Dialogue  Inter-  Religieux



Onelittleangel > l'Absolu > Esprit & Conscience
22  citations  | Page 1 / 1
T+ A- A A+



L e monde a besoin de saints qui aient du génie comme une ville où il y a la peste a besoin de médecine. Là où il y a besoin, il y a obligation




3784 |  Divers Courants / New Age
Source : Attente de Dieu - ed. La Colombe p.67  








Q uand une âme est parvenue à un amour qui emplisse également tout l'univers, cet amour devient ce poussin aux ailes d'or qui perce l'oeuf du monde.




3783 |  Divers Courants / New Age
Source : Attente de Dieu - ed. la Colombe p. 67  








D onnez-moi la pénétration pour comprendre, la capacité de retenir, la manière et la facilité d'étudier, la subtilité pour interpréter et une grâce abondante pour parler.




3781 |  Christianisme, Catholicisme
Source : Prier avec Thomas d'Aquin par Suzanne Vrai et André Pinet p. 47  








L ’esprit est toujours vérité, vérité orientée vers l’éternel. L’esprit échappe au temps et à l’espace. Par son caractère intégral, il s’oppose au morcellement temporel et spatial. L’esprit n’est pas être, mais il est le sens de l’être, la vérité de l’être. L’esprit est également intelligence, mais une intelligence intégrale. L’esprit est aussi bien transcendant qu’immanent. En lui le transcendant devient immanent et l’immanent transcendant. L’esprit n’est pas identique à la conscience, mais la conscience se construit par l’esprit, et c’est aussi l’esprit qui transcende les limites de la conscience, qui atteint au supraconscient. L’esprit présente un aspect prométhéen, il se révolte contre les dieux de la nature, contre le déterminisme du destin humain ; l’esprit est une évasion, une évasion vers un monde supérieur et libre.




3778 |  Christianisme, Orthodoxie
Source : Esprit et Réalité, 1937  








Q uand l'homme d'intelligence cesse de voir en terme d'identités multiples, dues à des corps multiples, il atteint la vision de brahman. Alors, par tout, il ne voit que l'âme spirituelle. […] Comme l'éther, qui, partout répandu, ne saurait partout, lui de nature subtile, se mêler à rien, ainsi l'âme, de la substance du brahman, bien que dans le corps, ne se mêle pas avec lui. Comme le soleil, à lui seul, illumine tout l'univers, ainsi, ô descendant de Bharata, l'âme spirituelle, à elle seule, éclaire de la conscience le corps tout entier.




1739 |  Hindouisme
Source : XIII, 31-34  








P artout Ses mains et Ses jambes, Ses yeux et Ses visages, et rien n'échappe à Son ouïe. Ainsi, partout présente, l'Ame Suprême. Source originelle des sens de tous les êtres, l'Ame Suprême en est pourtant Elle-même dépourvue. Soutien de tous, Elle reste partout sans attache. Et, au-delà des trois gunas, Elle n'en demeure pas moins le maître. La Vérité suprême est au-dedans comme au-dehors, dans le mobile comme dans l'immobile; Elle dépasse le pouvoir de perception de d'entendement lié aux sens matériels. Infiniment lointaine, Elle est aussi très proche. Bien qu'Elle semble divisée, l'Ame Suprême demeure indivisible; Elle est Une. Bien qu'Elle soutienne tous les êtres, comprends que c'est Elle aussi qui dévore et les fait se développer tous. De tout ce qui est lumineux, Elle est la source de lumière. Elle est non manifesté. Elle demeure par-delà les ténèbres de la matière. Elle est le savoir, l'objet du savoir et le but du savoir. Elle habite le coeur de chacun.




1694 |  Hindouisme
Source : XII, 14-18  








M encius a dit: " Qui épuise le potentiel de son esprit connaît sa nature. Or, connaître sa nature, c'est connaître le Ciel. " D'esprit, il n'y en a qu'un: le mien, celui de mon ami, celui du sage il y a des millénaires, celui du sage à venir dans des millénaires, tous participent de ce même esprit. L'esprit a une constitution immense, et pour peu que j'arrive à en épuiser le potentiel, je ne fais plus qu'un avec le Ciel.




308 |  Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Lu Jiuyuan ji 32 et 35, p. 376 et 444, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997 ; la citation de Mencius est tirée VII A 1, voir plus haut chap. 6, " Nature et destin "  








D 'esprit, il n'y en a qu'un ; de principe, il n'y en a qu'un.
Ultimement tout revient à l'un, le sens essentiel ne peut être deux.
Cet esprit, ce principe, en aucun cas ne saurait être deux.





44 |  Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Lu Jiuyuan ji (OEuvres de Lu Xiangshan) 1, p. 4-5, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997  








L 'espace-temps est mon esprit, mon esprit est l'espace-temps. Il y a des milliers de générations, des saints sont apparus qui participaient de cet esprit, de ce principe. Dans des milliers de générations, des saints apparaîtront qui participeront de cet esprit, de ce principe. Tous les saints qui apparaissent entre les Quatre Mers participent de cet esprit, de ce principe. [ ... ] La réalité intrinsèque à l'espace-temps est la mienne propre ; la réalité qui m'est intrinsèque est celle même de l'espace-temps.




43 |  Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Lu Jiuyuan ji 22, p, 273, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997 ; à en croire sa biographie, Lu aurait tenu ces propos dès l'âge de douze ans, cf. Lu Jiuyuan ji 36, p. 483.  








S ans doute c'est cette idée de la parfaite et suprême unité qui me fait tant chercher quelque unité dans les esprits, et même dans les corps




41 |  Christianisme, Catholicisme
Source : Traité de l'existence et des attributs de Dieu, éd. cit., I, 2, p.62. Ce texte a fait l'objet d'une édition séparée par Louis Dumas, Paris, Éditions Universitaires, collection " Philosophie européenne ", 1990  








L 'esprit est un. Avant d'être mêlé à l'humain, il s'appelle " esprit de Dao ". Une fois mêlé à la part la moins authentique de l'homme, il s'appelle " esprit humain "




39 |  Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Chuanxi lu I, in Wang Yangming quanji, p. 7, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997  








N ous devons savoir qu'Il (le Grand Esprit) est en toute chose: dans les arbres, les herbes, les rivières, les montagnes et tous les quadrupèdes et les peuples ailés; et, ce qui est encore plus important, nous devons comprendre qu'Il est aussi au-delà de tous ces êtres.




35 |  Sagesses & Traditions / Ameridiennes / Tribu des Sioux
Source : Les Rites secrets des Indiens Sioux, trad. F. Schuon, R. Allar, Payot, 1953 / Le Mail, 1992, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 113-114  








C e qui commande au corps, c'est l'esprit. Ce qui émane de l'esprit, c'est l'intention. Ce qui constitue originellement l'intention, c'est l'aptitude à connaître. Là où se dirige l'intention, ce sont les choses. [ ... ] Il n'est pas de principe en dehors de l'esprit, il n'est pas de chose en dehors de l'esprit.




34 |  Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Chuanxi lu I, in Wang Yangming quanji, p. 6, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997  








L e monde est conduit par la conscience [citta], est manœuvré par la conscience, tout obéit à une seule chose, la conscience.




33 |   Khuddaka Nikaya, Bouddhisme, Theravada
Source : Dhammapada (les Stances de la Loi) ,1, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.218  
Remarque : "Selon l'école Yogacara (ou Vijnanavada), la conscience (vijnanamatra) appartient à toutes les formes de vie, à tous les aspects de l'expérience. Sans elle rien ne peut être expliqué : le monde dans lequel vivent les êtres est le fruit de leur conscience à tous les niveaux. La conscience impure des mondains fabrique un monde morcelé, confiés, tandis que pour la conscience immaculée du bodhisattva le samsara ne se distingue pas du nirvana. […] La Conscience, en soi pure et unique, indifférenciée, lumineuse par elle-même, est identique au domaine absolu, vide de tout ce qu'on lui surimpose ; mais en raison de leur soif les êtres prisonniers d'une saisie limitée s'en détournent et, ne percevant plus la conscience unique, sont le jouet de diverses consciences dont l'école fait une fine analyse : la conscience de tréfonds ou réservoir d'imprégnations subconscientes, la pensée (manas), la conscience mentale et les cinq consciences sensorielles En fait la conscience renferme toutes les modalités conscientes et inconscientes sans en être affectée, et les textes bouddhiques ne se lasse pas de la comparer à l'espace ou à un ciel immuable qui n'a ni substance ni forme, immensité vide qui contient toutes les formes sans jamais être contaminée par elles. C'est là le huitième vijnana, dit immaculé (amalavijnana), et qu'on nomme conscience de tréfonds (alayavijnana) quand il est pollué."








S e tenant à l'écart de tous les points de vue, sans imaginant ni imaginé,
Sans support, sans naissance, je l'appelle uniquement conscience et rien qu'elle.
Ni être ni non-être, ainsi dénuée d'être et de non-être, Je définis la seule conscience exempte de conscience [empirique].
Ainsité, vacuité, limite ultime, extinction, domaine absolu,
Variété de corps spirituel, voilà ce que je nomme conscience et rien qu'elle [cittamatra].
Issue de la conscience, la multiplicité provient de l'association des imaginations et de la pensée différenciatrice.
Considérée par les hommes ordinaires comme externe, elle n'est que conscience et rien qu'elle.
Point de monde visible extérieur, la multiplicité étant perçue dans la conscience;
Corps, possessions, résidences, je les nomme uniquement conscience et rien qu'elle.





32 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : st 29-33, p. 153-154, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.218  








L 'Ainsité est l'essence de la conscience.
Pour l'avoir reconnu le yogin sait que tout n'est que conscience et rien qu'elle.





31 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : Sagathakam, p.270, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.218  








P oint de Bouddha ni vérité ni fruit ni cause, ni perversion ni nirvana, ni mort ni renaissance.
Les douze membres de l'existence n'existent pas, point de fini, point d'infini,
Toutes les théories sont éliminées, je proclame que seule existe la Conscience.





30 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : Sagathakam, 277-278, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.270  
Remarque : Assurément il n'y a ni lien ni libération. Si la libération est niée ici, ce n'est pas pour éviter de reconnaître l'existence du lien, mais pour proclamer ce que seule la Réalité révèle : ainsi le dormeur qui se réveille en plein jour se réjouit d'être délivré des images que lui proposait son rêve et qui se révèlent vaines : il n'y a pas d'obstacle, il n'y a pas d'effort, il n'y en a jamais eu, et dans le rêve cependant, il les a affrontés. Encore a-t-il fallu que cesse ce mauvais rêve pour que cesser d'exister lien et libération, mais cette affirmation reste vide de sens pour celui qui demeure en plein rêve sans le reconnaître pour tel.








C es quatre Bouddha : Vairocana, Ratnasambhava, Amitabha, et Amoghasiddhi […] ne sont que pure conscience …




29 |   Advaya Vajra, Hindouisme, Tantrisme
Source : Advayavajra (XIe - XVIIe siècle), Advayavajrasamgraha, chap.VIII : la Quintuple Manifestation, cité et traduit par André Padoux, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.301  








I llusion, conscience, intelligence intuitive, apaisement, dualité d'être et de non-être, Ces enseignements où sont-ils, pour qui, comment, en quelle fin dis-moi ? Je les enseigne... à ceux qui baignent dans la confusion à l'égard de l'existence de la seule conscience.




28 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : Sagathakam, 223-224, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.270  








T out n'est que conscience.




27 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : Sagathakam, 651-652, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.266  








L 'essence de la conscience est immaculée; en elle, pareille au ciel, point d'imprégnation. Dès qu'on s'attache à la conscience, la conscience empirique se déploie. Comme il n'y a pas de monde visible qui lui soit extérieur, seul existe la conscience. L'impureté en vérité se montre dans ce qui est pur, mais le pure lui-même ne montre aucune impureté. Les nuages voilent le ciel, ainsi ne voit-on pas la conscience [voilée par l'impureté].




26 |   Lankavatara Sutra, Bouddhisme, Mahayana
Source : Sagathakam, st. 100-101, p. 284, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.218  








T oute la vie est sacrée, notre vie à tous qui allons sur deux jambes, et que nous partageons avec ceux qui vont à quatre pattes, et avec ceux qui ont des ailes et qui vont dans les airs, et toutes les choses vertes. Car ils sont enfants d'une même mère, et leur père est un seul Esprit. "




25 |  Sagesses & Traditions / Ameridiennes / Tribu des Sioux
Source : Élan Noir parle, trad. J.-C. Muller, Stock, 1977 / Le Mail, 1993, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 113-114  






Page:  1








♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥