Onelittleangel.com
l'Absolu > Omniprésence
Dialogue interreligieux : Omniprésence
Onelittleangel > l'Absolu > Omniprésence
20  citations  | Page 1 / 1
A- A A+



L’AN NEUF DE L’HEGIRE

Comme s’il pressentait que son heure était proche,
Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ;
Il marchait en rendant aux passants leur salut ;
On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût
A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;
Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,
Se souvenant du temps qu’il était chamelier.
Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour,
Les temps antérieurs, l’ère immémoriale.
Il avait le front haut, la joue impériale,
Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent,
Le cou pareil au col d’une amphore d’argent,
L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge.
Si des hommes venaient le consulter, ce juge
Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier,
Ecoutait en silence et parlait le dernier.
Sa bouche était toujours en train d’une prière ;
Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;
Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ;
Il s’asseyait à terre et cousait ses habits.
Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne,
Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune.
A soixante-trois ans une fièvre le prit.
Il relut le Coran de sa main même écrit,
Puis il remit au fils de Séid la bannière,
En lui disant : " Je touche à mon aube dernière.
Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. "
Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui
D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire.
Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,
Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;
Et l’étendard sacré se déployait au vent.
Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule ;
" Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ;
La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand.
Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant.
Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. "
Un cheikh lui dit : " o chef des vrais croyants ! le monde,
Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut ;
Le jour où tu naquit une étoile apparut,
Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. "
Lui, reprit : " Sur ma mort les Anges délibèrent ;
L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous
Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous
Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe ;
Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe. "
Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.
Une vieille, tondant la laine d’un mouton,
Assise sur un seuil, lui cria : " Dieu t’assiste ! "
Il semblait regarder quelque vision triste,
Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : " voilà,
Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah ;
Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.
J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.
Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.
Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause.
Il est né d’une Vierge aspirant une rose.
Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,
Je ne suis qu’un limon par les vices noirci ;
J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange ;
Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange,
Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;
O vous tous, je serais bien vite dévoré
Si dans l’obscurité du cercueil solitaire
Chaque faute engendre un ver de terre.
Fils, le damné renaît au fond du froid caveau
Pour être par les vers dévoré de nouveau ;
Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine,
Finie ouvre à son vol l’immensité sereine.
Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,
Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas,
Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne
Comme dans le désert le sable et la citerne ;
Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants !
Tenu tête dans l’ombre au x Anges effrayants
Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres ;
J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;
Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas,
Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas ;
Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ;
Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,
Et, comme je sentais en moi la vérité,
Je les ai combattus, mais sans être irrité,
Et, pendant le combat je criais : " laissez faire !
Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.
Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !
Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis
Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite,
Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,
Ils ne me feraient point reculer ! " C’est ainsi
Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici
Arrivé sur le bord de la tombe profonde,
Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde.
Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi,
Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,
Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore.
Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore ;
Peuple, n’en doutez pas ; celui qui prodigua
Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,
Les perles à la mer et les astres à l’ombre,
Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre. "
Il ajouta ; " Croyez, veillez ; courbez le front.
Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront
Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme,
Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ;
Presque personne n’est assez pur de péchés
Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez,
En priant, que vos corps touchent partout la terre ;
L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère
Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu
A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ;
Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ;
Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,
Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux,
Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ;
Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,
Habite un pavillon fait d’une perle creuse ;
Le Gehennam attend les réprouvés ; malheur !
Ils auront des souliers de feu dont la chaleur
Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière.
La face des élus sera charmante et fière. "
Il s’arrêta donnant audience à l’espoir.
Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :
" O vivants ! Je répète à tous que voici l’heure
Où je vais me cacher dans une autre demeure ;
Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,
Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu,
Et que, si j’ai des torts, on me crache aux visages. "
La foule s’écartait muette à son passage.
Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia.
Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya,
Disant : " Mieux vaut payer ici que dans la tombe. "
L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe
En le regardant cet homme auguste, son appui ;
Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,
Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,
Et passèrent la nuit couchés sur une pierre
Le lendemain matin, voyant l’aube arriver ;
" Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,
Tu vas prendre le livre et faire la prière. "
Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;
Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,
Et souvent à voix basse achevait le verset ;
Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.
Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte
Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.
" Qu’il entre. " On vit alors son regard s’éclairer
De la même clarté qu’au jour de sa naissance ;
Et l’Ange lui dit : " Dieu désire ta présence.
- Bien ", dit-il. Un frisson sur les tempes courut,
Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.
Victor Hugo, le 15 janvier 1858.




Citation n° 2718 : , Poete et ecrivain francais , Divers Courants / Littérature
Source :  
Ajouté par Non identifié

[↳ Email]   [↳ Carte postale]   [↳ Voir (2)] 



Je suis la lumière qui est sur eux tous. Je suis le Tout. Le Tout est sorti de moi et le Tout est venu à moi. Fendez du bois, je suis là ; soulevez la pierre, vous me trouverez là.




Citation n° 1830 : , Christianisme
Source : Apocryphe: L'Évangile selon Thomas (ouvrage du IIe siècle écrit en copte découvert en 1945, à Nag Hamadi, dans le désert égyptien), logia 77  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Cet univers est tout entier pénétré de Moi, dans Ma forme non manifestée. Tous les êtres sont en Moi, mais je ne suis pas en eux. Dans le même temps, rien de ce qui est créé n'est en Moi. Vois Ma puissance surnaturelle! Je soutiens tous les êtres, Je suis partout présent, et pourtant, Je demeure la source même de toute création. De même que dans l'espace éthéré se tient le vent puissant, soufflant partout, ainsi, sache-le, en Moi se tiennent tous les êtres.




Citation n° 1730 : , Hindouisme
Source : IX, 4-6  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]   [↳ Voir (1)] 



Bien qu'il ne quitte jamais Son royaume, il pénètre en toute chose, et tout en Lui repose.




Citation n° 1727 : , Hindouisme
Source : VIII, 22  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Le vrai yogi Me voit en tous êtres et tous les êtres en Moi, En vérité, l'âme réalisée Me voit partout. Qui Me voit partout et voit tout en Moi n'est jamais séparé de Moi, comme jamais non plus Je ne me sépare de lui. Le yogi Me sachant Un avec l'Ame Suprême, sise en la multiplicité des êtres, M'adore et en Moi toujours demeure. Le parfait yogi, ô Arjuna, voit, à travers sa propre expérience, l'égalité de tous les êtres, heureux ou malheureux.




Citation n° 1716 : , Hindouisme
Source : VI, 29-32  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Ne perdez jamais de vue que tout appartient à Dieu et rien à vous.




Citation n° 1431 : , (1828 - 1895), Mystique indien, Hindouisme, Kriya Yoga
Source : Paramahansa Prajnanananda, En compagnie des maitres du Kriya Yoga, p.41  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Dieu imprègne tout. Il est en vous. Sans lui vous ne pouvez pas parler. Alors méditez et réalisez-Le.




Citation n° 1418 : , (Habibpur 1908, Miami 2002), Mystique indien, Hindouisme, Kriya Yoga
Source : Paramahansa Prajnanananda, En compagnie des maitres du Kriya Yoga, p.121  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



A l'homme qui n'y pouvait atteindre, la spiritualite, tendit les bras et l'attira dans une vallee immense, encaissee entre deux montagnes. La, solitaire d'entre les hommes, il se terra en ermite convaincu, en quete de Dieu.
Comme il n'y pouvait atteindre, il implora le Tout-Puissant, le priant de l'eclairer, de lui apparaitre, de se montrer enfin a lui.
Et Dieu n'apparut pas.
Alors l'homme jeuna, et pria des jours entiers, suppliant, pleurant, et implorant le Tres-Haut qui ne l'entendait point.
Comme il desesperait, Dieu enfin apparut mais sous la forme la plus inattendue par l'homme. Dieu se montra a lui sous l'aspect du seul monde auquel l'ermite avait renonce.
Alors l'homme retourna dans le monde d'ou il venait, irradiant de bonheur et de paix car la, autour de lui, Dieu etait partout.




Citation n° 1273 : , (1884-1963), philosophe et mystique hindou, Hindouisme
Source : Le grand livre de la sagesse, ediction le cherche midi editeur, p.75  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Dis : en vérité, ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu.




Citation n° 1122 : , Islam
Source : Sourate les bestiaux, versets 162-163.  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]   [↳ Voir (2)] 



L'espace vide, essentiellement indifférencié, est omniprésent, Ainsi le domaine immaculé, Conscience par nature, est omniprésent. Universel, il remplit [indifféremment] ce qui est défectueux, vertueux et parfait (1), Comme l'espace réside dans les formes inférieures, intermédiaires et supérieures.




Citation n° 88 : , (fin IVe siècle), fondateur de l'école Yogacara, Bouddhisme, Mahayana, Yogacara
Source : Ratnagotravibhaga, 1, 49 et 50, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.116  
(1) A savoir profanes, mystiques et le Tathagata
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



La seule chose que nous ayons à faire est d'ouvrir nos yeux et de Le voir, dans le bien, dans le mal, dans le bonheur et le malheur, dans la joie et dans la tristesse, et même dans la mort. Les mots Dieu et vie sont interchangeables. Prendre conscience de ce que - " Toute vie est l'Un " octroie une félicité qui ne change pas.




Citation n° 78 : , (1896-1982), philosophe et mystique indienne, Hindouisme
Source : L'Enseignement de Mâ Ananda Mayî, trad. S. et J. Herbert, Albin Michel, 1974 / 1989, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 150-151  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Esprits étendus qui peuvent se ramasser, et puis s'étendre, pénétrer facilement la matière sans la remplir, l'agiter en tous sens, et la mouvoir, et le tout sans aucune machine, et sans liens ni crochets (1).




Citation n° 40 :  Henry More , (1614-1687), Philosophie
Source : Lettre du 23 juillet 1649, AT, V, p.383  
(1) Selon More, l'univers manifeste l'idée de l'omniprésence divine, et l'âme humaine, (l'exemple d'Henry More en témoigne), a une conscience cosmique de son union avec Dieu. Cf. Annie Bitbol-Hespériès, More et Descartes, P.146, dans Autour de Descartes : L'union de l'âme et du corps, Sous la direction de J.-L. Vieillard-Baron. Vrin, 1991, " Bibliothèque d'Histoire de la Philosophie "
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Nous devons savoir qu'Il (le Grand Esprit) est en toute chose: dans les arbres, les herbes, les rivières, les montagnes et tous les quadrupèdes et les peuples ailés; et, ce qui est encore plus important, nous devons comprendre qu'Il est aussi au-delà de tous ces êtres.




Citation n° 35 : , (1863 - 1950), guerisseur Sioux , Sagesses & Traditions / Ameridiennes / Tribu des Sioux
Source : Les Rites secrets des Indiens Sioux, trad. F. Schuon, R. Allar, Payot, 1953 / Le Mail, 1992, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 113-114  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Ce qui commande au corps, c'est l'esprit. Ce qui émane de l'esprit, c'est l'intention. Ce qui constitue originellement l'intention, c'est l'aptitude à connaître. Là où se dirige l'intention, ce sont les choses. [ ... ] Il n'est pas de principe en dehors de l'esprit, il n'est pas de chose en dehors de l'esprit.




Citation n° 34 : , (1472-1529), philosophe chinois, Confucianisme, Néo-confucianisme
Source : Chuanxi lu I, in Wang Yangming quanji, p. 6, cité et traduit par Anne Cheng, Histoire de la pensée Chinoise, Edition du Seuil, 1997  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Où que vous soyez, dans l'accomplissement des oeuvres d'adoration ou dans les actes ordinaires de la vie, contemplez-Le dans ce que vous mangez, dans ce que vous buvez, dans ceux ou celles que vous épousez; tout en sachant qu'Il est à la fois le Contemplant et le Contemplé




Citation n° 22 : , (près de Mascara, auj. Muaskar, v. 1807 — Damas, 1883), émir algérien, Islam, Soufisme
Source : Extraits de Écrits spirituels (Kitab al Mawaqif), Mawqif 149, présentés et traduits de l'arabe par Michel Chodkiewicz, Paris, Seuil, 1988  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



La raison, qui me fait croire que Dieu est étendu à sa manière, c'est qu'il est présent partout, et qu'il remplit intimement tout l'univers et chacune de ses parties.




Citation n° 20 :  Henry More , (1614-1687), Philosophie
Source : Lettre du 11 décembre 1648, AT, V, p.238  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Je ne suis point pour moi ;
il n'y a que vous qui êtes pour vous-même
rien pour moi, tout pour vous ; ce n'est pas trop.




Citation n° 18 : , (1651- 1715), philosophe francais, Christianisme, Catholicisme
Source : De la nécessité de connaître et d'aimer Dieu, in Lettres et opuscules spirituels, OEuvres (Pléiade), I, p. 716.  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Rien ne saurait émerger de la Matière qui n'y soit déjà contenu. La Matière aussi est Brahman; elle n'est rien d'autre que Brahman, elle n'est pas différente de Brahman. L'univers est une diffusion du divin. Tout dans l'espace et le temps infinis, l'individu, sa concentration dans les limites de l'espace et du temps.




Citation n° 17 : , (Calcutta, 1872 — Pondichéry, 1950), philosophe et mystique hindou, Hindouisme
Source : La Vie divine, vol. I, trad. C. Rao, S. Forgues, J. Herbert, P. Coat, 1955/ 1959/1992, Éditions Albin Michel, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 34-36  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Il n'y a pas a proprement parler, de " quête de Dieu ", parce qu'il n'y a rien où on ne le puisse trouver.




Citation n° 15 : , (Vienne, 1878 — Jérusalem, 1965), philosophe israélien d'origine autrichienne, Judaïsme, Hassidisme
Source : Je et Tu, trad. G. Bianquis, Aubier, 1938 / 1993, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 48-50  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  



Tant que Dieu est considéré d'un côté et la créature de l'autre, il n'y a pas d'issue. Nul n'est autre à Dieu. Autrement Dieu n'est pas Dieu, il n'est pas de Dieu, rien n'est, l'être n'est pas.




Citation n° 13 : , (1910-1973), moine francais, Christianisme, Catholicisme
Source : Intériorité et Révélation, Présence, 1982, cité par Jean Biès dans Les Grands Initiés du XXe siècle, p. 143-145  
Ajouté par Sylvain

[↳ Email]   [↳ Carte postale]  

Page:  1



Livres sacrés des Religions du Monde
Chronologie des Religions du Monde
Calendrier sacré des Religions du Monde
Bibliothèque d'images sacrées des Religions du Monde



Home  |  Divination gratuite en ligne  |  Liens  |  Projet @onelittleangel.com