Révélation
Onelittleangel > > Révélation  >
(20 Verses | Page 1 / 1)
Clementine Vulgate.
A- | A | A+ | T+

Version
Afficher
Clementine Vulgate.Afficher
(⁎)Afficher | Cacher
(Ⅰ)Afficher | Cacher
(Ⅲ)Afficher | Cacher
(Ⅵ)Afficher | Cacher


14.1
Et vidi : et ecce Agnus stabat supra montem Sion, et cum eo centum quadraginta quatuor millia, habentes nomen ejus, et nomen Patris ejus scriptum in frontibus suis.

Je regardai encore et voici que l'Agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur le front. (⁎)

Je regardai, et voici, l'agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. (Ⅰ)

Et je vis: et voici l’Agneau se tenant sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre milliers, ayant son nom et le nom de son Père écrits sur leurs fronts. (Ⅲ)

Καὶ εἶδον, καὶ ἰδοὺ τὸ Ἀρνίίον ἑστὼς ἐπὶ τὸ ὄρος Σιώών, καὶ μμετ᾿ αὐτοῦ ἑκατὸντεσσεράάκοντα τέέσσαρες χιλιάάδες ἔχουσαι τὸ ὄνομμα αὐτοῦ καὶ τὸ ὄνομμα τοῦ Πατρὸς αὐτοῦγεγραμμμμέένον ἐπὶ τῶν μμετώώπων αὐτῶν. (Ⅵ)

14.2
Et audivi vocem de cælo, tamquam vocem aquarum multarum, et tamquam vocem tonitrui magni : et vocem, quam audivi, sicut citharodorum citharizantium in citharis suis.

Et j'entendis un son qui venait du ciel, pareil au bruit de grandes eaux et à la voix d'un puissant tonnerre; et le son que j'entendis ressemblait à un concert de harpistes jouant de leurs instruments. (⁎)

Et j'entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d'un grand tonnerre; et la voix que j'entendis était comme celle de joueurs de harpes jouant de leurs harpes. (Ⅰ)

Et j’ouïs une voix venant du ciel, comme une voix de grandes eaux et comme une voix d’un grand tonnerre; et la voix que j’entendis était comme de joueurs de harpe, jouant de leurs harpes; (Ⅲ)

καὶ ἤκουσα φωνὴν ἐκ τοῦ οὐρανοῦ ὡς φωνὴνὑδάάτων πολλῶν καὶ ὡς φωνὴν βροντῆς μμεγάάλης ·∙ καὶ ἡ φωνὴ ἣν ἤκουσα ὡς κιθαρῳδῶνκιθαριζόόντων ἐν ταῖς κιθάάραις αὐτῶν ·∙ (Ⅵ)

14.3
Et cantabant quasi canticum novum ante sedem, et ante quatuor animalia, et seniores : et nemo poterat dicere canticum, nisi illa centum quadraginta quatuor millia, qui empti sunt de terra.

Et ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre animaux et les vieillards; et nul ne pouvait apprendre ce cantique, si ce n'est les cent quarante-quatre mille qui ont été rachetés de la terre. (⁎)

Et ils chantaient un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre êtres vivants et les vieillards. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, si ce n'est les cent quarante-quatre mille, qui avaient été rachetés de la terre. (Ⅰ)

et ils chantent un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre animaux et les anciens. Et personne ne pouvait apprendre le cantique, sinon les cent quarante-quatre milliers qui ont été achetés de la terre. (Ⅲ)

καὶ ᾄδουσιν ᾠδὴν καινὴν ἐνώώπιον τοῦ θρόόνουκαὶ ἐνώώπιον τῶν τεσσάάρων ζῴων καὶ τῶν πρεσβυτέέρων. καὶ οὐδεὶς ἐδύύνατο μμαθεῖν τὴν ᾠδὴν εἰμμὴ αἱ ἑκατὸν τεσσεράάκοντα τέέσσαρες χιλιάάδες, οἵ ἠγορασμμέένοι ἀπὸ τῆς γῆς. (Ⅵ)

14.4
Hi sunt, qui cum mulieribus non sunt coinquinati : virgines enim sunt. Hi sequuntur Agnum quocumque ierit. Hi empti sunt ex hominibus primitiæ Deo, et Agno :

Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. Ce sont eux qui accompagnent l'Agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d'entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l'Agneau ; (⁎)

Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges; ils suivent l'agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d'entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l'agneau; (Ⅰ)

Ce sont ceux qui ne se sont point souillés avec les femmes, car ils sont vierges; ce sont ceux qui suivent l’Agneau où qu’il aille; ceux-ci ont été achetés d’entre les hommes, des prémices à Dieu et à l’Agneau; (Ⅲ)

οὗτοίίεἰσιν οἳ μμετὰ γυναικῶν οὐκ ἐμμολύύνθησαν, παρθέένοι γάάρ εἰσιν ·∙ οὗτοι οἱ ἀκολουθοῦντες τῷ Ἀρνίίῳὅπου ἂν ὑπάάγῃ ·∙ οὗτοι ἠγοράάσθησαν ἀπὸ τῶν ἀνθρώώπων ἀπαρχὴ τῷ Θεῷ καὶ τῷ Ἀρνίίῳ ·∙ (Ⅵ)

14.5
et in ore eorum non est inventum mendacium : sine macula enim sunt ante thronum Dei.\

et il ne s'est point trouvé de mensonge dans leur bouche, car ils sont irréprochables. (⁎)

et dans leur bouche il ne s'est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles. (Ⅰ)

et il n’a pas été trouvé de mensonge dans leur bouche; ils sont irréprochables. (Ⅲ)

καὶ ἐν τῷ στόόμματι αὐτῶν οὐχ εὑρέέθη ψεῦδος ·∙ ἄμμωμμοίί εἰσιν. (Ⅵ)

14.6
Et vidi alterum angelum volantem per medium cæli, habentem Evangelium æternum, ut evangelizaret sedentibus super terram, et super omnem gentem, et tribum, et linguam, et populum :

Puis je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, tenant l'Evangile éternel, pour l'annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue et à tout peuple. (⁎)

Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l'annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. (Ⅰ)

Et je vis un autre ange volant par le milieu du ciel, ayant l’évangile éternel pour l’annoncer à ceux qui sont établis sur la terre, et à toute nation et tribu et langue et peuple, (Ⅲ)

Καὶ εἶδον ἄλλον ἄγγελον πετόόμμενον ἐν μμεσουρανήήμματι, ἔχοντα εὐαγγέέλιον αἰώώνιονεὐαγγελίίσαι ἐπὶ τοὺς καθημμέένους ἐπὶ τῆς γῆς καὶ ἐπὶ πᾶν ἔθνος καὶ φυλὴν καὶ γλῶσσαν καὶλαόόν, (Ⅵ)

14.7
dicens magna voce : Timete Dominum, et date illi honorem, quia venit hora judicii ejus : et adorate eum, qui fecit cælum, et terram, mare, et fontes aquarum.

Il disait d'une voix forte : " Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue; adorez Celui qui a fait le ciel et la terre, la mer et les sources des eaux. " (⁎)

Il disait d'une voix forte: Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux. (Ⅰ)

disant à haute voix: Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue; et rendez hommage à celui qui a fait le ciel et la terre et la mer et les fontaines d’eaux. (Ⅲ)

λέέγων ἐν φωνῇ μμεγάάλῃ ·∙ Φοβήήθητε τὸν Θεὸν καὶ δόότε αὐτῷ δόόξαν, ὅτι ἦλθεν ἡὥρα τῆς κρίίσεως αὐτοῦ ·∙ καὶ προσκυνήήσατε τῷ ποιήήσαντι τὸν οὐρανὸν καὶ τὴν γῆν καὶ τὴνθάάλασσαν καὶ πηγὰς ὑδάάτων. (Ⅵ)

14.8
Et alius angelus secutus est dicens : Cecidit, cecidit Babylon illa magna : quæ a vino iræ fornicationis suæ potavit omnes gentes.

Et un autre ange suivit, en disant : " Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité ! " (⁎)

Et un autre, un second ange suivit, en disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité! (Ⅰ)

Et un autre, un second ange, suivit, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui, du vin de la fureur de sa fornication, a fait boire à toutes les nations. (Ⅲ)

Καὶ ἄλλος δεύύτερος ἄγγελος ἠκολούύθησεν λέέγων ·∙ Ἔπεσεν ἔπεσεν Βαβυλὼν ἡμμεγάάλη, ἣ ἐκ τοῦ οἴνου τοῦ θυμμοῦ τῆς πορνείίας αὐτῆς πεπόότικεν πάάντα τὰ ἔθνη. (Ⅵ)

14.9
Et tertius angelus secutus est illos, dicens voce magna : Si quis adoraverit bestiam, et imaginem ejus, et acceperit caracterem in fronte sua, aut in manu sua :

Et un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte : " Si quelqu'un adore la bête et son image, et en prend la marque sur son front ou sur sa main, (⁎)

Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte: Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, (Ⅰ)

Et un autre, un troisième ange, suivit ceux-là, disant à haute voix: Si quelqu’un rend hommage à la bête et à son image, et qu’il reçoive une marque sur son front ou sur sa main, (Ⅲ)

Καὶ ἄλλος ἄγγελος τρίίτος ἠκολούύθησεν αὐτοῖς λέέγων ἐν φωνῇ μμεγάάλῃ ·∙ Εἴ τιςπροσκυνεῖ τὸ θηρίίον καὶ τὴν εἰκόόνα αὐτοῦ, καὶ λαμμβάάνει χάάραγμμα ἐπὶ τοῦ μμετώώπου αὐτοῦ ἢ ἐπὶτὴν χεῖρα αὐτοῦ, (Ⅵ)

14.10
et hic bibet de vino iræ Dei, quod mistum est mero in calice iræ ipsius, et cruciabitur igne, et sulphure in conspectu angelorum sanctorum, et ante conspectum Agni :

il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, du vin pur versé dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et dans le soufre, sous les yeux des saints anges et de l'Agneau. (⁎)

il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l'agneau. (Ⅰ)

lui aussi boira du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère; et il sera tourmenté dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l’Agneau. (Ⅲ)

καὶ αὐτὸς πίίεται ἐκ τοῦ οἴνου τοῦ θυμμοῦ τοῦ Θεοῦ τοῦκεκερασμμέένου ἀκράάτου ἐν τῷ ποτηρίίῳ τῆς ὀργῆς αὐτοῦ ·∙ καὶ βασανισθήήσεται ἐν πυρὶ καὶ θείίῳἐνώώπιον ἀγγέέλων ἁγίίων καὶ ἐνώώπιον τοῦ Ἀρνίίου. (Ⅵ)

14.11
et fumus tormentorum eorum ascendet in sæcula sæculorum : nec habent requiem die ac nocte, qui adoraverunt bestiam, et imaginem ejus, et si quis acceperit caracterem nominis ejus.

Et la fumée de leur supplice s'élèvera aux siècles des siècles, et il n'y aura de repos, ni jour ni nuit, pour ceux qui adorent la bête et son image, ni pour quiconque aura reçu la marque de son nom. " (⁎)

Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n'ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom. (Ⅰ)

Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont aucun repos, ni jour, ni nuit, ceux qui rendent hommage à la bête et à son image, et si quelqu’un prend la marque de son nom. (Ⅲ)

καὶ ὁ καπνὸς τοῦ βασανισμμοῦαὐτῶν εἰς αἰῶνας αἰώώνων ἀναβαίίνει, καὶ οὐκ ἔχουσιν ἀνάάπαυσιν ἡμμέέρας καὶ νυκτὸς οἱπροσκυνοῦντες τὸ θηρίίον καὶ τὴν εἰκόόνα αὐτοῦ, καὶ εἴ τις λαμμβάάνει τὸ χάάραγμμα τοῦ ὀνόόμματοςαὐτοῦ. (Ⅵ)

14.12
Hic patientia sanctorum est, qui custodiunt mandata Dei, et fidem Jesu.

C'est ici que doit se montrer la patience des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus. (⁎)

C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. (Ⅰ)

Ici est la patience des saints; ici, ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. (Ⅲ)

ὧδε ἡ ὑπομμονὴ τῶν ἁγίίων ἐστίίν, οἱ τηροῦντες τὰς ἐντολὰς τοῦ Θεοῦ καὶ τὴνπίίστιν Ἰησοῦ. (Ⅵ)

14.13
Et audivi vocem de cælo, dicentem mihi : Scribe : Beati mortui qui in Domino moriuntur. Amodo jam dicit Spiritus, ut requiescant a laboribus suis : opera enim illorum sequuntur illos.\

Et j'entendis une voix venant du ciel, qui disait : " Ecris : Heureux dès maintenant les morts qui meurent dans le Seigneur! " " Oui, dit l'Esprit, qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent. " (⁎)

Et j'entendis du ciel une voix qui disait: Écris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l'Esprit, afin qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent. (Ⅰ)

Et j’ouïs une voix venant du ciel, disant: Écris: Bienheureux les morts qui meurent dans le Seigneur, dorénavant. Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. (Ⅲ)

Καὶ ἤκουσα φωνῆς ἐκ τοῦ οὐρανοῦ λεγούύσης ·∙ Γράάψον ·∙ Μακάάριοι οἱ νεκροὶ οἱ ἐνΚυρίίῳ ἀποθνῄσκοντες ἀπ᾿ ἄρτι. ναίί, λέέγει τὸ Πνεῦμμα, ἵνα ἀναπαήήσονται ἐκ τῶν κόόπων αὐτῶν,τὰ γὰρ ἔργα αὐτῶν ἀκολουθεῖ μμετ᾿ αὐτῶν. (Ⅵ)

14.14
Et vidi : et ecce nubem candidam, et super nubem sedentem similem Filio hominis, habentem in capite suo coronam auream, et in manu sua falcem acutam.

Puis je regardai, et voici que parut une nuée blanche, et sur la nuée quelqu'un était assis qui ressemblait à un fils de l'homme ayant sur sa tête une couronne d'or, et dans sa main une faucille tranchante. (⁎)

Je regardai, et voici, il y avait une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, ayant sur sa tête une couronne d'or, et dans sa main une faucille tranchante. (Ⅰ)

Et je vis: et voici une nuée blanche, et sur la nuée quelqu’un assis, semblable au Fils de l’homme, ayant sur sa tête une couronne d’or et dans sa main une faucille tranchante. (Ⅲ)

Καὶ εἶδον, καὶ ἰδοὺ νεφέέλη λευκήή, καὶ ἐπὶ τὴν νεφέέλην καθήήμμενον ὅμμοιον Υἱῷἀνθρώώπου, ἔχων ἐπὶ τῆς κεφαλῆς αὐτοῦ στέέφανον χρυσοῦν καὶ ἐν τῇ χειρὶ αὐτοῦ δρέέπανον ὀξύύ. (Ⅵ)

14.15
Et alius angelus exivit de templo, clamans voce magna ad sedentem super nubem : Mitte falcem tuam, et mete, quia venit hora ut metatur, quoniam aruit messis terræ.

Et un autre ange sortit du sanctuaire, criant d'une voix forte à celui qui était assis sur la nuée " Lance ta faucille et moissonne; car le moment de moissonner est venu, parce que la moisson de la terre est mûre. " (⁎)

Et un autre ange sortit du temple, criant d'une voix forte à celui qui était assis sur la nuée: Lance ta faucille, et moissonne; car l'heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre. (Ⅰ)

Et un autre ange sortit du temple, criant à haute voix à celui qui était assis sur la nuée: Lance ta faucille et moissonne; car l’heure de moissonner est venue, parce que la moisson de la terre est desséchée. (Ⅲ)

καὶ ἄλλος ἄγγελος ἐξῆλθεν ἐκ τοῦ ναοῦ, κράάζων ἐν φωνῇ μμεγάάλῃ τῷ καθημμέένῳ ἐπὶτῆς νεφέέλης ·∙ Πέέμμψον τὸ δρέέπανόόν σου καὶ θέέρισον ·∙ ὅτι ἦλθεν ἡ ὥρα θερίίσαι, ὅτι ἐξηράάνθη ὁθερισμμὸς τῆς γῆς. (Ⅵ)

14.16
Et misit qui sedebat super nubem, falcem suam in terram, et demessa est terra.

Alors Celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée. (⁎)

Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et la terre fut moissonnée. (Ⅰ)

Et celui qui était assis sur la nuée mit sa faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée. (Ⅲ)

καὶ ἔβαλεν ὁ καθήήμμενος ἐπὶ τῆς νεφέέλης τὸ δρέέπανον αὐτοῦ ἐπὶτὴν γῆν, καὶ ἐθερίίσθη ἡ γῆ. (Ⅵ)

14.17
Et alius angelus exivit de templo, quod est in cælo, habens et ipse falcem acutam.

Un autre ange sortit du sanctuaire qui est dans le ciel, portant, lui aussi, une faucille tranchante. (⁎)

Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant, lui aussi, une faucille tranchante. (Ⅰ)

Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant lui aussi une faucille tranchante. (Ⅲ)

Καὶ ἄλλος ἄγγελος ἐξῆλθεν ἐκ τοῦ ναοῦ τοῦ ἐν τῷ οὐρανῷ, ἔχων καὶ αὐτὸς δρέέπανονὀξύύ. (Ⅵ)

14.18
Et alius angelus exivit de altari, qui habebat potestatem supra ignem : et clamavit voce magna ad eum qui habebat falcem acutam, dicens : Mitte falcem tuam acutam, et vindemia botros vineæ terræ : quoniam maturæ sunt uvæ ejus.

Et un autre ange, celui qui a pouvoir sur le feu, sortit de l'autel, et s'adressa d'une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant : " Lance ta faucille tranchante, et coupe les grappes de la vigne de la terre, car les raisins en sont murs. " (⁎)

Et un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l'autel, et s'adressa d'une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant: Lance ta faucille tranchante, et vendange les grappes de la vigne de la terre; car les raisins de la terre sont mûrs. (Ⅰ)

Et un autre ange, ayant pouvoir sur le feu, sortit de l’autel et, en jetant un grand cri, il cria à celui qui avait la faucille tranchante, disant: Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins ont mûri. (Ⅲ)

καὶ ἄλλος ἄγγελος ἐξῆλθεν ἐκ τοῦ θυσιαστηρίίου, ἔχων ἐξουσίίαν ἐπὶ τοῦ πυρόός ·∙καὶ ἐφώώνησεν κραυγῇ μμεγάάλῃ τῷ ἔχοντι τὸ δρέέπανον τὸ ὀξύύ λέέγων ·∙ Πέέμμψον σου τὸ δρέέπανον τὸὀξύύ καὶ τρύύγησον τοὺς βόότρυας τῆς ἀμμπέέλου τῆς γῆς, ὅτι ἤκμμασαν αἱ σταφυλαὶ αὐτῆς. (Ⅵ)

14.19
Et misit angelus falcem suam acutam in terram, et vindemiavit vineam terræ, et misit in lacum iræ Dei magnum :

Et l'ange jeta sa faucille sur la terre, et vendangea la vigne de la terre, et il en jeta les grappes dans la grande cuve de la colère de Dieu. (⁎)

Et l'ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu. (Ⅰ)

Et l’ange mit sa faucille sur la terre, et vendangea la vigne de la terre, et jeta les grappes dans la grande cuve du courroux de Dieu. (Ⅲ)

καὶ ἔβαλεν ὁ ἄγγελος τὸ δρέέπανον αὐτοῦ εἰς τὴν γῆν, καὶ ἐτρύύγησεν τὴν ἄμμπελοντῆς γῆς καὶ ἔβαλεν εἰς τὴν ληνὸν τοῦ θυμμοῦ τοῦ Θεοῦ τὴν μμεγάάλην. (Ⅵ)

14.20
et calcatus est lacus extra civitatem, et exivit sanguis de lacu usque ad frenos equorum per stadia mille sexcenta.

La cuve fut foulée hors de la ville, et il en sortit du sang jusqu'à la hauteur du mors des chevaux, sur un espace de mille six cents stades. (⁎)

Et la cuve fut foulée hors de la ville; et du sang sortit de la cuve, jusqu'aux mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades. (Ⅰ)

Et la cuve fut foulée hors de la ville; et de la cuve il sortit du sang jusqu’aux mors des chevaux, sur un espace de mille six cents stades. (Ⅲ)

καὶ ἐπατήήθη ἡληνὸς ἔξωθεν τῆς πόόλεως ·∙ καὶ ἐξῆλθεν αἷμμα ἐκ τῆς ληνοῦ ἄχρι τῶν χαλινῶν τῶν ἵππων, ἀπὸσταδίίων χιλίίων ἑξακοσίίων. (Ⅵ)


Page:  1

Chapitres   | | | | | | | | | | | | | 14| | | | | | | | |

Menu livre ↑