1 Jean
Onelittleangel > > 1 Jean  >
(29 Verses | Page 1 / 1)
La Bible de Crampon.
A- | A | A+ | T+

Version
Afficher
La Bible de Crampon.Afficher
(Ⅰ)Afficher | Cacher
(Ⅲ)Afficher | Cacher
(Ⅳ)Afficher | Cacher
(Ⅵ)Afficher | Cacher


2.1
Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ, le juste.

Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. (Ⅰ)

Mes enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez pas; et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ, le juste; (Ⅲ)

Filioli mei, hæc scribo vobis, ut non peccetis. Sed et si quis peccaverit, advocatum habemus apud Patrem, Jesum Christum justum : (Ⅳ)

Τεκνίία μμου, ταῦτα γράάφω ὑμμῖν ἵνα μμὴ ἁμμάάρτητε ·∙ καὶ ἐάάν τις ἁμμάάρτῃ, παράάκλητονἔχομμεν πρὸς τὸν Πατέέρα, Ἰησοῦν Χριστὸν δίίκαιον ·∙ (Ⅵ)

2.2
Il est lui-même une victime de propitiation pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais pour ceux du monde entier.

Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. (Ⅰ)

et lui est la propitiation pour nos péchés, et non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour le monde entier. (Ⅲ)

et ipse est propitiatio pro peccatis nostris : non pro nostris autem tantum, sed etiam pro totius mundi.\ (Ⅳ)

καὶ αὐτὸς ἱλασμμόός ἐστιν περὶ τῶνἁμμαρτιῶν ἡμμῶν, οὐ περὶ τῶν ἡμμετέέρων δὲ μμόόνον ἀλλὰ καὶ περὶ ὅλου τοῦ κόόσμμου. (Ⅵ)

2.3
Et voici par quoi nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements.

Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l'avons connu. (Ⅰ)

Et par ceci nous savons que nous le connaissons, savoir si nous gardons ses commandements. (Ⅲ)

Et in hoc scimus quoniam cognovimus eum, si mandata ejus observemus. (Ⅳ)

Καὶ ἐν τούύτῳ γινώώσκομμεν ὅτι ἐγνώώκαμμεν αὐτόόν, ἐὰν τὰς ἐντολὰς αὐτοῦ τηρῶμμεν. (Ⅵ)

2.4
Celui qui dit le connaître et ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui.

Celui qui dit: Je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui. (Ⅰ)

Celui qui dit: Je le connais, et qui ne garde pas ses commandements, est menteur, et la vérité n’est pas en lui. (Ⅲ)

Qui dicit se nosse eum, et mandata ejus non custodit, mendax est, et in hoc veritas non est. (Ⅳ)

ὁ λέέγων ὅτι ἔγνωκα αὐτόόν, καὶ τὰς ἐντολὰς αὐτοῦ μμὴ τηρῶν, ψεύύστης ἐστίίν, καὶ ἐντούύτῳ ἡ ἀλήήθεια οὐκ ἔστιν. (Ⅵ)

2.5
Mais celui qui garde sa parole, c'est en lui véritablement que l'amour de Dieu est parfait ; par là nous connaissons que nous sommes en lui.

Mais celui qui garde sa parole, l'amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui. (Ⅰ)

Mais quiconque garde sa parole, — en lui l’amour de Dieu est véritablement consommé: par cela nous savons que nous sommes en lui. (Ⅲ)

Qui autem servat verbum ejus, vere in hoc caritas Dei perfecta est : et in hoc scimus quoniam in ipso sumus. (Ⅳ)

ὃς δ᾿ ἂν τηρῇ αὐτοῦ τὸν λόόγον, — ἀληθῶς ἐν τούύτῳ ἡἀγάάπη τοῦ Θεοῦ τετελείίωται ·∙ ἐν τούύτῳ γινώώσκομμεν ὅτι ἐν αὐτῷ ἐσμμέέν. (Ⅵ)

2.6
Celui qui dit demeurer en lui doit lui aussi marcher comme il a marché lui-même.

Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. (Ⅰ)

Celui qui dit demeurer en lui, doit lui-même aussi marcher comme lui a marché. (Ⅲ)

Qui dicit se in ipso manere, debet, sicut ille ambulavit, et ipse ambulare. (Ⅳ)

ὁ λέέγων ἐναὐτῷ μμέένειν ὀφείίλει καθὼς ἐκεῖνος περιεπάάτησεν καὶ αὐτὸς οὕτως περιπατεῖν. (Ⅵ)

2.7
Mes bien-aimés, ce n'est pas un commandement nouveau que je vous écris, c'est un commandement ancien, que vous avez reçu dès le commencement ; ce commandement ancien, c'est la parole que vous avez entendue.

Bien-aimés, ce n'est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement; ce commandement ancien, c'est la parole que vous avez entendue. (Ⅰ)

Bien-aimés, je ne vous écris pas un commandement nouveau, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement. Le commandement ancien est la parole que vous avez entendue. (Ⅲ)

Carissimi, non mandatum novum scribo vobis, sed mandatum vetus, quod habuistis ab initio. Mandatum vetus est verbum, quod audistis. (Ⅳ)

Ἀγαπητοίί, οὐκ ἐντολὴν καινὴν γράάφω ὑμμῖν, ἀλλ᾿ ἐντολὴν παλαιάάν, ἣν εἴχετε ἀπ᾿ἀρχῆς. ἡ ἐντολὴ ἡ παλαιάά ἐστιν ὁ λόόγος ὃν ἠκούύσατε. (Ⅵ)

2.8
D'un autre côté, c'est un commandement nouveau que je vous écris, lequel s'est vérifié en Jésus-Christ et en vous, car les ténèbres se dissipent et déjà brille la véritable lumière.

Toutefois, c'est un commandement nouveau que je vous écris, ce qui est vrai en lui et en vous ,car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà. (Ⅰ)

Encore une fois, je vous écris un commandement nouveau, ce qui est vrai en lui et en vous, parce que les ténèbres s’en vont et que la vraie lumière luit déjà. (Ⅲ)

Iterum mandatum novum scribo vobis, quod verum est et in ipso, et in vobis : quia tenebræ transierunt, et verum lumen jam lucet. (Ⅳ)

πάάλιν ἐντολὴν καινὴν γράάφωὑμμῖν, ὅ ἐστιν ἀληθὲς ἐν αὐτῷ καὶ ἐν ὑμμῖν, ὅτι ἡ σκοτίία παράάγεται καὶ τὸ φῶς τὸ ἀληθινὸν ἤδηφαίίνει. (Ⅵ)

2.9
Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère est encore dans les ténèbres.

Celui qui dit qu'il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. (Ⅰ)

Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère, est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. (Ⅲ)

Qui dicit se in luce esse, et fratrem suum odit, in tenebris est usque adhuc. (Ⅳ)

ὁ λέέγων ἐν τῷ φωτὶ εἶναι καὶ τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ μμισῶν ἐν τῇ σκοτίίᾳ ἐστὶν ἕωςἄρτι. (Ⅵ)

2.10
Celui qui aime son frère, demeure dans la lumière, et il n'y a en lui aucun sujet de chute.

Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n'est en lui. (Ⅰ)

Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a point en lui d’occasion de chute. (Ⅲ)

Qui diligit fratrem suum, in lumine manet, et scandalum in eo non est. (Ⅳ)

ὁ ἀγαπῶν τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ ἐν τῷ φωτὶ μμέένει, καὶ σκάάνδαλον ἐν αὐτῷ οὐκἔστιν. (Ⅵ)

2.11
Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres ; il marche dans les ténèbres, sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. (Ⅰ)

Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, et il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. (Ⅲ)

Qui autem odit fratrem suum, in tenebris est, et in tenebris ambulat, et nescit quo eat : quia tenebræ obcæcaverunt oculos ejus.\ (Ⅳ)

ὁ δὲ μμισῶν τὸν ἀδελφὸν αὐτοῦ ἐν τῇ σκοτίίᾳ ἐστὶν καὶ ἐν τῇ σκοτίίᾳ περιπατεῖ, καὶοὐκ οἶδεν ποῦ ὑπάάγει, ὅτι ἡ σκοτίία ἐτύύφλωσεν τοὺς ὀφθαλμμοὺς αὐτοῦ. (Ⅵ)

2.12
Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont remis à cause de son nom.

Je vous écris, petits enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés à cause de son nom. (Ⅰ)

Je vous écris, enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés par son nom. (Ⅲ)

Scribo vobis, filioli, quoniam remittuntur vobis peccata propter nomen ejus. (Ⅳ)

Γράάφω ὑμμῖν, τεκνίία, ὅτι ἀφέέωνται ὑμμῖν αἱ ἁμμαρτίίαι διὰ τὸ ὄνομμα αὐτοῦ. (Ⅵ)

2.13
Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin.

Je vous écris, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le malin. Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père. (Ⅰ)

Je vous écris, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement.Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le méchant.Je vous écris, petits enfants, parce que vous connaissez le Père. (Ⅲ)

Scribo vobis, patres, quoniam cognovistis eum, qui ab initio est. Scribo vobis, adolescentes, quoniam vicistis malignum. (Ⅳ)

Γράάφω ὑμμῖν, πατέέρες, ὅτι ἐγνώώκατε τὸν ἀπ᾿ ἀρχῆς.Γράάφω ὑμμῖν, νεανίίσκοι, ὅτι νενικήήκατε τὸν πονηρόόν.Γράάφω ὑμμῖν, παιδίία, ὅτι ἐγνώώκατε τὸν Πατέέρα. (Ⅵ)

2.14
Je vous ai écrit, petits enfants, parce que vous avez connu le Père. Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin.

Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le malin. (Ⅰ)

Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement.Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le méchant. (Ⅲ)

Scribo vobis, infantes, quoniam cognovistis patrem. Scribo vobis juvenes, quoniam fortes estis, et verbum Dei manet in vobis, et vicistis malignum. (Ⅳ)

Ἔγραψα ὑμμῖν, πατέέρες, ὅτι ἐγνώώκατε τὸν ἀπ᾿ ἀρχῆς.Ἔγραψα ὑμμῖν, νεανίίσκοι, ὅτι ἰσχυροίί ἐστε καὶ ὁ λόόγος τοῦ Θεοῦ ἐν ὑμμῖν μμέένει καὶ νενικήήκατε τὸνπονηρόόν. (Ⅵ)

2.15
N'aimez point le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui.

N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui; (Ⅰ)

N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde: si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui; (Ⅲ)

Nolite diligere mundum, neque ea quæ in mundo sunt. Si quis diligit mundum, non est caritas Patris in eo : (Ⅳ)

μμὴ ἀγαπᾶτε τὸν κόόσμμον μμηδὲ τὰ ἐν τῷ κόόσμμῳ ·∙ ἐάάν τις ἀγαπᾷ τὸν κόόσμμον,οὐκ ἔστιν ἡ ἀγάάπη τοῦ Πατρὸς ἐν αὐτῷ, (Ⅵ)

2.16
Car tout ce qui est dans le monde, la concupiscence de la chair, la concupiscence des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais du monde.

car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. (Ⅰ)

parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, n’est pas du Père, mais est du monde; (Ⅲ)

quoniam omne quod est in mundo, concupiscentia carnis est, et concupiscentia oculorum, et superbia vitæ : quæ non est ex Patre, sed ex mundo est. (Ⅳ)

ὅτι πᾶν τὸ ἐν τῷ κόόσμμῳ, ἡ ἐπιθυμμίία τῆςσαρκὸς καὶ ἡ ἐπιθυμμίία τῶν ὀφθαλμμῶν καὶ ἡ ἀλαζονείία τοῦ βίίου, οὐκ ἔστιν ἐκ τοῦ Πατρόός, ἀλλ᾿ἐκ τοῦ κόόσμμου ἐστίίν ·∙ (Ⅵ)

2.17
Le monde passe, et sa concupiscence aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement.

Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. (Ⅰ)

et le monde s’en va et sa convoitise, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. (Ⅲ)

Et mundus transit, et concupiscentia ejus : qui autem facit voluntatem Dei manet in æternum.\ (Ⅳ)

καὶ ὁ κόόσμμος παράάγεται καὶ ἡ ἐπιθυμμίία αὐτοῦ, ὁ δὲ ποιῶν τὸθέέλημμα τοῦ Θεοῦ μμέένει εἰς τὸν αἰῶνα. (Ⅵ)

2.18
Mes petits enfants, c'est la dernière heure. Comme vous avez appris que l'antéchrist doit venir, aussi y a-t-il maintenant plusieurs antéchrists : par là nous connaissons que c'est la dernière heure.

Petits enfants, c'est la dernière heure, et comme vous avez appris qu'un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c'est la dernière heure. (Ⅰ)

Petits enfants, c’est la dernière heure; et comme vous avez entendu que l’antichrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antichrists, par quoi nous savons que c’est la dernière heure: (Ⅲ)

Filioli, novissima hora est : et sicut audistis quia antichristus venit, et nunc antichristi multi facti sunt ; unde scimus, quia novissima hora est. (Ⅳ)

Παιδίία, ἐσχάάτη ὥρα ἐστίίν ·∙ καὶ καθὼς ἠκούύσατε ὅτι ἀντίίχριστος ἔρχεται, καὶ νῦνἀντίίχριστοι πολλοὶ γεγόόνασιν, ὅθεν γινώώσκομμεν ὅτι ἐσχάάτη ὥρα ἐστίίν ·∙ (Ⅵ)

2.19
Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous ; mais ils en sont sortis, afin qu'il soit manifeste que tous ne sont pas des nôtres.

Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. (Ⅰ)

ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils fussent demeurés avec nous; mais c’est afin qu’ils fussent manifestés comme n’étant aucun d’eux des nôtres. (Ⅲ)

Ex nobis prodierunt, sed non erant ex nobis, nam, si fuissent ex nobis, permansissent utique nobiscum : sed ut manifesti sint quoniam non sunt omnes ex nobis. (Ⅳ)

ἐξ ἡμμῶνἐξῆλθον, ἀλλ᾿ οὐκ ἦσαν ἐξ ἡμμῶν ·∙ εἰ γὰρ ἦσαν ἐξ ἡμμῶν, μμεμμενήήκεισαν ἂν μμεθ᾿ ἡμμῶν ·∙ ἀλλ᾿ ἵναφανερωθῶσιν ὅτι οὐκ εἰσὶν πάάντες ἐξ ἡμμῶν. (Ⅵ)

2.20
Pour vous, c'est du Saint que vous avez reçu l'onction, et vous connaissez tout.

Pour vous, vous avez reçu l'onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. (Ⅰ)

Et vous, vous avez l’onction de la part du Saint et vous connaissez toutes choses. (Ⅲ)

Sed vos unctionem habetis a Sancto, et nostis omnia. (Ⅳ)

καὶ ὑμμεῖς χρῖσμμα ἔχετε ἀπὸ τοῦ Ἁγίίου καὶοἴδατε πάάντα. (Ⅵ)

2.21
Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et que vous savez qu'aucun mensonge ne vient de la vérité.

Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu'aucun mensonge ne vient de la vérité. (Ⅰ)

Je ne vous ai pas écrit parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez et qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. (Ⅲ)

Non scripsi vobis quasi ignorantibus veritatem, sed quasi scientibus eam : et quoniam omne mendacium ex veritate non est. (Ⅳ)

οὐκ ἔγραψα ὑμμῖν ὅτι οὐκ οἴδατε τὴν ἀλήήθειαν, ἀλλ᾿ ὅτι οἴδατε αὐτήήν, καὶὅτι πᾶν ψεῦδος ἐκ τῆς ἀληθείίας οὐκ ἔστιν. (Ⅵ)

2.22
Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils. (Ⅰ)

Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils. (Ⅲ)

Quis est mendax, nisi is qui negat quoniam Jesus est Christus ? Hic est antichristus, qui negat Patrem, et Filium. (Ⅳ)

τίίς ἐστιν ὁ ψεύύστης εἰ μμὴ ὁ ἀρνούύμμενος ὅτιἸησοῦς οὐκ ἔστιν ὁ Χριστόός; οὗτόός ἐστιν ὁ ἀντίίχριστος, ὁ ἀρνούύμμενος τὸν Πατέέρα καὶ τὸν Υἱόόν. (Ⅵ)

2.23
Quiconque nie le Fils, n'a pas non plus le Père ; celui qui confesse le Fils, a aussi le Père.

Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. (Ⅰ)

Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père; celui qui confesse le Fils a aussi le Père. (Ⅲ)

Omnis qui negat Filium, nec Patrem habet : qui confitetur Filium, et Patrem habet. (Ⅳ)

πᾶς ὁ ἀρνούύμμενος τὸν Υἱὸν οὐδὲ τὸν Πατέέρα ἔχει ·∙ ὁ ὁμμολογῶν τὸν Υἱὸν καὶ τὸνΠατέέρα ἔχει. (Ⅵ)

2.24
Pour vous, que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurez aussi dans le Fils et dans le Père.

Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. (Ⅰ)

Pour vous, que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous: si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous aussi vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. (Ⅲ)

Vos quod audistis ab initio, in vobis permaneat : si in vobis permanserit quod audistis ab initio, et vos in Filio et Patre manebitis. (Ⅳ)

ὑμμεῖς ὃ ἠκούύσατε ἀπ᾿ ἀρχῆς, ἐν ὑμμῖν μμενέέτω ·∙ ἐὰν ἐν ὑμμῖν μμείίνῃ ὃ ἀπ᾿ἀρχῆς ἠκούύσατε, καὶ ὑμμεῖς ἐν τῷ Υἱῷ καὶ ἐν τῷ Πατρὶ μμενεῖτε. (Ⅵ)

2.25
Et la promesse que lui-même nous a faite, c'est la vie éternelle.

Et la promesse qu'il nous a faite, c'est la vie éternelle. (Ⅰ)

Et c’est ici la promesse que lui nous a promise, — la vie éternelle. (Ⅲ)

Et hæc est repromissio, quam ipse pollicitus est nobis, vitam æternam. (Ⅳ)

καὶ αὕτη ἐστὶν ἡἐπαγγελίία ἣν αὐτὸς ἐπηγγείίλατο ἡμμῖν, — τὴν ζωὴν τὴν αἰώώνιον. (Ⅵ)

2.26
Voilà ce que j'avais à vous écrire sur ceux qui vous séduisent.

Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent. (Ⅰ)

Je vous ai écrit ces choses touchant ceux qui vous égarent; (Ⅲ)

Hæc scripsi vobis de his, qui seducant vos. (Ⅳ)

ταῦτα ἔγραψα ὑμμῖνπερὶ τῶν πλανώώντων ὑμμᾶς ·∙ (Ⅵ)

2.27
Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme son onction vous enseigne sur toute chose, cet enseignement est véritable et n'est point un mensonge ; et selon qu'elle vous a enseignés, demeurez en lui.

Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés. (Ⅰ)

et, pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que personne vous enseigne; mais comme la même onction vous enseigne à l’égard de toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, — et selon qu’elle vous a enseignés, vous demeurerez en lui. (Ⅲ)

Et vos unctionem, quam accepistis ab eo, maneat in vobis. Et non necesse habetis ut aliquis doceat vos : sed sicut unctio ejus docet vos de omnibus, et verum est, et non est mendacium. Et sicut docuit vos : manete in eo.\ (Ⅳ)

καὶ ὑμμεῖς τὸ χρῖσμμα ὃ ἐλάάβετε ἀπ᾿ αὐτοῦ, μμέένει ἐν ὑμμῖν,καὶ οὐ χρείίαν ἔχετε ἵνα τις διδάάσκῃ ὑμμᾶς ·∙ ἀλλ᾿ ὡς τὸ αὐτὸ χρῖσμμα διδάάσκει ὑμμᾶς περὶ πάάντων,καὶ ἀληθέές ἐστιν καὶ οὐκ ἔστιν ψεῦδος, — καὶ καθὼς ἐδίίδαξεν ὑμμᾶς, μμενεῖτε ἐν αὐτῷ. (Ⅵ)

2.28
Et maintenant, mes petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et que nous ne soyons pas, à son avènement, rejetés loin de lui avec confusion.

Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et qu'à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui. (Ⅰ)

Et maintenant, enfants, demeurez en lui, afin que, quand il sera manifesté, nous ayons de l’assurance et que nous ne soyons pas couverts de honte, de par lui, à sa venue. (Ⅲ)

Et nunc, filioli, manete in eo : ut cum apparuerit, habeamus fiduciam, et non confundamur ab eo in adventu ejus. (Ⅳ)

Καὶ νῦν, τεκνίία, μμέένετε ἐν αὐτῷ, ἵνα ἐὰν φανερωθῇ σχῶμμεν παρρησίίαν καὶ μμὴαἰσχυνθῶμμεν ἀπ᾿ αὐτοῦ ἐν τῇ παρουσίίᾳ αὐτοῦ. (Ⅵ)

2.29
Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.

Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui. (Ⅰ)

Si vous savez qu’il est juste, sachez que quiconque pratique la justice est né de lui. (Ⅲ)

Si scitis quoniam justus est, scitote quoniam et omnis, qui facit justitiam, ex ipso natus est. (Ⅳ)

Ἐὰν εἰδῆτε ὅτι δίίκαιόός ἐστιν, γινώώσκετε ὅτι πᾶς ὁ ποιῶν τὴν δικαιοσύύνην ἐξ αὐτοῦγεγέέννηται. — (Ⅵ)


Page:  1

Chapitres   | 2| | | |

Menu livre ↑