Livres  Sacrés  du Monde



Onelittleangel > Bouddhisme > Mahayana > Zen > Zenrin Kushu
9  citations  | Page 1 / 1
T+ A- A A+



N ul besoin de collines et de ruisseaux pour une méditation paisible
Quand la conscience s'éteint le feu se rafraîchit de lui-même.





659 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 468  








L a bouche veut en parler mais les mots se meurent.
Le cœur veut s'y accorder mais la pensée s'évanouit.





658 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 468  








M ille herbes pleurent des larmes de rosée.
Un pin tout seul murmure dans la brise.





657 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 468  








J e le rencontre mais ne sait qui il est,
Je m'entretiens avec lui mais j'ignore son nom.
Là où ni lune ni soleil n'atteignent,
Là, en vérité, quel merveilleux paysages !





656 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 467  








B ien que nés de la même lignée,
Nous ne mourrons pas de la même lignée.





655 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 467  








A voir un ennui, c'est recevoir une grâce ;
Etre heureux, c'est être mis à l'épreuve.





654 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 466  








V ouloir connaître l'Esprit originel, la nature essentielle :
Voilà la grande maladie de notre religion.





653 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 466  








Q uand une fleur s'épanouit, le monde entier se révèle.




604 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 466  








D ix ans je n'ai pas pu retourner, à présent j'ai oublié par quel chemin je suis venu.




603 |   Zenrin Kushu, Bouddhisme, Mahayana, Zen
Source : cité par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p. 468  






Page:  1








♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥