Dialogue  Inter-  Religieux



Dialogue interreligieux : La Pratique > Priere

Onelittleangel > La Pratique > Priere
37  citations  | Page 1 / 1





O Seigneur, Fais de moi un instrument de ta Paix,
Là où il y a la haine, que je mette l’Amour,
Là où il y a l’offense, que je mette le Pardon,
Là où il y a la discorde, que je mette l’Union,
Là où il y a l’erreur, que je mette la Vérité,
Là où il y a le doute, que je mette la Foi,
Là où il y a le désespoir, que je mette la Confiance,
Là où il y a la tristesse, que je mette la Joie,
Là où il y a l’obscurité, que je mette la Lumière,

O Seigneur, que je ne cherche pas tant
A être consolé, qu’à consoler,
A être compris, qu’à comprendre,
A être aimé, qu’à aimer.
Car c’est en donnant qu’on reçoit,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en s’oubliant, qu’on se trouve,
Et c’est en mourant, qu’on naît à la vie éternelle.





Christianisme / Catholicisme 4281 | 
Prière de Saint François d’Assise  







S I LA PRIERE CESSE D'ETRE SACCRALISATION DE NOS ACTES QUOTIENS MALHEUR EN CEUX QUI PAR IGNORANCE EN DEVIENNENT LES VICTMES CAR LA PRIERE EST A L'AME CE QUE L'ENGRAIS EST A LA SURFACE DU SOL OU IL L'AMELIORE OU IL L'ECRASE : C'EST UNE QUESTION DE DOSAGE, UNE QUESTION SURTOUT D'EDUCATION MYSTIQUE




Islam / Soufisme 3935 | 
conférence DOUIRBEL 1962  







J e t'exalterai, ô mon Dieu, mon roi! Et je bénirai ton nom à toujours et à perpétuité.
Chaque jour je te bénirai, Et je célébrerai ton nom à toujours et à perpétuité.
L'Eternel est grand et très digne de louange, Et sa grandeur est insondable.





Judaïsme 3536 | 
Psaume 145.1-3  







S i la prière cesse d'être sacralisation de nos actes quotidiens, malheur à ceux qui, par ignorance, en deviennent les victimes. Car la prière est à l'àme ce que l'engrais à la surface du sol; ou elle l'améliore ou elle l'écrase. C'est une question de dosage, une question de discernement, c'est surtout une question d'éducation mystique.




Islam / Soufisme 3485 | 







A u nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. ô toi, l'enveloppé [dans tes vêtements]!(a)
Lève-toi [pour prier], toute la nuit, excepté une petite partie;
Sa moitié, ou un peu moins;
ou un peu plus. Et récite le Coran, lentement et clairement.
Nous allons te révéler des paroles lourdes (très importantes).
La prière pendant la nuit est plus efficace et plus propice pour la récitation.
Tu as, dans la journée, à vaquer à de longues occupations.
Et rappelle-toi le nom de ton Seigneur et consacre-toi totalement à Lui





Islam 3484 | 
73.1-8  







E t accomplis la Salât (prière) aux deux extrémités du jour et à certaines heures de la nuit. Les bonnes oeuvres dissipent les mauvaises. Cela est une exhortation pour ceux qui réfléchissent




Islam 3483 | 
11.114  







R écite ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la Salát (prière). En vérité la Salát (prière) préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d'Allah est certes qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites.




Islam 3482 | 
29.45  







J e leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main




Christianisme 2647 | 
Jean 10;28  







A bd-Allah ibn Mas`ûd (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit:
Je demandai au Prophète (pbAsl) quelle était l'œuvre la plus méritoire. "La prière faite à point nommé", répondit-il. - "Et quoi encore?", repris-je. - "La piété filiale". - "Et quoi encore?". - "Le djihad", répliqua-t-il. Ibn Mas`ûd ajouta: "Je cessai de lui poser davantage de questions de peur de le gêner".





Islam 2074 | 
Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 120  







A fin de recevoir dans son coeur la lumière du Christ il faut, autant que possible, se détacher de tous les objets visibles. Ayant au préalable purifié l'âme par la contrition et les bonnes oeuvres, ayant, pleins de foi au Christ crucifié, fermé nos yeux de chair, plongeons notre esprit dans le coeur pour clamer le Nom de Notre Seigneur Jésus Christ ; alors, dans la mesure de son assiduité et de sa ferveur envers le Bien-Aimé, l'homme trouve dans le Nom invoqué consolation et douceur, ce qui l'incite à chercher une connaissance plus haute. Quand par de tels exercices l'esprit s'est enraciné dans le coeur, alors la lumière de Christ vient briller à l'intérieur, illuminant l'âme de sa divine clarté, comme le dit le prophète Malachie : " Mais pour vous qui craignez son Nom, le soleil de justice brillera, avec le salut dans ses rayons " (Ml 3, 20). Cette lumière est aussi la vie, d'après la parole de l'Evangile : " De tout être il était la vie, et la vie était la lumière de hommes " (Jn 1, 4). Quand l'homme contemple au-dedans de lui cette lumière éternelle, il oublie tout ce qui est charnel, s'oublie lui-même et voudrait se cacher au plus profond de la terre afin de ne pas être privé de ce bien unique - Dieu.




Christianisme / Orthodoxie 1797 | 
Instructions spirituelles, dans Irina Goraïnoff, Séraphim de Sarov, Éditions Abbaye de Bellefontaine et Desclée de Brouwer, 1995.  







A l'église, il est bon de se tenir les yeux fermés, pour éviter les distractions ; on peut les ouvrir si l'on éprouve de la somnolence ; il faut alors porter son regard sur une icône ou sur un cierge allumé devant elle. Si pendant la prière notre esprit se dissipe, il faut s'humilier devant Dieu et demander pardon... car, comme dit saint Macaire " l'ennemi n'aspire qu'à détourner notre pensée de Dieu, de sa crainte et de son amour " (Homélie 2). Lorsque l'intelligence et le coeur sont unis dans la prière et que l'âme n'est troublée par rien, alors le coeur s'emplit de chaleur spirituelle, et la lumière du Christ inonde de paix et de joie tout l'homme intérieur.




Christianisme / Orthodoxie 1796 | 
Instructions spirituelles, dans Irina Goraïnoff, Séraphim de Sarov, Éditions Abbaye de Bellefontaine et Desclée de Brouwer, 1995.  







C eux qui ont décidé de vraiment servir Dieu doivent s'exercer a garder constamment son souvenir dans leur coeur et à prier incessamment Jésus Christ, répétant intérieurement : Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur... En agissant ainsi, et en se préservant des distractions, tout en gardant sa conscience en paix, on peut s'approcher de Dieu et s'unir à lui. Car, dit saint Isaac le Syrien, à part la prière ininterrompue, il n'y a pas d'autre moyen de s'approcher de Dieu (Homélie 69)




Christianisme / Orthodoxie 1795 | 
Instructions spirituelles, dans Irina Goraïnoff, Séraphim de Sarov, Éditions Abbaye de Bellefontaine et Desclée de Brouwer, 1995.  







L ’invocation du Nom du Seigneur nous unit progressivement à lui. Cela se réalise déjà partiellement même lorsque celui qui prie ne comprend pas encore qui est celui-ci (Mt 21, 10), et ne perçoit pas encore clairement la puissance de sanctification qui émane du Nom. Tout progrès ultérieur, toutefois, est étroitement lié à la reconnaissance toujours plus lucide de notre état de péché, allant jusqu’au désespoir. Alors, avec une énergie redoublée nous invoquerons le Nom merveilleux, Jésus, mon Sauveur, aie pitié de moi.




Christianisme / Orthodoxie 1784 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







P our que la pratique de la prière aboutisse aux résultats dont parlent avec tant d’enthousiasme nos pères et nos maîtres, il est indispensable de suivre leur enseignement. La première condition, c’est de croire en Christ comme Dieu-Sauveur ; la seconde, de se reconnaître comme un pécheur en train de se perdre. Cette conscience peut atteindre une telle profondeur que l’homme se sent pire que tous les autres ; et cela lui apparaît comme une évidence, non en raison de ses actes extérieurs, mais en constatant son éloignement de Dieu et en se voyant comme potentiellement porteur du mal sous toutes ses formes. Plus nous nous humilions dans un douloureux repentir, plus rapidement notre prière atteindra Dieu. Mais lorsque nous perdons l’humilité, aucune ascèse ne peut nous aider. La présence en nous de l’orgueil et du jugement de nos frères, le mépris et la haine de notre prochain nous rejettent loin du Seigneur.




Christianisme / Orthodoxie 1783 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







D ieu n’exerce jamais de contrainte sur la volonté de l’homme, mais lui non plus, on ne peut pas l’obliger par force à faire quoi que ce soit. Dans notre prière, nous aspirons à nous tenir devant Dieu dans l’unité et l’intégralité de notre être, en particulier avec l’intellect uni au coeur. Pour réaliser cette bienheureuse union des deux principales puissances de notre personnalité, nous ne recourons à aucun procédé artificiel (psychotechnique). Au début nous habituons notre intellect à persévérer attentivement dans la prière, comme nous l’enseignent les Pères, c’est-à-dire à prononcer le Nom de Jésus-Christ et les autres paroles de la prière avec une grande attention. Invoquer avec concentration le Nom divin, et s’efforcer chaque jour de vivre en accord avec les commandements de l’Évangile a pour effet la fusion de l’intellect et du coeur en une unique activité.




Christianisme / Orthodoxie 1782 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







Q uand nous prions dans un endroit silencieux et solitaire, il arrive bien souvent que toute sorte de pensées importunes viennent solliciter notre intellect et détourner son attention du coeur. La prière semble stérile parce que l’intellect ne prend pas part à l’invocation du Nom de Jésus, et seules les lèvres continuent de répéter mécaniquement les paroles. Mais quand nous mettons fin à notre prière, habituellement les pensées s’éloignent et nous retrouvons le calme. Ce lassant phénomène peut s’expliquer de la façon suivante : par l’invocation du Nom de Jésus nous mettons en mouvement tout un monde secret qui se cache en nous ; on peut comparer la prière à un faisceau lumineux dirigé dans les régions obscures de notre vie intérieure et nous révélant les passions ou les inclinations qui se tapissent dans nos profondeurs secrètes. Dans de tels cas, il faut prononcer le saint Nom avec plus d’intensité, pour que le sentiment de repentir croisse dans l’âme.




Christianisme / Orthodoxie 1781 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







A cquérir la Prière de Jésus signifie acquérir l’éternité. Aux instants solennels et pénibles entre tous où notre organisme physique se désintègre, la prière " Jésus-Christ " devient le vêtement de l’âme ; lorsque l’activité cérébrale s’interrompt et qu’il est déjà difficile de se rappeler et de prononcer toute autre prière, la lumineuse connaissance de Dieu procédant du Nom et intimement assimilée par nous ne pourra être effacée de notre esprit. Après avoir vu la fin de nos pères, morts en prière, nous avons la ferme espérance que la paix céleste qui dépasse toute intelligence nous enveloppera, nous aussi, pour les siècles.




Christianisme / Orthodoxie 1779 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







I l ne sera sans doute pas inutile de préciser que prier par le Nom de Jésus n’a rien d’automatique ni de magique. Si nous ne faisons pas d’efforts pour observer ses commandements, c’est en vain que nous invoquerons son Nom.




Christianisme / Orthodoxie 1777 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







L e Nom de " Jésus " fut donné par révélation d’En-haut. Il provient de la sphère divine, éternelle, et n’est en aucune façon le produit de l’intelligence humaine, bien qu’il soit exprimé par un mot créé. La révélation est un acte, une énergie de la Divinité ; comme telle, elle appartient à un autre plan et transcende les énergies cosmiques. Dans sa gloire supraterrestre, le Nom de " Jésus " est métacosmique. Lorsque nous prononçons le Nom du Christ, lui demandant de se mettre en relation avec nous, lui qui remplit tout, il prête attention à nos paroles, et nous entrons en un contact vivant avec lui. Comme Logos éternel du Père, il demeure avec lui dans une unité indivisible, et ainsi Dieu le Père entre par son Verbe en relation avec nous.




Christianisme / Orthodoxie 1776 | 
Sa vie est la mienne, Éditions du Cerf, 1981.  







L ’Esprit de Dieu nous apprend à prier partout, même au désert, pour tous les hommes, pour le monde entier




Christianisme / Orthodoxie 1768 | 
Silouane, Écrits spirituels, p. 59 , Abbaye de Bellefontaine, 1974.  







J e ne désire rien d’autre que de prier pour les autres comme je le fais pour moi-même. Prier pour les hommes veut dire : donner le sang de son propre coeur.




Christianisme / Orthodoxie 1767 | 
Silouane, Écrits spirituels, pp. 56-57 , Abbaye de Bellefontaine, 1974.  







J e suis mauvais devant le Seigneur ; plus laid qu’un chien galeux, à cause de mes péchés. Mais j’ai prié Dieu de me les pardonner et voici que non seulement il m’a accordé son pardon mais encore le Saint Esprit, et dans le Saint Esprit j’ai reconnu Dieu lui-même.




Christianisme / Orthodoxie 1763 | 
Silouane, Écrits spirituels, Abbaye de Bellefontaine, 1974  







L es prières d’un père spirituel ont une grande force. J’ai beaucoup souffert de la part des démons â cause de mon orgueil, mais le Seigneur m’a rendu humble et a eu pitié de moi grâce aux prières de mon père spirituel ; et, à présent, le Seigneur m’a révélé que le Saint-Esprit repose sur les pères spirituels, et c’est pourquoi j’ai un grand respect pour eux. Par leurs prières, nous recevons la grâce du Saint-Esprit et la joie dans le Seigneur qui nous aime et qui nous a donné tout ce qui est nécessaire pour le salut de nos âmes.




Christianisme / Orthodoxie 1760 | 
Archimandrite Sophrony, Starets Silouane : Moine du Mont Athos. Vie - Doctrine - Écrits, p. 292, Éditions Présence, Sisteron, 1995  







J e vous en supplie, faites un essai. Si quelqu’un vous offense, ou vous méprise, ou vous arrache ce qui vous appartient, ou persécute l’Église, priez le Seigneur en disant : « Seigneur, nous sommes tous tes créatures ; aie pitié de tes serviteurs et tourne-les vers le repentir. » Alors, tu porteras perceptiblement la grâce dans ton âme. Au commencement, force ton cœur à aimer tes ennemis ; le Seigneur, voyant ta bonne intention, t’aidera en tout, et l’expérience elle-même t’instruira. Mais celui qui pense du mal de ses ennemis, l’amour de Dieu n’est pas en lui, et il n’a pas connu Dieu.
Quand tu prieras pour tes ennemis, la paix viendra sur toi ; et tu aimeras tes ennemis, sache qu’une grande grâce divine vit en toi ; je ne dis pas qu’elle soit déjà parfaite, mais elle est suffisante pour le salut. Si, par contre, tu injuries tes ennemis, c’est le signe qu’un esprit mauvais vit en toi et qu’il introduit dans ton cœur de mauvaises pensées ; car, comme l’a dit le Seigneur, c’est du cœur que jaillissent les bonnes ou les mauvaises pensées .





Christianisme / Orthodoxie 1748 | 
Archimandrite Sophrony, Starets Silouane : Moine du Mont Athos. Vie - Doctrine - Écrits, Éditions Présence, Sisteron, 1995  







A moins de prier pour les ennemis, l’âme ne peut pas avoir de paix. L’âme à laquelle la grâce de Dieu a enseigné à prier, aime avec compassion toute créature, et tout particulièrement l’homme. Sur la Croix, le Seigneur a souffert pour les hommes, et son âme a été dans l’agonie pour chacun de nous.




Christianisme / Orthodoxie 1747 | 
Archimandrite Sophrony, Starets Silouane : Moine du Mont Athos. Vie - Doctrine - Écrits, Éditions Présence, Sisteron, 1995  







S i nous prenons l’habitude de prier de tout notre cœur
pour nos ennemis et de les aimer,
la paix demeurera toujours dans nos âmes
C’est une grande œuvre devant Dieu
que de prier pour ceux qui nous offensent
et qui nous font souffrir.





Christianisme / Orthodoxie 1745 | 
Archimandrite Sophrony, Starets Silouane : Moine du Mont Athos. Vie - Doctrine - Écrits, Éditions Présence, Sisteron, 1995  







L 'un de vous souffre-t-il ? Qu'il prie. Est-il joyeux ? Qu'il chante des cantiques. L'un de vous est-il malade ? Qu'il fasse appeler les anciens de l'église et qu'ils prient après avoir fait sur lui une onction d'huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le patient ; le Seigneur le relèvera et, s'il a des péchés à son actif, il lui sera pardonné.




Christianisme 1672 | 
Epître de Saint Jacques Apôtre, Jacques 5 :13-15, traduction œcuménique, édition Le livre de poche  







I l n'est pas défendu ni inutile de prier longtemps, lorsque'on en a le loisir, c'est-à-dire lorsque cela n'empêche pas d'autres occupations bonnes et nécessaires, bien que, en accomplissant celles-ci, on doive toujours prier, comme je l'ai dit, par le désir. Car si l'on prie un peu longtemps, ce n'est pas, comme certains le pensent, une prière de bavardage. Parler abondamment est une chose, aimer longuement en est une autre [...] La prière ne doit pas comporter beaucoup de paroles, mais beaucoup de supplication, si elle persiste dans une fervente attention. Car beaucoup parler lorsqu'on prie, c'est traiter une affaire indispensable avec des paroles superflues. Beaucoup prier, c'est frapper à la porte de celui que nous prions par l'activité insistante et religieuse du coeur...




Christianisme 1511 | 
Lettre à Proba sur la prière, 9, 18 - 10, 20  







V eillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l'esprit est ardent, mais la chair est faible.




Christianisme 1444 | 
Marc 14.38  







P our prier comme il faut, vous devez […] trouver une compagnie. Mais quelle meilleure compagnie que celle du Maître lui-même qui vous a enseigné la prière que vous allez réciter ? Imaginez que le Seigneur est tout prés de vous, et regardez avec quel amour et avec quelle humilité il vous instruit. Croyez-moi, faites tout votre possible pour ne jamais vous séparer d'un si bon ami. Si vous vous habituez à le garder près de vous, et s'il voit que vous le faites avec amour et que vous vous efforcez de le contenter, vous ne pourrez plus, comme on dit, vous en débarrasser. Il ne vous manquera jamais, il vous aidera dans toutes vos difficultés, il sera partout avec vous. Je ne vous demande pas de penser à lui, ni de forger quantité de concepts ou de tirer de votre esprit.




Christianisme / Catholicisme 1216 | 
Le chemin de perfection XXVI,1-3 texte Escorial, numérotation Valladolid  







V eillez, et priez que vous n'entriez point en tentation : car l'esprit est prompt, mais la chair est faible.




Christianisme 1106 | 
Matt. 26 : 41, Traduction David Martin 1744  







R éjouissez-vous en [notre] Seigneur ; je vous le dis encore, réjouissez-vous.
Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est près.
Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses présentez vos demandes à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Et la paix de Dieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos sentiments en Jésus-Christ.





Christianisme 1101 | 
Epître de Saint Paul Apôtre aux Philippiens, Phil. 4 : 6-7, Traduction David Martin 1744  







P rier n'est pas demander ; c'est une aspiration de l'âme.




Hindouisme 966 | 
Extrait de Le jeune Inde  







P riez. L'esprit de l'homme fait plus de chemin avec les genoux qu'avec les pieds.




Divers Courants / Littérature 917 | 
Philosophie prose, p.94, in Océan, Éd.Robert Laffont coll. Bouquins  







C haque pas qui est fait sur elle [la Terre]
devrait être comme une prière.





Sagesses & Traditions / Ameridiennes / Tribu des Sioux 496 | 
Les Rites secrets des Indiens Sioux, trad. F. Schuon, R. Allar, Payot, 1953 / Le Mail, 1992, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 113-114  







S i par un rite, nous entendons un moyen mystique d'orienter notre être vers Dieu, alors sans doute la Fatiha et le Pater sont du même rite, prière par excellence.




Sagesses & Traditions / Africaines / Peuls 443 | 
Aspects de la civilisation africaine, 1972 / 1992, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 105-107  





Page:  1





Partager cette page sur les réseaux sociaux








Home | ♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥