The Chönyid Bardo [LE BARDO DE L'EXPERIENCE DE LA REALITE ]
> The Chönyid Bardo [LE BARDO DE L'EXPERIENCE DE LA REALITE ]  >
6 Verses | Page 1 / 1 |  
(Version Marguerite La Fuente)


1  
[...] Huitième jour [...]

2  
[...] Appelant encore le mort par son nom (parlez-lui) ainsi : [...]

3  
[...] "Ô fils noble, écoute sans distractions, n'ayant pas été capable de reconnaître les Divinités Paisibles qui ont brillé sur toi dans le Bardo précédent, tu es venu errer jusqu'ici. Maintenant, au huitième jour, les Divinités Irritées buveuses de sang, viendront briller. Agis de façon à les reconnaître sans être distrait. [...]

4  
[...] Ô fils noble, le Grand Glorieux Bouddha Heruka (221), de couleur brun foncé avec trois têtes, six mains et quatre pieds, solidement appuyés ; sa (face) de droite étant blanche, celle de gauche rouge et celle du centre brun foncé ; son corps émettant des flammes brillantes, ses neuf yeux grand ouverts d'une fixité terrifiante, ses sourcils tremblants comme l'éclair ; ses dents découvertes, serrées et brillantes, proférant des cris sonores de "a-la-la" et "ha-ha" et des sifflements perçants, ses cheveux jaune roux dressés et émettant des rayons ; ses têtes ornées de crânes (humains) séchés et des emblèmes du soleil et de la lune ; des serpents noirs et des têtes (humaines) fraîchement coupées formant des guirlandes autour de lui ; la première des mains droites tenant, une roue, celle du milieu une épée, la dernière une hache d'armes ; la première des mains gauches tenant une cloche, celle du milieu un scalp humain, la dernière un soc ; son corps enlacé par la mère Bouddha-Krotishaurima qui (222), de la main droite tient son cou et de la gauche porte à sa bouche une coquille (remplie de sang), elle pousse des cris fracassants, des cris déchirants et des grognements comme le tonnerre. (Émanant des deux déités) de radieuses flammes de sagesse, brillantes, sortent de chacun de leurs pores contenant un dorje de feu ; (sous ses aspects, les deux déités), se tenant chacune avec une jambe croisée et (l'autre) droite et raide, sous un dais supporté par des aigles cornus (223), sortiront de ton propre cerveau et viendront briller sur toi. Ne les crains pas. Ne sois pas effrayé. [...]

5  
[...] Reconnais cela pour être une forme corporelle de ton intellect. Reconnais que c'est ta divinité tutélaire, ne sois pas terrifié. N'aie pas peur, car c'est en réalité le Bhagavān Vairochana, le Père-Mère. Au moment même où tu pourras les reconnaître, la libération sera obtenue. Si tu les reconnais, te fondant soudain dans la divinité tutélaire, l'état de Bouddha dans le Samhogha-Kāya sera gagné." [...]

6  
[...] Notes [...]

(221) Texte : Dpal-chen-po Bud-dha Heruka (pron. : Pal-chen-po Buddha Heruka) le Grand Glorieux Bouddha Heruka.
(222) Texte : Bud-dha-Kro-ti-shva-ri-ma (pron. : Buddha Kroti-shau-ri-ma), le Bouddha Féminin, la puissante Mère Irritée. (223) Les Garudas de la mythologie hindoue et tibétaine. Ils sont représentés avec une tête d'aigle, un corps mi-homme mi-oiseau, avec deux bras, deux ailes et des pieds d'aigles. Ils symbolisent l'énergie et l'aspiration.



Page: 1

Chapitre 11

| | | | | | | | | | 11| | | | | | | |





Home | ♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥