PART II [LE PROCEDE DE LA RENAISSANCE ]
> PART II [LE PROCEDE DE LA RENAISSANCE ]  >
11 Verses | Page 1 / 1 |  
(Version Marguerite La Fuente)


1  
[...] Les visions prémonitoires du lieu de Renaissance [...]

2  
[...] "Ô fils noble, maintenant les signes et caractéristiques du lieu de la renaissance vont paraître. Reconnais-les. En observant cette place de naissance, choisis aussi le continent (330). Si tu dois naître dans le Continent oriental de Lùpah, un lac, sur lequel (flottent) des cygnes mâles et femelles, sera aperçu. Ne va pas là. Aie de la répulsion pour cet endroit (331). [...]

3  
[...] Si l'on va là (ce) Continent – bien qu'il soit heureux et facile – est celui où la religion ne prédomine pas. Donc n'y entre pas. Si l'on doit naître dans le Continent méridional de Jambu, on verra de grandes et belles maisons. Entre là si tu as à y entrer. [...]

4  
[...] Si l'on doit naître dans le Continent occidental de Balang-Chôd, un lac avec des chevaux et des juments (paissant sur ses bords) sera aperçu. Ne va pas là, reviens. Malgré qu'il s'y trouve richesse et abondance, c'est une terre où la religion ne prévaut pas ; n'y entre pas. [...]

5  
[...] Si l'on doit naître dans le Continent septentrional de Daminyan, un lac ayant des troupeaux (paissant sur ses bords) ou (entouré) d'arbres sera aperçu. Bien que la vie y soit longue et qu'il s'y trouve des mérites, ce Continent est aussi de ceux où la religion ne prédomine pas. Donc n'y entre pas. Tels sont les signes prémonitoires (ou visions) de la renaissance dans ces (Continents). Reconnais-les. N'y entre pas (332). [...]

6  
[...] A celui qui doit naître comme deva, des temples exquis (ou des demeures) construits en divers métaux précieux apparaîtront (333). On peut entrer là, entre donc. [...]

7  
[...] Celui qui devra naître comme asura verra soit une forêt délicieuse soit des cercles de feu tournant en directions opposées. Qu'il se souvienne de la répulsion et qu'il s'applique à ne pas y entrer. Celui qui doit naître parmi les bêtes (334) verra des cavernes rocheuses, des trous profonds dans la terre. Qu'il n'entre pas là. [...]

8  
[...] Celui qui doit naître parmi les preias verra des plaines désolées et nues, des cavernes peu profondes, des clairières dans la jungle, des étendues de forêts. Si l'on va là, prenant naissance comme preta, on souffrira des angoisses variées de la faim et la soif. Souviens-toi qu'il faut éprouver de la répulsion et ne va pas là. Exerce ton énergie (pour ne pas entrer là). [...]

9  
[...] Celui qui doit naître dans l'Enfer entendra des sons (comme des plaintes) et sera contraint d'entrer là d'une façon irrésistible. Des étendues ténébreuses, des maisons noires et blanches, des trous noirs dans la terre, des routes noires au long desquelles on devra marcher apparaîtront. Si l'on va là, on entrera en Enfer, et, souffrant des douleurs insupportables de la chaleur et du froid, on mettra un temps très long à en sortir (335). Ne va pas au milieu de cela. Il a été dit : [...]

10  
[...] "Exerce ton énergie à son extrême limite", cela est nécessaire maintenant." [...]

11  
[...] Notes [...]

(330) Dans cette description de continents nous donnons les noms tibétains. Les noms sanscrits ont été donnés dans la section XI de l'introduction avec les descriptions complémentaires.
(331) Texte : Rulog. Rébellion ou répulsion. En se souvenant de la répulsion, attitude mentale opposée à son entrée dans ce lieu, le défunt sera en garde.
(332) Ce paragraphe est interverti dans le manuscrit, ayant été copié après la phrase "sera vu" du paragraphe précédent.
(333) La conception chrétienne du Ciel comme place définitive, ayant des rues pavées d'or et des murs de pierres précieuses, doit probablement son origine à la croyance pré-chrétienne des Hindous et Bouddhistes concernant le ciel des dévas. C'est par erreur que l'on nomme le Nirvāna, le ciel bouddhiste. Un ciel implique une place et des phénomènes, sangsāriques, alors que le Nirvāna est non-sangsārique et est au delà de tous phénomènes : "le non-devenu, non-né, non-fait, non-formé". Concept étranger au christianisme ésotérique gnostique, qui a été répudié comme hérétique par des conciles exotériques chrétiens officiels et peu sages.
(334) Ou comme dans le texte, p.167 (où est donné la clé du sens ésotérique de la naissance parmi les bêtes), parmi les êtres humains "ressemblant aux brutes".
(335) Litt. "Il n'y aura pas de temps rapproché où l'on pourra en sortir". En Bouddhisme (et Hindouisme), il n'y a pas d'enfer éternel, ce qui est plus logique que la théologie chrétienne qui, a un moment, le prétendait.



Page: 1

Chapitre 9

| | | | | | | | 9| | | | | |





Home | ♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥