Dialogue  Inter-  Religieux



La Pratique > Dhikr, Nembutsu, Qigong

13  citations  | Page 1 / 1




L a raison d'être profonde de tout acte religieux est le "Souvenir de Dieu", qui en dernière analyse est la raison d'être même de l'homme.




Islam / Soufisme 3121 | 
Le Soufisme voile et Quintessence 

   




I l faut pratiquer les actes qui sont pesants pour l'âme et non ceux qui lui paraissent légers. En effet, seuls ceux qui lui pèsent sont réels et produisent de rapides effets pour l'illumination spirituelle. C'est le cas de l'invocation du Nom.




Islam / Soufisme 3114 | 
Lettres sur la Voie spirituelle 

   




D ieu est la Lumière des cieux et de la terre ! Sa Lumière est semblable à une niche dans laquelle se trouve une lampe. La lampe est placée dans un cristal. Le cristal est pareil à un astre brillant qu'allumme un arbre béni, un olivier qui n'est ni d'Orient, ni d'Occident, dont l'huile pourrait presque éclater sans que le feu la touche. Lumière sur lumière ! Dieu guide vers Sa lumière qui Il veut. Et Dieu propose aux hommes les paraboles. Et Dieu est parfait connaisseur de toute chose.
Dans des maisons que Dieu a permis d'élever et où il a permis que Son Nom soit invoqué, [on trouve,] célébrant Ses louanges à l'aube et au crépuscule, des hommes que nul négoce et nul troc ne distraient du souvenir de Dieu, de l'accomplissement de la prière et du don de l'aumône. Ils redoutent un Jour où les regards seront bouleversés.





Islam 3052 | 
Coran, sourate la Lumière (24), versets 35-37 

   




A certaines personnes, le souvenir de Dieu vient facilement car elles ne peuvent s'en passer. De cette façon elles gardent contact, satsang, avec Dieu. Quand on répète un mantra ou l'un des noms de Dieu, Il est présent en tant que mantra ou en tant que nom; il faut garder cela à l'esprit. Lorsque l'on parle de Lui ou que l'on chante Ses louanges, Il est Lui-même présent.




Hindouisme 1987 | 
Présence de Ma Anandamayi, Editions Les Deux Océans. Traduction de J. Herbert 

   




J e savais que certaines PAROLES ont un pouvoir qui peut ouvrir à des dimensions qui sont normalement cachées à l'homme. […] Écoute moi bien ô homme, retiens ce mot de puissance que je te laisse. Utilise-le et tu trouveras ce pouvoir dans sa sonorité. Prononce le mot: "ZIN-URU" et tu trouveras le pouvoir. Mais pour qu'il soit efficace tu dois comprendre que l'homme est LUMIÈRE et que la LUMIÈRE EST HOMME.




Sagesses & Traditions / Africaines / Egyptiennes 1929 | 
Tables d'Emeraude, TABLETTE X : LA CLEF DU TEMPS 

   




C 'est un qi immense et vigoureux. S'il est nourri de droiture sans subir de dommage, il emplit tout l'espace entre Ciel et Terre. C'est le qi par lequel sont mis en adéquation le sens moral et le Dao, faute de quoi il dépérit. Il naît de la pratique cumulative du sens moral et non d'actes ponctuels. Pour peu que le comportement ne soit pas en accord avec le cœur, il dépérit.




Confucianisme 481 | 
Mengzi, traduction Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997, chap.6, p162 

   




A Hui qui sollicite l'enseignement du maître sur le jeûne du cœur, Confucius répond : " unifie ton intention. Plutôt que d'écouter avec l'oreille, écoute avec le cœur. Plutôt que d'écouter avec le cœur, écoute avec le Qi. L'ouie s'arrête à l'oreille, le cœur s'arrête à ce qui s'accorde avec lui. Le Qi c'est le Vide qui accueil toute chose. Or seul le Dao accumule le Vide. Ce vide, c'est le jeûne du cœur. "




Taoisme 480 | 
Zhuangzi, chap.IV, traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997, chap. 4 
Alors que l'homme confucéen est invité à exalter son humanité, Zhuangzi l'exhorte au contraire à la faire enter en fusion avec le Dao. Cet affinement nécessaire, non seulement du corps physique dans sa lourdeur et son manque de mobilité, mais aussi d'un ego trop encombrant pour entrer dans la fluidité du Dao, peut s'atteindre par des pratiques très concrètes, regroupées sous l'appellation générique de " travail sur le Qi " (Qigong), qui n'est qu'un aspect du gongfu : maîtrise de la respiration, gymnastique, méditation (" assis dans l'oubli ", discipline sexuelle, … Zhuangzi préfère l'appellation plus poétique de " jeune du cœur " (xinzai).

   




S i [le qi] est nourri par la droiture sans être affecté d'aucune une manière, il remplira tout l'espace entre Ciel et Terre.




Confucianisme 477 | 
Mengzi Il A 2, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997, chap. 6, " Physiologie morale " 

   




S i le Japa (l'invocation du Nom divin) a été pratiqué constamment,
il portera obligatoirement des fruits un jour ou l'autre.





Hindouisme 475 | 
L'Enseignement de Mâ Ananda Mayî, trad. S. et J. Herbert, Albin Michel, 1974 / 1989, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 150-151 

   




I l est en son pouvoir de parvenir à cette limite, et de faire durer cet état en repoussant les tentations, par contre, il n'est pas en son pouvoir d'attirer à lui la Miséricorde de Dieu Très Haut.




Islam / Soufisme 473 | 
Ihya' 'ulim al-din, III, p16-17, cité et traduit par GG Anawati et Louis Gardet, " La Mystique Musulmane ", l'expérience du Dhikr 
Les ultimes effets de la technique du fait de la passivité du sujet peuvent se présenter psychologiquement comme un don reçu. Les auteurs musulmans conceptualiseront aussitôt cet état comme la venue de la lumière divine. Mais nous savons bien que les maîtres du Yoga présentent, eux aussi, le stade ultime du samadhi comme une irruption soudaine, que l'âme reçoit (de même la grâce du Bouddha dans le Nembutsu). Faut il y voir un témoignage expérimental d'une grâce gratuitement donnée ? Ce serait je crois, extrapoler. Ce qui caractérise la grâce divine c'est qu'elle n'est aucunement à la portée de l'homme. L'homme peut s'y préparer, mais inefficacement. La tentation de la technique, est de faire croire au contraire qu'elle prépare efficacement à un don, qui ne peut ne pas être donné, quant l'expérience se poursuit assez loin, quand elle " réussit". Le sentiment psychologique d'un don est normal, dès lors que l'homme s'avance de ses propres forces, bien qu'à contre pente de sa nature, dans une voie de la spiritualité naturelle, et donc, en fait, vers les profondeurs de son propre " Soi " (mais non vers les profondeurs d'un Autre, transcendant). Pour un croyant monothéiste, on comprend, qu'une telle expérience en vienne à être conceptualisé en fonction même des propositions de sa foi. Cette irruption soudaine de l'expérience ineffable du " Soi " pourra être dite Allah en climat musulman, et " déification participée " en climat chrétien. " Ce qui constitue le cœur même de la prière, c'est ce que l'on nomme la prière de Jésus […] le nom de Jésus, présent dans le cœur humain, lui communique la force de déification que le Rédempteur nous a accordée … " (S. Boulgakov, Orthodoxie, cité par " un moine de l'Eglise d'Orient ", la prière de Jésus, p86-87) […] Dans le " Dhikr de l'intime ", la dualité d'être semble s'abolir. Non par fusion, il est vrai, comme en climat indien, car la conceptualisation de la transcendance divine demeure, mais dans une ligne ressentie comme une " disparition " du sujet en son être même. […] L'état alors atteint est désigné par le terme fana', " annihilation, " abolition ", c'est à dire : " L'homme disparaît de lui-même, il ne sait rien des apparences extérieures de ses membres, ni du monde extérieur, ni de ce qui se passe en lui, il disparaît de tout cela, et tout cela disparaît de lui, fuyant vers Dieu d'abord, en Dieu ensuite " (Ibn Ata Allah)

   




P uis il en vient au point d'effacer la trace du mot sur la langue, et il trouve son cœur continuellement appliqué au Dhikr (la pratique soufi).
Il persévère assidûment jusqu'à ce qu'il en arrive à effacer de son cœur l'image de la locution, des lettres et de la forme du mot, et que les sens du mot demeure seul en son cœur, présent en lui, comme joint à lui, et ne le quittant pas.





Islam / Soufisme 472 | 
Ihya' 'ulim al-din, III, p16-17, cité et traduit par GG Anawati et Louis Gardet, " La Mystique Musulmane ", l'expérience du Dhikr 
En outre, c'est au stade du Dhikr du cœur qu'il conviendrait de référer principalement mais non exclusivement, à l'apparition de phénomènes visuels : phénomènes lumineux, colorés et à ce stade là, intermittents. En climat chrétien à partir du XIVème siècle, et dans les églises séparées, ces expériences de luminosité se trouveront comme prise en charge par la théorie des " énergies divines incréées " (considérées comme réellement distinctes de l'essence divine), et de la lumière incréée du " Thabor ". Nous avons affaire ici à un effort spéculatif à base de réflexion théologique qui entend elle-même fonder sa garantie sur des textes venus des Pères. Depuis la systématisation de Grégoire le Thessalonique, ces phénomènes lumineux, quant ils deviennent objectifs et visibles par un observateur préparé, sont pris volontiers comme la manifestation de l'état de grâce, entendons ici, essentiellement, l'état adamique recouvré. Le corps du Saint participe alors de la lumière incréée que revêtait le corps du Christ et se manifesta au Thabor. (corps astral) (Cf. Vladimir Lossky, Essai sur la théologie mystique de l'église d'orient). Dans la pensée des auteurs musulmans, ces apparitions lumineuses ne seront plus considérées comme la manifestation d'un état de grâce, don gratuit de Dieu, mais très souvent comme l'irradiation de la nature la plus intime de l'esprit, du ruh, qui vient en l'homme, du Commandement incréé du Seigneur. (cf. p30) Par exemple : l'âme ou l'esprit sera considéré comme entouré par sept enveloppes lumineuses, successivement visibles à l'œil intérieur du disciple qui pratique le Dhikr (cf. Ala - al Dawla Simnani, mort en 1336). Les enveloppes sont : qualibiyya (corporelle : couleur fumée grise), nafriyya (âme charnelle : bleue), qualbiyya (cœur : carminée), sirriyya (conscience [intime] : blanche), ruhiyya (esprit : jaune), khafiyya (mystère : noire), haqqiyya (réel : verte). […] (l'homme) L'apparition des phénomènes lumineux est mise ainsi en relation avec une saisie progressive du Soi, comme directement émané de la source créatrice. Nous avons donc cette dualité : une transcendance divine totale, maintenue au moins dans la formulation générale de la foi ; [et] une communication avec cette transcendance garantie par une technique. […] Et ainsi, la diversité même de ces conceptualisations nous incite, à distinguer nettement : 1) les visions lumineuses elles-mêmes, qui semblent liée à l'expérience. 2) l'explication qui en est proposée, variables selon les climats religieux, et selon les diverses écoles en chaque climat. [De même, on peut se demander] si l'apparition des lumières est : 1) due à la pratique exclusivement (auteurs musulmans en général) 2) ou biens aidée par la pratique mais non produit par elle, tel un don de Dieu (auteurs chrétiens en général et Ghazzali)

   




A près s'être assis dans la solitude, il [le soufi] ne cesse de dire de bouche Dieu [Allah], continuellement, et avec la présence du cœur.
Cela, jusqu'à ce qu'il parvienne à un état où il abandonne le mouvement de la langue, et voie le mot comme coulant sur celle ci.





Islam / Soufisme 471 | 
Ihya' 'ulim al-din, III, p16-17, cité et traduit par GG Anawati et Louis Gardet, " La Mystique Musulmane ", l'expérience du Dhikr 
En lui réponds, comme un écho, l'enseignement d'autres mystiques. En Extrême Orient, nous avons le japa yoga, brahamiste ou bouddhiste dont l'épanouissement semble avoir été la pratique shomyo du bouddhisme japonais, et l'inlassable répétition du Nembutsu (" pensée au Bouddha "), tout spécialement pratiquée et prêchée par le saint à l'attachante figure que fut Honen Shonin (1133 - 1212). Si nous passons en climat monothéiste, nous trouvons dans la première période de la mystique Juive (antérieur à l'Islam), la trace d'une expérience décrivant la " descente dans la Merkabah* ", et " aidée sinon provoquée, par une méthode corporelle de concentration et de répétition de formules, dont la vertu ne réside pas tant dans le sens que dans la monotonie et le pouvoir de fixation ". (G. Vajda, T.P. Revue des Etudes Juives, TCVH (bibliographie), p12) (* la Merkabah est le char de la vision du prophète Ezéchiel, cf. aussi Gershan G. Scholem, Major Trends in Jewish Mysticism, chap. II, pages 40 et suivantes) En Proche Orient Chrétien, déjà vers les Ve - VIIe siècles, dans la continuité des Pères du Désert, puis surtout dans les églises séparées grecques et russes, nous avons la " prière de Jésus " et la pratique dite de l'hésychasme.[…] Ces quelques rappels nous soulignent l'étonnante corrélation des méthodes du Nembutsu, de la " descente dans la Merkabah ", du Dhikr, de la " prière de Jésus ", et leurs phénomènes concomitants. Commentaires de GG Anawati et Louis Gardet, " La Mystique Musulmane ", l'expérience du Dhikr, p190 à 193) Ici cependant, il nous faut bien faire intervenir une distinction que n'apportent pas les auteurs musulmans. Ce qui est le " fruit " direct de technique du Dhikr, c'est la main mise monoïdéique de Mentionné sur le mentionnant. Et si cette mainmise prend figure de transcendance quasi expérimentée, c'est que, par ailleurs, la foi musulmane informe et conceptualise l'expérience. Sur ce point, l'expérience par elle-même serait muette : ainsi en témoigne le Japa Yoga et le Nembutsu, qui, eux, n'aboutissent point, au contraire, à une saisie de la pure transcendance divine. C'est qu'ils sont informés par le " Toi, tu est Cela " indien, ou par l'entrée dans la " Terre pure " bouddhiste, de même que le Dhikr est informé par le Dieu unique de l'Islam.

   




S i tu mentionnes Dieu Très Haut par ta langue, mentionne avec le Dhikr de ta langue tous les corps solides.
Si tu mentionnes avec ton cœur, mentionnes avec ton cœur l'univers corruptible et en lui, tous les mondes créés par Dieu.
Si tu mentionnes avec ton âme, mentionne avec elle les cieux, et ce qu'ils contiennent.
Si tu mentionnes avec ton esprit, mentionne avec toi le Siège divin et ses mondes.
Si tu mentionnes avec ton intellect, mentionne avec toi les porteurs du Trône et les anges chérubins, et les esprits rapprochés qui tournent autour du Trône.
Si tu mentionnes avec ton intime, mentionne avec toi le Trône avec tous ses mondes, jusqu'à ce que la mention (Dhikr) se joigne à l'Essence divine.





Islam / Soufisme 433 | 
Miftah al falah, p7, cité et traduit par GG Anawati et Louis Gardet, " La Mystique Musulmane ", Dhikr de l'intime, p226 et suivantes 
Nous avons là une hiérarchie des mondes bien connue en soufisme. Tout d'abord, la Jabarut, le monde ou plutôt les mondes créés de la Toute Puissance divine, sujets au changement : c'est le " Dhikr de la langue " et le " Dhikr du cœur " qui mettent le serviteur en communication avec elle, selon le rapport macrocosme - microcosme que nous avons signalé. Vient ensuite la Malakut, monde des substances angéliques, des esprits prophétiques et des saints. D'autres textes, plus influencés de philosophie helléniste, l'appelleront simplement le monde des substances séparées. D'autre encore, comme Ibn' Atta' Allah, y verront, de préférence, les anges qui approchent le Trône divin. C'est encore un monde des formes, mais des formes supérieures. Au-dessus de lui, bien que pénétrant toute chose, c'est la Lahut, monde de l'Essence divine, sans forme parce qu'au delà des formes, imparticipable, sans " figure " qui se puisse " ciseler ", mais cependant irradiant et irradié, lumière subsistante et source de toute lumière. (Cf. les conceptions émanatistes et monistes d'Ibn Sina, spécialement dans les gloses sur la pseudo Théologie d'Aristote et les développements de l'école de l'ishraq). Comment ne pas évoquer ici le monde des " énergies divines ", " réellement distinct " de l'essence divine, elle-même imparticipable, et dont certains Orientaux voient précisément dans la transfiguration lumineuse qu'ils recherchent, ou du moins attendent, le signe de la présence ? On aimerait évoquer par ailleurs la " Terre pure " du Jodo, cette sorte de Nirvana positif, dont Honen promet l'entrée aux fidèles disciples du Nembutsu. Nous retrouvons une fois de plus la dualité constamment signalée : des effets liés à une expérience, et présentés comme tels, mais diversement conceptualisés au gré des affirmations de foi religieuse. Ce n'est pas le lieu de rechercher des sources historiques et les influences philosophiques (en Chrétienté comme en Islam : néoPlatonisme et gnose), qui ont pu commander de telles représentations. Du point de vue qui nous occupe, leurs concordances parlent d'elles-mêmes. L'existence possible (probable) de source commune n'ôte rien au témoignage que leurs affirmations à la foi semblables et diversifiées, nous livrent sur l'orientation des expériences poursuivies.

   


Page:  1





Partager cette page sur les réseaux sociaux








Home





Little Angels







Mot de passe oublié?




Options de lecture
En vous inscrivant gratuitement avec le lien ci-dessous vous pourrez :

A la lecture des livres sacrés :
- Bookmark Ajouter un marque page à tout moment pour retrouver votre dernière page de lecture.
- Cut/paste Copier/coller et enregistrer en quelques clics les passages qui vous plaisent dans votre collection de citation.
- Bookmark Enregistrer votre plan de lecture

A la lecture des citations :
- Ajouter vos citations favorites à votre collection
- Voter pour vos citations préférées
- Vous envoyer par email une citation
- Bookmark Partager vos pensées, croyances, lectures en rajoutant des citations

Mais aussi
- Conserver vos préférences de lecture (style de caractère, background, taille de caractère, etc.

S'inscrire gratuitement






Autres outils

Chronologie des Religions du Monde
Divination gratuite en ligne
Bibliothèque d'images sacrées des Religions du Monde
Best Of des Citations
♥ Notre Projet ♥ ⇄ ♥ Votre projet ♥
♥ Suivez les citations du Jour sur




Livres sacrés des Religions du Monde

Le Dhammapada
Le sutra du Diamand et le sutra du Coeur
La sainte Bible
Corpus Hermetica
La Bhagavad Gita
Les Upanishads (extraits)
Les Lois de Manu
Le saint Coran
L'Avesta
Ecrits de Bahá’u’lláh
Le Livre des morts Tibétain
Sepher Ha Zohar






Citations par livres sacrés


Bouddhisme
Astasahasrika Prajnaparamita
Avatamsaka Sutra
Divers Sutras
Kalacakratantra
Khuddaka Nikaya
Lankavatara Sutra
Milandapanha
Sahasrikaprajnaparamita
Sutra de l'Eveil parfait
Vinaya Pitaka
Zenrin Kushu

Christianisme
Bible

Confucianisme
Zhongyong

Hindouisme
Bhagavad Gita
Upanishads

Islam
Coran

Judaïsme
Ecclesiastes
Nevi'im
Proverbes
Psaumes
Torah

Sagesses & Traditions
Triades Bardiques

Taoisme
Dao De Che Gui
Huainanzi
Liezi
Sanlun yuanzhi
Yunji Qiqian




Citations par auteurs


Bouddhisme
Asanga
Bouddha
Brug-pa Kun_legs
Candrakirti
Chen-houei du Ho-tso
Dogen
Gudo Roshi Nishijima
Guéshé Kelsang Gyatso
Lin-tsi
Milarepa
Nagarjuna
Santideva
Taisen Deshimaru
Vimalakirti

Christianisme
Abbé Pierre
Archimandrite Sophrony
Fénélon
Henri Le Saux
Jacob Boehme
Jésus Christ
Maître Eckhart
Martin Luther King
Mere Teresa
Nicolas Berdiaev
Saint Augustin
Saint François d'Assise
Saint Grégoire de Nysse
Saint Jacques
Saint Jean de la Croix
Saint Paul
Saint Séraphim de Sarov
Saint Silouane l'Athonite
Saint Thomas d'Aquin
Sainte Thérèse d'Avila

Confucianisme
Cheng Yi
Confucius
Lu Xiangshan
Mencius
Shao Yong
Su Shi
Wang Fuzhi
Wang Yangming
Zhang Zai
Zhou Dunyi

Hindouisme
Advaya Vajra
Anangavajra
Aurobindo Ghose
Gandhi
Hariharananda
Jiddu Krishnamurti
Kambala
Kanha
Lahiri Mahasaya
Ma Anandamayî
Nisargadatta Maharaj
Paramhansa Yogananda
Ramana Maharshi
Ramdas
Saraha
Shankara
Shri Yukteswar
Swami Satyananda
Vivekânanda

Judaïsme
Martin Buber
Mochè bèn Maïmone

Islam
Abd el-Kader
Ahmad Al-Alawi
Ali Ibn Abou Talib
Bistami
Cheikh Ahmadou BAMBA
Cheikh Ahmed Tidiane Sy
Cheikh Aly NDAW
Frithjof Schuon
Ghazzali
Hallaj
Ibn 'Arabi
Ibn' Ata' Allah
Kalabadhi
Muhammad
Rumi
Umar Ibn Al-Farid

Philosophie
Aristote
Arthur Schopenhauer
Baruch Spinoza
Blaise Pascal
Descartes
Épictète
Épicure
Frederic Nietzsche
Henri Bergson
Henry More
Kant
Lucrèce
Marc-Aurèle
Nicolas Malebranche
Platon
Plotin
Pythagore
Sartre
Sénèque

Sagesses & Traditions
African Proverb
Amadou Hampaté Bâ
Charif Barzouk
Héhaka Sapa
Hermès Trismégiste
Japanese Proverb
Proverbes Arabes
Proverbes Juifs

Sickhisme

Taoisme
Cheng Xuan Ying
Guo Xiang
Kou Houan
Laozi
Li Daochun
Wang Bi
Wu Yun
Zhuangzi

Divers Courants
Angelus Silesius
Arnaud Desjardin
François Brousse
Freud
Jean de La Fontaine
Jean-Jacques Rousseau
Kabir
Karlfried Graf Durckheim
Mircea Eliade
Montaigne
Oscar Wilde
Simone Weil
Tagore
Victor Hugo
Voltaire
William Blake
William Shakespeare




Citations par courants de pensée


 Bouddhisme
  ‣Mahayana
   ‣Madhyamaka
   ‣Yogacara
   ‣Zen
  ‣Theravada

 Christianisme
  ‣Catholicisme
  ‣Orthodoxie
  ‣Protestantisme

 Confucianisme
  ‣Néo-confucianisme

 Divers Courants
  ‣Littérature
  ‣New Age
  ‣Psychologie

 Hindouisme
  ‣Kriya Yoga
  ‣Tantrisme

 Islam
  ‣Soufisme

 Judaïsme
  ‣Hassidisme

 Philosophie
  ‣Aristotélisme
  ‣Cartésianisme
  ‣Pythagorisme
  ‣Epicurisme
  ‣Kantisme
  ‣Néo-platonisme
  ‣Platonisme
  ‣Stoïcisme

 Sagesses & Traditions
  ‣Africaines
   ‣Berberes
   ‣Egyptiennes
   ‣Peuls
  ‣Ameridiennes
   ‣Sioux
   ‣Six Nations
  ‣Asiatique
  ‣Japonaise
   ‣Moyen-Orient
  ‣Occidentales
   ‣Celtiques

 Taoisme




Citations par thèmes


l'Absolu
Dieu
Esprit & Conscience
L'UN
Manifestation
Nirvana
Omniprésence
Sans Nom et Sans Forme

Le Monde
Illusion ou Absolu ?
La Création
La loi du Retour
L'illusion
Paradis, enfer et au-dela
Qi, Prana, Pneuma
Vide ou Non Vide ?

L'homme
Définitions
Esprit, Ame & corps
La conscience
La mort
Le Soi
Les Chakras
L'être
Nature Divine

Le Saint
Eveil & Sapience
Extases & Grâces
Omniscience
Remettre sa volonté à Dieu
Révélation & Intuitions
Role et Emotions
Unions divines
Vie Mystique
Visions Mystiques

La Pratique
Dhikr, Nembutsu, Qigong
Méditation, Comtemplation
Priere
Qu'est ce que la Pratique ?
Quotidienne
Samadhi & Yoga

Le Mal
Definitions
La souffrance
La Violence
Le Péché

Les Voies
Amour, Compassion, Devotion
Ascetisme ?
Authenticité & Spontanéité
Autres Voies
Connais Toi toi-meme
Etude et Action
Foi
La quete intérieure
Morale et Vertue
Non Agir
Pratique Spirituelle
Union Mystique

Le Détachement
De la pensée, du souffle
De l'Extase
De l'intellect
De soi
Définitions
Des Conceptions
Des désirs & émotions
Des sens & du corps
Du Devenir
Du dogmatisme
Du language
Du moi, de l'ego

Les Classiques
Accepter son destin
Causalité & Karma
Ignorance & Savoir
Impermanence
La Liberté
La Lumiere
La Réalisation
La Vie
Le Souffle
Le Verbe

Divers
Conseils spirituels
Guide Spirituel
Humour
Koans
Poemes
Sagesse
Sagesses du Monde
Silence




Recherche de citations par mots-clefs


:


: