s'enquérant du secours (qu'on leur demande) ; Qui nous louera, qui nous sacrifiera, qui nous exaltera, nous bénira, qui nous accueillera avec reconnaissance, tenant en [226] main de la viande et des habillements, avec une prière parfaitement pure ? De qui d'entre nous proférera-t-on le nom ? De qui d'entre vous l'âme offrira-t-elle un sacrifice ? À qui d'entre nous fera-t-on une offrande qui lui soit une nourriture impérissable à jamais, à toujours ?

13.74
Nous honorons les cieux, nous honorons les esprits, nous honorons les lois, nous honorons les Çoshyants. Nous honorons les âmes des bestiaux, des animaux qui marchent sur le sol, des animaux aquatiques, de ceux qui vivent dans l'air, des animaux ailés, des animaux sauvages, de ceux à sabot de corne. Nous honorons les Fravashis.

13.75
Nous honorons les Fravashis, les généreux, les forts, les plus vigoureux, les saints, les très saints, les puissants, les bienfaisants, fermes, impétueux, redoutables, puissants, parcourant l'espace, très agiles, actifs, très actifs.

13.76
Car ce sont les plus actifs des créations des deux esprits, les bons, puissants et saints Fravashis des justes qui étaient là dressés lorsque les deux esprits créèrent leurs créatures, le bon esprit et le mauvais.

13.77
Lorsque Anro-Mainyus pénétra dans la création de la sainte pureté, alors vinrent s'opposer Vohumanô et le feu.

13.78
Et ces deux (génies) écrasèrent la haine d'Anro-Mainyus le méchant afin qu'il n'arrêtât-pas les eaux dans leurs cours ni les végétaux dans leurs croissances. Aussitôt coulèrent les eaux fertilisantes du puissant créateur, du souverain Ahura-Mazda et les plantes se mirent à croître.

13.79
Nous honorons toutes les eaux ; nous honorons les végétaux. Nous honorons tous les bons, puissants et saints Fravashis des justes. Nominativement, nous honorons les eaux ; nominativement, les plantes ; nominativement, les bons, puissants et saints Fravashis des justes.

13.80
Nous offrons ainsi un sacrifice à tous les premiers Fravashis. Nous honorons le Fravashi d'Ahura-Mazda, le plus grand, le meilleur, le plus beau, le plus ferme, le plus intelligent, le mieux formé, le plus élevé en pureté,

13.81
Dont l'âme est la loi sainte, éclatante, lumineuse, brillant au loin, ainsi que les corps qu'Ahura-Mazda donne brillants et actifs aux Amesha-Çpentas, et le soleil aux chevaux rapides. [227]

13.82
Nous honorons les bons, puissants et saints Fravashis des justes, des Amesha-Çpentas, brillants, aux yeux actifs, élevés, secourables, prompts et forts, ahuriques, impérissables, purs ;

13.83
Tous sept de même pensée, tous de même parole, tous sept d'action commune, dont la pensée, dont la parole, dont l'action est une, et qui ont un même père et chef, Ahura-Mazda ;

13.84
Dont l'un voit l'âme de l'autre pensant aux saintes pensées, pensant aux saintes paroles, pensant aux bonnes actions, pensant au Garônmâna et dont les voies brillent d'un grand éclat lorsqu'ils viennent vers les offrandes (qu'on leur fait).

13.85
Nous honorons les bons, puissants et saints Fravashis des justes ; celui du feu Urvâzista, saint, intelligent, et celui de Çraosha, saint, puissamment actif, incarnation de la loi, à la course ferme, dévoué à Ahura, et celui de Nairyo-çanha.

13.86
Celui de Rashnu le juste, et celui de Mithra aux vastes campagnes, et celui de Manthra-Çpenta, et celui du ciel, et celui de l'eau, et celui de la terre, et celui de la plante, et celui du taureau, et celui de Gayomeretan, et celui de toute la création pure.

13.87
Nous honorons le Fravashi de Gayomeretan qui entendit le premier (l'expression de) la pensée d'Ahura et ses commandements ; (du sein) duquel il créa le sein producteur des contrées aryaques, le germe des contrées aryaques.

13.88
Nous honorons la sainteté et le Fravashi de Zarathustra saint et pur (constitué) pour être le premier qui pensa, qui parla, qui fit ce qui est bien, pour être le premier Atharvan, le premier Rathaesta, le premier cultivateur-pâtre, le premier qui sut, le premier qui fit connaître, le premier qui mérita, le premier qui donna, en raison du mérite, la vache, la sainteté, la parole révélée, l'obéissance à la parole révélée, et la puissance, et tous les biens créés par Mazda et d'origine pure,

13.89
(De Zarathustra) qui fut le premier Atharvan, le premier guerrier, le premier cultivateur-pâtre, qui fit tourner le globe céleste avant le Déva et la conception de l'homme, qui le premier loua la pureté du monde corporel, qui, destructeur des [228] Dévas, professa la foi, en mazdéen, zoroastrien, antidévique, disciple de la loi d'Ahura ; qui, le premier, proféra la prière de la création pure destinée à conjurer les Dévas, conforme à la loi d'Ahura,

13.90
Qui, le premier, publia la prière de la création pure, antidévique, conforme à la loi d'Ahura ; qui, le premier, déclara indigne d'honneur et de louange tout ce qui, de la création corporelle, a été créé par les Dévas ; qui fut plein de puissance, d'une vie parfaite en tout, le premier croyant des régions (terrestres),

13.91
Par qui tout Manthra, toute maxime sainte fut promulguée, maître et chef des mondes terrestres, panégyriste de la pureté la plus grande, la plus parfaite, la plus brillante, interrogateur de la loi la plus parfaite de celles qui existent,

13.92
(Zarathustra) que désirèrent les Amesha-Çpentas, tous unis de désirs avec le soleil, d'un esprit plein de foi, d'un coeur dévoué ; lui, le maître et le chef des mondes, le panégyriste de la pureté très grande et très parfaite, l'interrogateur de la loi la plus parfaite ;

13.93
À la naissance, à la croissance de qui les eaux et les plantes se réjouirent ; à la naissance, à la croissance de qui les eaux et les plantes grandirent ; à la naissance, à la croissance de qui toutes les créatures de Çpenta-Mainyus annoncèrent le salut.

13.94
Salut pour nous ! il est né l'Atharvan, le saint Zarathustra ! Qu'il offre pour nous des sacrifices avec des Zaothras, et le Bareçma étendu ; que désormais la bonne loi mazdéenne se propage sur tous les Karshvars qui sont au nombre de sept.

13.95
Que désormais Mithra aux vastes campagnes développe tous les biens principaux des contrées et réjouisse celles qui s'unissent que désormais Apâm Napât, le puissant, développe tous les biens principaux des contrées et réjouisse celles qui s'unissent.

13.96
Nous honorons la sainteté et le Fravashi de Madhyômâo 35 , fils d'Arâsta, qui le premier entendit la loi et les ordonnances de Zoroastre ; le Fravashi du pur Açmo-Qanvâo ; le Fravashi du pur Ashnô-Qanvâo ; le Fravashi du pur Gavya, du pur [229] Parshatgâo, le brillant ; du pur Vohuaçti, fils de Çnavaka ; le Fravashi de Varâha le fort, le pur ;

13.97
Nous honorons le Fravashi de Çaena, célèbre dans le monde, qui, le premier, parcourut le monde avec cent disciples ; du pur Fradidhaya, du pur Uçmânara Peshata, du pur Vohuraoco, fils de Frâna ; du pur Asho-Raocô, fils de Frâna ; du pur Vareçmoraoco, fils de Frâna.

13.98
Nous honorons le Fravashi du pur Içat-Vâstra zarathustrien, du pur Urvatatnara zarathustrien, du pur Hvarecithra zarathustrien, du pur Daevo-Tbis le fort, du trio çpitamide ; celui de Dâonha-le-blond, le pur.

13.99
Nous honorons le Fravashi de Kavi Vîstâçpa le pur, le fort, la loi incarnée, à la course ferme, ahurique, qui, marchant en avant, chercha un vaste espace pour la sainteté ; qui, marchant en avant, trouva un vaste espace pour la sainteté ; qui fut le bras et le soutien de la loi d'Ahura, de Zarathustra,


Page:  1 |2 |

Menu livre ↑