Patrimoine  Mondial  des religions, traditions et courants de pensée


Principes & Enseignements du Zen



Zen : Principes & Enseignements du Zen

P

rincipes du Zen

-Selon D.T. Suzuki le Zen est le pilier central sur lequel repose toute la structure, il constitue la ligne directe de la Tradition issue de l'esprit du Buddha après son Illumination". Rejetant tous les systèmes métaphysiques, c'est par son expérience personnelle (jiriki) que l'on trouve la délivrance au moyen de la "méditation" assise zazen et l'étude des kôans (énigmes sans solutions).Le Zen représente le moyen le plus approprié d'approcher le principe fondamental qui est en nous et qui a reçu les noms de "nature du Buddha", "réalité suprême", "ainsité". Il invite l'homme à vider son esprit de tout ce qui l'encombre habituellement. Cet état de lucidité, les japonais l'appellent Satori : compréhension, réalisation. Par la suite, il désignera le moment de l'Eveil. Pour accéder au Satori, il n'est pas nécessaire de lire des livres : il suffit de faire zazen , la "méditation" assise en lotus qui permit au Buddha d'obtenir l'Illumination.Si les textes ne servent pas de relais, comment alors se règle la question de la transmission ?. Le Zen prétend que l'enseignement doit se transmettre d'un maître à un disciple "I shin den shin" (de mon âme à ton âme). Le maître empêche le disciple de s'attacher aux mots, d'acquérir des automatismes de réponses. Il utilise le paradoxe et la contradiction pour le dérouter et éviter qu'il ne s'installe pas dans la routine. Le maître ne répond jamais directement aux questions.

Enseignements du Zen:

les Kôans


-Ainsi découle la pratique des kôans, problèmes d'apparence absurde que le maître propose à son disciple et qui ne comportent pas de solution logique.En voici quelques exemples : · Un moine demande à son maître si le chien a la nature du Buddha, et le maître répond : "Wu" (mu en japonais; vide). · Un autre demande :"Quelle est la véritable signification du voyage de Bodhidharma de l'Inde vers la Chine ?" Le maître répond :"Le cyprès dans la cour du temple". Formuler une solution à un kôan impose au disciple de se lancer dans une intense réflexion au cours de laquelle il épuise toutes les solutions intellectuelles que d'ailleurs le maître réfute à chaque fois. A la fin, le disciple est tellement concentré sur son koan qu'il s'opère une véritable identification de son esprit avec le kôan. Cet état se poursuit jusqu'au moment où se produit une explosion, le saut dans l'inconnu.

les Mondo


-L'enseignement se transmet aussi au travers des mondos, des entretiens entre le maître et le disciple; durant lesquels s'enchainent questions et réponses du maître ou du disciple. La forme la plus ancienne nous est rapportée par les goroku (recueil de propos) qui rassemblaient les paroles des grands maîtres, entre le VIIIè et Ixè siècle.En voici un exemple :Q : Quelle méthode pratiquer pour obtenir l'illumination ?R : On ne peut l'atteindre que par l'illumination subite.Q : Qu'est-ce que l'illumination subite ?R : Subite signifie se débarrasser instantanément de cette pensée.Q : Quelle est le point de départ ?R : Il faut partir de la base.Q : Que signifie partir de la base ?R : La pensée, le mental est la base.

Le zazen



Le Zen, qui a influencé profondément toute la culture japonaise, n'est pas une religion au sens classique du terme, mais une recherche de l'appréhension directe de l'essence de toute chose. Son secret est la posture de «méditation» elle-même, le zazen , ce qui veut dire «être assis». Elle consiste simplement à s'asseoir sur un coussin, face au mur, jambes croisées, genoux au sol, bassin basculé en avant pour garder la colonne vertébrale parfaitement droite, menton rentré, mains posées l'une sur l'autre contre le bas-ventre, paumes vers le ciel, pouces joints, en se concentrant exclusivement sur la posture et la respiration, calme et profonde. Ainsi, tel un verre d'eau boueuse au repos, l'esprit retrouve naturellement, automatiquement, inconsciemment sa transparence originelle.


  
  
  
  





Home