Le Buddha (l’Éveillé)
Onelittleangel > >  
(18 Verses | Page 1 / 1)
Français
A- | A | A+ | T+

Version
Afficher
FrançaisAfficher
Commentaires (Ⅳ)Afficher | Cacher
(Ⅴ)Afficher | Cacher


14.179
Celui dont la victoire ne devient point une défaite, que nul n’arrive à vaincre en ce monde, ce Buddha, au domaine infini, qui ne suit plus de voie, dans quelle voie l’entraîneriez-vous ?

yassa jitaM n'aavajiiyati jitaM yassa no yaati kochi loke
taM buddham ananta-gocharaM apadaM kena padena nessatha.
(Ⅴ)

14.180
Celui que n’entraîne plus nulle part le désir aux mailles serrées et au poison violent, ce Buddha, au domaine infini, qui ne suit plus de voie, dans quelle voie l’entraîneriez-vous ?

yassa jaalinii visattikaa taNhaa n'atthikuhiñchi netave
taM buddham ananta-gocharaM apadaM kena padena nessatha.
(Ⅴ)

14.181
Ceux qui, plongés dans la méditation, fermes, se complaisent dans le calme de l’inaction, ces sages, ces savants, arrivés à la bodhi[1] parfaite, les dieux eux-mêmes envient leur sort.

La bodhi, la science parfaite, l’état intellectuel de Buddha. (Ⅳ)

ye jhaana-pasutaa dhiiraa nekkhamm'uupasame rataa
devaa pi tesaM pihayanti sambuddhaanaM satiimataM.
(Ⅴ)

14.182
Ce n’est point sans peine qu’on vient au monde. Ce n’est point sans peine que vivent les mortels. Ce n’est point sans peine qu’on entend prêcher la bonne Loi. Ce n’est point sans peine que se produisent les Buddhas.

kichchho manussa-paTilaabho kichchhaM machchaana jiivitaM
kichchhaM saddhamma-ssavanaM kichchho buddhaanam uppaado.
(Ⅴ)

14.183
S’abstenir de tout mal, faire le bien, purifier sa pensée, tels sont les commandements des Buddhas.

sabba-paapassa akaraNaM kusalassa upasampadaa
sa-chitta-pariyodapanaM etaM buddhaana saasanaM.
(Ⅴ)

14.184
« L’indulgence est l’austérité par excellence ; la patience, le Nirvâna par excellence », disent les Buddhas. Celui-là n’est pas un Pravarjita[2], qui fait du mal à autrui. Celui-là n’est pas un Çramana qui fait de la peine à autrui.

Pravarjita, qui va de porte en porte (pour mendier). Çramana, qui vit purement. (Ⅳ)

khantii paramaM tapo titikkhaa
nibbanaM paramaM vadanti buddhaa
na hi pabbajito par'uupaghaatii
samaNo hoti paraM viheThayanto.
(Ⅴ)

14.185
S’abstenir de paroles mauvaises, et de mauvais traitements, se cantonner dans l’émancipation, être sobre en fait d’aliments, s’asseoir et se coucher à l’écart, se plonger dans la plus profonde méditation, tels sont les commandements des Buddhas.

anuupavaado anuupaghaato paatimokkhe cha saMvaro
mattaññutaa cha bhattasmiM pantaM cha sayan'aasanaM
adhichitte cha aayogo etaM buddhaana saasanaM.
(Ⅴ)

14.186
Une pluie d’or n’assouvirait même pas la soif des jouissances. « Peu de douceur, beaucoup d’amertume, voilà leur fait ». Celui qui pense ainsi est un sage.

na kahaapaNa-vassena titti kaamesu vijjati
app'assaadaa dukhaa kaamaa iti viññaaya paNDito.
(Ⅴ)

14.187
Ce n’est point même dans le désir des jouissances célestes, c’est dans l’anéantissement du désir qu’il place son bonheur, le disciple arrivé à la bodhi parfaite.

api dibbese kaamesu ratiM so n'aadhigachchhati
taNha-kkhaya-rato hoti sammaa-sambuddha-saavako.
(Ⅴ)

14.188
Les hommes tremblant de peur cherchent un refuge partout, dans les montagnes et dans les forêts, dans les jardins, et sous les arbres consacrés.

bahuM ve saraNaM yanti pabbataani vanaani cha
aaraama-rukkha-chetyaani manussaa bhaya-tajjitaa.
(Ⅴ)

14.189
Ce n’est point là un refuge sûr. Ce n’est point là le refuge suprême. Ce n’est point dans ce refuge qu’on trouve l’affranchissement de toute douleur.

n'etaM kho saraNaM khemaM n'etaM saraNam uttamaM
n'etaM saraNam aagamma sabba-dukkhaa pamuchchati.
(Ⅴ)

14.190
Celui qui cherche un refuge dans le Buddha, dans la Loi et dans la Communauté, celui-là voit, avec les yeux de la Science Parfaite, les quatre vérités sublimes :

yo cha buddhaM cha dhammaM cha sanghaM cha saraNaM gato
chattaari ariya-sachchaani samma-ppaññaaya passati.
(Ⅴ)

14.191
La douleur, l’origine de la douleur, la cessation de la douleur, et la voie sainte aux huit embranchements qui mène à l’apaisement de la douleur.

dukkhaM dukkha-samuppaadaM dukkhassa cha atikkamaM
ariyaM ch'aTThangikaM maggaM dukkh'uupasama-gaaminaM.
(Ⅴ)

14.192
Voilà un refuge sûr. Voilà le refuge suprême. Voilà le refuge où l’on trouve l’affranchissement de toute douleur.

etaM kho saraNaM khemaM etaM saraNam uttamaM
etaM saraNam aagamma sabba-dukkhaa pamuchchati.
(Ⅴ)

14.193
Difficile à rencontrer est un homme au-dessus du commun, et cet homme-là ne naît point en tout lieu. Lorsqu’il naît, la prospérité de sa famille s’accroît.

dullabo puris'aajañño na so sabbattha jaayati
yattha so jaayati dhiiro taM kulaM sukham edhati.
(Ⅴ)

14.194
C’est un bonheur, quand se produisent des Buddhas. C’est un bonheur que l’exposition de la vraie Loi. C’est un bonheur, lorsque l’accord règne dans la Communauté. C’est un bonheur que les austérités pratiquées dans une semblable communauté !

sukho buddhaanam uppaado sukhaa saddhamma-desanaa
sukhaa sanghassa saamaggii samaggaanaM tapo sukho.
(Ⅴ)

14.195
Celui qui vénère ceux qui sont dignes de l’être, Buddhas ou disciples, ceux qui évitent l’erreur, et qui ont traversé le courant douloureux ;

puuj'aarahe puujayato buddhe yadi va saavake
papañcha-samatikkante tiNNa-soka-pariddave.
(Ⅴ)

14.196
Celui qui vénère de tels hommes, désormais affranchis de tout, et sans crainte d’aucune sorte, — celui-là, personne ici-bas ne serait capable d’évaluer ses mérites.

te taadise puujayato nibbute akuto-bhaye
na sakkaa puññaM sankhaatuM im'ettam api kenachi.
(Ⅴ)


Page:  1

Menu livre ↑