1 Jean
Onelittleangel > > 1 Jean  >
(24 Verses | Page 1 / 1)
La Bible de Crampon.
A- | A | A+ | T+

Version
Afficher
La Bible de Crampon.Afficher
(Ⅰ)Afficher | Cacher
(Ⅲ)Afficher | Cacher
(Ⅳ)Afficher | Cacher
(Ⅵ)Afficher | Cacher


3.1
Voyez quel amour le Père nous a témoigné, que nous soyons appelés enfants de Dieu, et que nous le soyons en effet! Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu.

Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu. (Ⅰ)

— Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu; c’est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu’il ne l’a pas connu. (Ⅲ)

Videte qualem caritatem dedit nobis Pater, ut filii Dei nominemur et simus. Propter hoc mundus non novit nos : quia non novit eum. (Ⅳ)

Ἴδετε ποταπὴν ἀγάάπην δέέδωκεν ἡμμῖν ὁ Πατὴρ ἵνα τέέκνα Θεοῦκληθῶμμεν ·∙ διὰ τοῦτο ὁ κόόσμμος οὐ γινώώσκει ἡμμᾶς ὅτι οὐκ ἔγνω αὐτόόν. (Ⅵ)

3.2
Mes bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons un jour n'a pas encore été manifesté ; mais nous savons qu'au temps de cette manifestation, nous lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu'il est.

Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. (Ⅰ)

Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. (Ⅲ)

Carissimi, nunc filii Dei sumus : et nondum apparuit quid erimus. Scimus quoniam cum apparuerit, similes ei erimus : quoniam videbimus eum sicuti est. (Ⅳ)

Ἀγαπητοίί, νῦντέέκνα Θεοῦ ἐσμμέέν, καὶ οὔπω ἐφανερώώθη τίί ἐσόόμμεθα ·∙ οἴδαμμεν ὅτι ἐὰν φανερωθῇ ὅμμοιοι αὐτῷἐσόόμμεθα, ὅτι ὀψόόμμεθα αὐτὸν καθώώς ἐστιν. (Ⅵ)

3.3
Quiconque a cette espérance en lui, se rend pur, comme lui-même est pur.

Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur. (Ⅰ)

Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. (Ⅲ)

Et omnis qui habet hanc spem in eo, sanctificat se, sicut et ille sanctus est. (Ⅳ)

καὶ πᾶς ὁ ἔχων τὴν ἐλπίίδα ταύύτην ἐπ᾿ αὐτῷἁγνίίζει ἑαυτόόν, καθὼς ἐκεῖνος ἁγνόός ἐστιν. (Ⅵ)

3.4
Quiconque commet le péché transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. (Ⅰ)

Quiconque pratique le péché, pratique aussi l’iniquité, et le péché est l’iniquité. (Ⅲ)

Omnis qui facit peccatum, et iniquitatem facit : et peccatum est iniquitas. (Ⅳ)

Πᾶς ὁ ποιῶν τὴν ἁμμαρτίίαν καὶ τὴν ἀνομμίίαν ποιεῖ, καὶ ἡ ἁμμαρτίία ἐστὶν ἡ ἀνομμίία. (Ⅵ)

3.5
Or vous savez que Jésus a paru pour ôter les péchés, et que le péché n'est point en lui.

Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n'y a point en lui de péché. (Ⅰ)

Et vous savez que lui a été manifesté, afin qu’il ôtât nos péchés; et il n’y a point de péché en lui. (Ⅲ)

Et scitis quia ille apparuit ut peccata nostra tolleret : et peccatum in eo non est. (Ⅳ)

καὶ οἴδατε ὅτι ἐκεῖνος ἐφανερώώθη, ἵνα τὰς ἁμμαρτίίας ἡμμῶν ἄρῃ ·∙ καὶ ἁμμαρτίία ἐν αὐτῷοὐκ ἔστιν. (Ⅵ)

3.6
Quiconque demeure en lui ne pèche point ; quiconque pèche, ne l'a pas vu et ne l'a pas connu.

Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l'a pas vu, et ne l'a pas connu. (Ⅰ)

Quiconque demeure en lui ne pèche pas; quiconque pèche ne l’a pas vu, ni ne l’a pas connu. (Ⅲ)

Omnis qui in eo manet, non peccat : et omnis qui peccat, non vidit eum, nec cognovit eum. (Ⅳ)

πᾶς ὁ ἐν αὐτῷ μμέένων οὐχ ἁμμαρτάάνει ·∙ πᾶς ὁ ἁμμαρτάάνων οὐχ ἑώώρακεν αὐτὸνοὐδὲ ἔγνωκεν αὐτόόν. (Ⅵ)

3.7
Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.

Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste. (Ⅰ)

Enfants, que personne ne vous égare: celui qui pratique la justice est juste, comme lui est juste. (Ⅲ)

Filioli, nemo vos seducat. Qui facit justitiam, justus est, sicut et ille justus est. (Ⅳ)

Τεκνίία, μμηδεὶς πλανάάτω ὑμμᾶς ·∙ ὁ ποιῶν τὴν δικαιοσύύνην δίίκαιόός ἐστιν, καθὼς ἐκεῖνοςδίίκαιόός ἐστιν. (Ⅵ)

3.8
Celui qui commet le péché est du diable, car le diable pèche dès le commencement. C'est pour détruire les oeuvres du diable que le Fils de Dieu a paru.

Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable. (Ⅰ)

Celui qui pratique le péché est du diable, car dès le commencement le diable pèche. C’est pour ceci que le Fils de Dieu a été manifesté, afin qu’il détruisît les œuvres du diable. (Ⅲ)

Qui facit peccatum, ex diabolo est : quoniam ab initio diabolus peccat. In hoc apparuit Filius Dei, ut dissolvat opera diaboli. (Ⅳ)

ὁ ποιῶν τὴν ἁμμαρτίίαν ἐκ τοῦ διαβόόλου ἐστίίν, ὅτι ἀπ᾿ ἀρχῆς ὁ διάάβολοςἁμμαρτάάνει. εἰς τοῦτο ἐφανερώώθη ὁ Υἱὸς τοῦ Θεοῦ ἵνα λύύσῃ τὰ ἔργα τοῦ διαβόόλου. (Ⅵ)

3.9
Quiconque est né de Dieu ne commet point le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu.

Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu. (Ⅰ)

Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pas pécher, parce qu’il est né de Dieu. (Ⅲ)

Omnis qui natus est ex Deo, peccatum non facit : quoniam semen ipsius in eo manet, et non potest peccare, quoniam ex Deo natus est.\ (Ⅳ)

πᾶς ὁγεγεννημμέένος ἐκ τοῦ Θεοῦ ἁμμαρτίίαν οὐ ποιεῖ, ὅτι σπέέρμμα αὐτοῦ ἐν αὐτῷ μμέένει, καὶ οὐ δύύναταιἁμμαρτάάνειν, ὅτι ἐκ τοῦ Θεοῦ γεγέέννηται. (Ⅵ)

3.10
C'est à cela que l'on reconnaît les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, non plus que celui qui n'aime pas son frère.

C'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, non plus que celui qui n'aime pas son frère. (Ⅰ)

Par ceci sont rendus manifestes les enfants de Dieu et les enfants du diable: quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et celui qui n’aime pas son frère. (Ⅲ)

In hoc manifesti sunt filii Dei, et filii diaboli. Omnis qui non est justus, non est ex Deo, et qui non diligit fratrem suum : (Ⅳ)

ἐν τούύτῳ φανεράά ἐστιν τὰ τέέκνα τοῦ Θεοῦ καὶτὰ τέέκνα τοῦ διαβόόλου ·∙ πᾶς ὁ μμὴ ποιῶν δικαιοσύύνην οὐκ ἔστιν ἐκ τοῦ Θεοῦ, καὶ ὁ μμὴ ἀγαπῶν τὸνἀδελφὸν αὐτοῦ. (Ⅵ)

3.11
Car le message que vous avez entendu dès le commencement, c'est que nous nous aimions les uns les autres ;

Car ce qui vous a été annoncé et ce que vous avez entendu dès le commencement, c'est que nous devons nous aimer les uns les autres, (Ⅰ)

Car c’est ici le message que vous avez entendu dès le commencement, savoir que nous nous aimions l’un l’autre, (Ⅲ)

quoniam hæc est annuntiatio, quam audistis ab initio, ut diligatis alterutrum. (Ⅳ)

ὅτι αὕτη ἐστὶν ἡ ἀγγελίία ἣν ἠκούύσατε ἀπ᾿ ἀρχῆς, ἵνα ἀγαπῶμμενἀλλήήλους, (Ⅵ)

3.12
non point comme Caïn, qui était du malin et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses oeuvres étaient mauvaises, tandis que celles de son frère étaient justes.

et ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il? parce que ses oeuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes. (Ⅰ)

non comme Caïn était du méchant et tua son frère. Et pour quelle raison le tua-t-il? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient justes. (Ⅲ)

Non sicut Cain, qui ex maligno erat, et occidit fratrem suum. Et propter quid occidit eum ? Quoniam opera ejus maligna erant : fratris autem ejus, justa. (Ⅳ)

οὐ καθώώς Κάάϊν ἐκ τοῦ πονηροῦ ἦν καὶ ἔσφαξεν τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ. καὶχάάριν τίίνος ἔσφαξεν αὐτόόν; ὅτι τὰ ἔργα αὐτοῦ πονηρὰ ἦν, τὰ δὲ τοῦ ἀδελφοῦ αὐτοῦ δίίκαια. (Ⅵ)

3.13
Ne vous étonnez pas, mes frères, si le monde vous hait.

Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait. (Ⅰ)

Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait. (Ⅲ)

Nolite mirari, fratres, si odit vos mundus. (Ⅳ)

Μὴ θαυμμάάζετε, ἀδελφοίί, εἰ μμισεῖ ὑμμᾶς ὁ κόόσμμος. (Ⅵ)

3.14
Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui. qui n'aime pas demeure dans la mort.

Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort. (Ⅰ)

Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères; celui qui n’aime pas son frère demeure dans la mort. (Ⅲ)

Nos scimus quoniam translati sumus de morte ad vitam, quoniam diligimus fratres. Qui non diligit, manet in morte : (Ⅳ)

ἡμμεῖς οἴδαμμεν ὅτιμμεταβεβήήκαμμεν ἐκ τοῦ θανάάτου εἰς τὴν ζωήήν, ὅτι ἀγαπῶμμεν τοὺς ἀδελφούύς ·∙ ὁ μμὴ ἀγαπῶν τὸνἀδελφὸν μμέένει ἐν τῷ θανάάτῳ. (Ⅵ)

3.15
Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui.

Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui. (Ⅰ)

Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. (Ⅲ)

omnis qui odit fratrem suum, homicida est. Et scitis quoniam omnis homicida non habet vitam æternam in semetipso manentem. (Ⅳ)

πᾶς ὁ μμισῶν τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ ἀνθρωποκτόόνος ἐστίίν,καὶ οἴδατε ὅτι πᾶς ἀνθρωποκτόόνος οὐκ ἔχει ζωὴν αἰώώνιον ἐν αὐτῷ μμέένουσαν. (Ⅵ)

3.16
A ceci nous avons connu l'amour, c'est que Lui a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.

Nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. (Ⅰ)

Par ceci nous avons connu l’amour, c’est que lui a laissé sa vie pour nous; et nous, nous devons laisser nos vies pour les frères. (Ⅲ)

In hoc cognovimus caritatem Dei, quoniam ille animam suam pro nobis posuit : et nos debemus pro fratribus animas ponere. (Ⅳ)

Ἐν τούύτῳ ἐγνώώκαμμεν τὴν ἀγάάπην, ὅτι ἐκεῖνος ὑπὲρ ἡμμῶν τὴν ψυχὴν αὐτοῦ ἔθηκεν ·∙καὶ ἡμμεῖς ὀφείίλομμεν ὑπὲρ τῶν ἀδελφῶν τὰς ψυχὰς θεῖναι. (Ⅵ)

3.17
Si quelqu'un possède les biens de ce monde et que, voyant son frère dans la nécessité, il leur ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui? (Ⅰ)

Mais celui qui a les biens de ce monde, et qui voit son frère dans le besoin, et qui lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui? (Ⅲ)

Qui habuerit substantiam hujus mundi, et viderit fratrem suum necessitatem habere, et clauserit viscera sua ab eo : quomodo caritas Dei manet in eo ? (Ⅳ)

ὃς δ᾿ ἂν ἔχῃ τὸν βίίον τοῦκόόσμμου καὶ θεωρῇ τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ χρείίαν ἔχοντα καὶ κλείίσῃ τὰ σπλάάγχνα αὐτοῦ ἀπ᾿ αὐτοῦ,πῶς ἡ ἀγάάπη τοῦ Θεοῦ μμέένει ἐν αὐτῷ; (Ⅵ)

3.18
Mes petits enfants, n'aimons pas de parole et de langue, mais en action et en vérité.

Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. (Ⅰ)

Enfants, n’aimons pas de parole ni de langue, mais en action et en vérité. (Ⅲ)

Filioli mei, non diligamus verbo neque lingua, sed opere et veritate : (Ⅳ)

Τεκνίία, μμὴ ἀγαπῶμμεν λόόγῳ μμηδὲ τῇ γλώώσσῃ, ἀλλ᾿ ἐν ἔργῳ καὶ ἀληθείίᾳ. (Ⅵ)

3.19
Par là nous connaissons que nous sommes de la vérité, et nous pouvons rassurer nos coeurs devant Dieu ;

Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs devant lui; (Ⅰ)

Et par ceci nous saurons que nous sommes de la vérité, et nous assurerons nos cœurs devant lui (Ⅲ)

in hoc cognoscimus quoniam ex veritate sumus : et in conspectu ejus suadebimus corda nostra. (Ⅳ)

καὶἐν τούύτῳ γνωσόόμμεθα ὅτι ἐκ τῆς ἀληθείίας ἐσμμέέν, καὶ ἔμμπροσθεν αὐτοῦ πείίσομμεν τὰς καρδίίαςἡμμῶν, — (Ⅵ)

3.20
car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses.

car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses. (Ⅰ)

— que, si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur et il sait toutes choses. (Ⅲ)

Quoniam si reprehenderit nos cor nostrum : major est Deus corde nostro, et novit omnia. (Ⅳ)

ὅτι ἐὰν καταγινώώσκῃ ἡμμῶν ἡ καρδίία, ὅτι μμείίζων ἐστὶν ὁ Θεὸς τῆς καρδίίαςἡμμῶν, καὶ γινώώσκει πάάντα. (Ⅵ)

3.21
Mes bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas; nous pouvons nous adresser à Dieu avec assurance.

Bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l'assurance devant Dieu. (Ⅰ)

Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance envers Dieu; (Ⅲ)

Carissimi, si cor nostrum non reprehenderit nos, fiduciam habemus ad Deum : (Ⅳ)

Ἀγαπητοίί, ἐὰν ἡ καρδίία ἡμμῶν μμὴ καταγινώώσκῃ ἡμμῶν,παρρησίίαν ἔχομμεν πρὸς τὸν Θεὸν ·∙ (Ⅵ)

3.22
Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.

Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable. (Ⅰ)

et quoi que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous pratiquons les choses qui sont agréables devant lui. (Ⅲ)

et quidquid petierimus, accipiemus ab eo : quoniam mandata ejus custodimus, et ea, quæ sunt placita coram eo, facimus. (Ⅳ)

καὶ ὃ ἐὰν αἰτῶμμεν λαμμβάάνομμεν ἀπ᾿ αὐτοῦ, ὅτι τὰςἐντολὰς αὐτοῦ τηροῦμμεν καὶ τὰ ἀρεστὰ ἐνώώπιον αὐτοῦ ποιοῦμμεν. — (Ⅵ)

3.23
Et son commandement est que nous croyions au nom de son Fils, Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, comme il nous en a donné le commandement.

Et c'est ici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné. (Ⅰ)

— Et c’est ici son commandement, que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ et que nous nous aimions l’un l’autre, selon qu’il nous en a donné le commandement; (Ⅲ)

Et hoc est mandatum ejus : ut credamus in nomine Filii ejus Jesu Christi : et diligamus alterutrum, sicut dedit mandatum nobis. (Ⅳ)

καὶ αὕτη ἐστὶν ἡἐντολὴ αὐτοῦ, ἵνα πιστεύύσωμμεν τῷ ὀνόόμματι τοῦ Υἱοῦ αὐτοῦ Ἰησοῦ Χριστοῦ καὶ ἀγαπῶμμενἀλλήήλους καθὼς ἔδωκεν ἐντολὴν ἡμμῖν ·∙ (Ⅵ)

3.24
Celui qui garde ses commandements, demeure en Dieu et Dieu en lui, et nous connaissons qu'il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné.

Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui; et nous connaissons qu'il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné. (Ⅰ)

et celui qui garde ses commandements demeure en lui, et lui en cet homme; et par ceci nous savons qu’il demeure en nous, savoir par l’Esprit qu’il nous a donné. (Ⅲ)

Et qui servat mandata ejus, in illo manet, et ipse in eo : et in hoc scimus quoniam manet in nobis, de Spiritu quem dedit nobis. (Ⅳ)

καὶ ὁ τηρῶν τὰς ἐντολὰς αὐτοῦ ἐν αὐτῷ μμέένεικαὶ αὐτὸς ἐν αὐτῷ ·∙ καὶ ἐν τούύτῳ γινώώσκομμεν ὅτι μμέένει ἐν ἡμμῖν, ἐκ τοῦ Πνεύύμματος οὗ ἡμμῖν ἔδωκεν. (Ⅵ)


Page:  1

Chapitres   | | 3| | |

Menu livre ↑