Onelittleangel.com
Philosophie
Philosophie : Philosophie & mystique
Onelittleangel > Philosophie
218 citations| Page 3 / 9
En savoir + : Philosophie : Naissance, histoire & art

Retrouvez toutes les citations de onelittleangel dans la nouvelle application Android sur Google Play




Tout le monde regarde haut, et moi je regarde en bas puisque je suis déja en haut



n° 4157 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : Ainsi parlais zarathoustra  

A- A A+ [↳ Email]




Les adjectifs qu'on utilise pour qualifier la Transcendance (ce qui est permanent et se trouve au-delà) sont souvent appliqués à l'absolu. Ce TOUT qui, libre de tout lien, n'est sensible à rien d'autre qu'à lui-même, ne dépend de personne ni d'aucune chose, et par conséquent se tient au repos. Qu'entendons-nous par immobilité ? Repos ou incapacité à se mouvoir ?



n° 3884 :  TOSCANO , CONTEMPORAIN, Philosophie
Source : Chroniques du savoir et de l'ignonrance. P17  

A- A A+ [↳ Email]




Chaque fleur est une âme à la Nature éclose;
Un mystère d'amour dans le métal repose,
"Tout est sensible!" Et tout sur ton être est puissant.
Crains, dans le mur aveugle, un regard qui t'épie
A la matière même un verbe est attaché…



n° 3252 : , (Samos, v. 560 av. J.-C. — Métaponte, v. 480 av. J.-C.)., Philosophe et mathématicien grec, Philosophie, Ecole Pythagoricienne
Source : Vers Dorés (Pythagore) traduction de Gérard de Nerval  

A- A A+ [↳ Email]




Homme, libre penseur! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l'univers est absent.

Respecte dans la bête un esprit agissant;



n° 3251 : , (Samos, v. 560 av. J.-C. — Métaponte, v. 480 av. J.-C.)., Philosophe et mathématicien grec, Philosophie, Ecole Pythagoricienne
Source : Vers Dorés (Pythagore) traduction de Gérard de Nerval  

A- A A+ [↳ Email]




Tu veux savoir quel est ton principal défaut? Tu ne sais pas compter: tu mets trop haut ce que tu donnes et trop bas ce que tu reçois.



n° 3085 : , (Cordoue, espagne, v. 2 av. J.-C. — Rome, 65 apr. J.-C.)., Philosophe, homme d'État et auteur tragique romain, Philosophie, Stoïcisme
Source : Lettres à Lucilius  

A- A A+ [↳ Email]




Depuis trop longtemps la terre est un asile de fou.



n° 2969 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : le néant et l'esprit  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (2)]




Où j' ai trouvé de la vie, j'ai trouvé la volonté de dominer, et jusque dans la volonté du serviteur, j' ai trouvé la volonté d' être le maître.
Si le faible sert le fort, c' est qu' il y est incliné par sa volonté, qui veut à son tour se rendre maîtresse de plus faibles qu' elle; c' est le seul plaisir auquel elle ne puisse renoncer.
Et de même que l' inférieur se soumet au supérieur afin d' avoir à son tour le plaisir de régenter le plus infime, de même le plus grand de tous se dévoue à son tour et risque au jeu sa vie elle-même.
Quand le plus grand de tous périt en lice à son tour, il prend sur lui risque et péril, c' est une partie de dés avec la mort.
Et sacrifices, et services rendus, et regards amoureux, ce sont encore des manifestations du vouloir de puissance. Par des chemins détournés, le plus faible s'insinue dans la place forte et gagne j'usqu'au coeur du puissant; et là il lui dérobe sa puissance.
Et voila le secret que la vie m'a confié:
" Vois, m'a-t-elle dit, je suis ce qui est contraint de se surmonter soi-même à l' infini. "



n° 2952 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : Ainsi parlait Zarathoustra  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (1)]




Morsque minus poenae quam mora mortis habet.
(La mort est moins cruelle que la crainte de la mort)



n° 2902 :  Ovide , Philosophie
Source : Héroïdes, Epître X. Ariane à Thésée  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (7)]




Deviens ce que tu es, fais ce que toi seul peut faire.



n° 2804 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : La volonté de puissance  

A- A A+ [↳ Email]




Si grande est la faiblesse d'une âme, dont la raison est partie!



n° 2759 : , (Cordoue, espagne, v. 2 av. J.-C. — Rome, 65 apr. J.-C.)., Philosophe, homme d'État et auteur tragique romain, Philosophie, Stoïcisme
Source : De la constance du sage p.43  

A- A A+ [↳ Email]




La limite de la grandeur des plaisirs est l'élimination de tout ce qui provoque la douleur. Là en effet où ce trouve le plaisir, et aussi longtemps qu'il s'y trouve, il y a absence de douleur ou de chagrin ou des deux à la fois.



n° 2713 : , (341 — 270 av. J.-C.)., Philosophe grec, Philosophie, Epicurisme
Source : Ep., III dans Jean Brun: Epicure Et Les Epicuriens Presses Universitaire De France  

A- A A+ [↳ Email]




Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie.



n° 2700 : , (Athènes, 427 — id., 347 av. J.-C.), philosophe grec, Philosophie, Platonisme
Source : La République  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (2)]




la violence est injuste d'où qu"elle vienne.



n° 2649 :  Sartre , XXe siècle, Philosophie
Source :  

A- A A+ [↳ Email]




Aie le courage de te servir de ton propre entendement.



n° 2631 : , (Königsberg, 1724 — id, 1804), philosophe allemand, Philosophie, Kantisme
Source : Qu'est ce que les Lumières; 1784  

A- A A+ [↳ Email]




Ce n'est pas le déterminisme passionnel que nous désirons chez autrui, dans l'amour, ni une liberté hors d'atteinte : mais c'est une liberté qui joue le déterminisme passionnel et qui se prend à son jeu.



n° 2451 :  Sartre , XXe siècle, Philosophie
Source : L'être et le néant  

A- A A+ [↳ Email]




Ce moi, l'être le plus loyal - parle du corps et veut encore le corps, même quand il rêve et s'exalte en voletant de ses ailes brisées.
Il apprend à parler toujours plus loyalement, ce moi : et plus il apprend, plus il trouve de mots pour exalter le corps et la terre.
Mon moi m'a enseigné une nouvelle fierté, je l'enseigne aux hommes : ne plus cacher sa tête dans le sable des choses célestes, mais la porter fièrement, une tête terrestre qui crée le sens de la terre ! (…) Ce furent les malades et les moribonds qui méprisèrent le corps et la terre, qui inventèrent les choses célestes et les gouttes du sang rédempteur : et ces poisons doux et lugubres, c'est encore au corps et à la terre qu'ils les ont empruntés.



n° 2067 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : Ainsi parlait Zarathoustra.  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (1)]




Nier la moralité, cela peut signifier d'abord : nier que les motifs moraux invoqués par les hommes les aient véritablement poussés à agir comme ils l'ont fait, - c'est-à-dire, affirmer que la moralité n'existe qu'en paroles et fait partie des duperies grossières ou subtiles de l'humanité (celles particulièrement où l'on est sa propre dupe), et cela peut-être surtout chez les gens les plus renommés, précisément, pour leur vertu. Ensuite, cela peut signifier nier que les jugements moraux reposent sur des vérités. (…)
Je nie donc la moralité comme je nie l'alchimie : c'est-à-dire que je nie ses postulats mais non qu'il y ait eu des alchimistes qui croyaient à ces postulats et agissaient en fonction d'eux (…) Je ne nie pas - dès lors que je ne suis pas insensé - qu'il faille éviter et combattre de nombreuses actions dîtes immorales, ni qu'il faille encourager et accomplir de nombreuses actions dîtes morales ; mais je pense qu'il faut faire l'un et l'autre pour d'autres raisons que jusqu'à présent. Nous devons changer notre façon de juger, afin de parvenir finalement et peut-être très tard, à mieux encore : changer notre façon de sentir.



n° 2066 : , (Röcken, près de Lützen, 1844 — Weimar, 1900), philosophe et écrivain allemand, Philosophie
Source : Aurore, II, § 103  

A- A A+ [↳ Email]




Les êtres raisonnables sont appelés personnes, parce que leur nature même en fait des fins en soi, c'est-à-dire quelque chose qui ne peut pas être simplement employé comme moyen, quelque chose qui, par conséquent, met une limite à la faculté de chacun d'agir à son gré (et est un objet de respect). Les êtres raisonnables ne sont donc pas des fins simplement subjectives, dont l'existence, effet de notre activité, n'a de valeur que pour nous ; ce sont des fins objectives, c'est-à-dire des choses dont l'existence est une fin en soi-même, et même une fin telle qu'on ne peut la remplacer par aucune autre à laquelle celle-ci servirait simplement de moyen.



n° 2065 : , (Königsberg, 1724 — id, 1804), philosophe allemand, Philosophie, Kantisme
Source : Fondements de la métaphysique des mœurs.  

A- A A+ [↳ Email]




Il n'en est pas de même de l'âme : nous ne la connaissons point par son idée ; nous ne la voyons point en Dieu ; nous ne la connaissons que par conscience, et c'est pour cela que la connaissance que nous en avons est imparfaite ; nous ne savons de notre âme que ce que nous sentons se passer en nous. Si nous n'avions jamais senti de douleur, de chaleur, de lumière, etc., nous ne pourrions savoir si notre âme en serait capable, parce que nous ne la connaissons point par son idée. Mais si nous voyions en Dieu l'idée qui répond à notre âme, nous connaîtrions en même temps ou nous pourrions connaître toutes les propriétés dont elle est capable ; comme nous connaissons ou nous pouvons connaître toutes les propriétés dont l'étendue est capable, parce que nous connaissons l'étendue par son idée.
Il est vrai que nous connaissons assez par notre conscience ou par le sentiment intérieur que nous avons de nous-mêmes que notre âme est quelque chose de grand, mais il se peut faire que ce que nous en connaissons ne soit presque rien de ce qu'elle est en elle-même. Si on ne connaissait de la matière que vingt ou trente figures dont elle aurait été modifiée, certainement on n'en connaîtrait presque rien, en comparaison de ce que l'on en connaît par l'idée qui la représente. Il ne suffit donc pas pour connaître parfaitement l'âme de savoir ce que nous en savons par le sentiment intérieur, puisque la conscience que nous avons de nous-mêmes ne nous montre peut-être que la moindre partie de notre être.



n° 2064 : , (Paris, 1638 — id., 1715), philosophe français, Philosophie
Source : De la Recherche de la vérité, Livre III, 2ème partie, VII  

A- A A+ [↳ Email]




J'appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. (…) Vous le voyez bien, je ne fais pas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.
Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple: une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvement et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée.
Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut.
Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leurs appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme e non se laisser contraindre.



n° 2063 : , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Lettre LVIII à Schuller  

A- A A+ [↳ Email]




Puisque la Raison n'exige rien qui s'oppose à la Nature, elle exige donc elle-même que chacun s'aime soi-même, qu'il recherche sa propre utilité, en tant qu'elle est réellement utile, qu'il poursuive tout ce qui conduit réellement l'homme à une plus grande perfection, et que, d'une manière générale, chacun s'efforce de conserver son être autant qu'il le peut. Tout cela est aussi nécessairement vrai que le fait, pour un tout, d'être plus grand que la partie. Ensuite, du fait que la vertu n'est rien d'autre qu'agir selon les lois de sa propre nature, et que personne ne s'efforce de conserver son être si ce n'est selon les lois de sa propre nature, on tirera trois conséquences. Premièrement, le fondement de la vertu est l'effort même pour conserver son être, et le bonheur consiste en ce fait que l'homme peut conserver son être. Deuxièmement, la vertu est à poursuivre pour elle-même, et il n'existe rien qui soit plus valable qu'elle, ou plus utile pour nous, et en vue de quoi elle devrait être poursuivie. Troisièmement, enfin, ceux qui se suicident ont l'âme impuissante et sont totalement vaincus par des causes extérieures qui s'opposent à leur nature.



n° 2062 : , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Ethique, IV, Proposition 18, Scolie  

A- A A+ [↳ Email]




Certes les choses se passeraient d'une façon bien plus heureuse, s'il était au pouvoir des hommes aussi bien de se taire que de parler. Mais, l'expérience l'enseigne assez, rien n'est moins au pouvoir de l'homme que sa parole, et il ne peut rien moins faire que diriger ses appétits ; de là provient la croyance que nous n'agissons avec liberté qu'à l'égard des choses que nous poursuivons sans ardeur, parce que l'appétit de ces choses pourrait être aisément contrarié par le souvenir de quelque autre objet fréquemment rappelé ; et, croit-on, cette liberté serait infime lorsque nous poursuivons les objets par un désir intense qui ne peut être apaisé par le souvenir d'autres objets. Si, cependant, ils n'avaient eux-mêmes expérimenté qu'on accomplit beaucoup de choses dont par la suite on se repent, et que, fort souvent, tourmentés par des affects contraires, nous voyons le meilleur et nous suivons le pire, rien n'empêcherait les hommes de croire que nous accomplissons librement toutes nos actions. C'est ainsi qu'un petit enfant croit librement désirer le lait, un adolescent irrité vouloir la vengeance, ou un pusillanime, la fuite. L'homme ivre croit également, par un libre décret de l'Esprit, dire des choses que, devenu lucide, il voudrait avoir tues; de même le délirant, la bavarde, l'enfant et un grand nombre d'individus de même sorte croient parler par un libre décret de l'Esprit alors qu'ils sont incapables de contenir l'impulsion de parler. Ainsi donc, l'expérience n'enseigne pas avec moins de clarté que la Raison, ce fait que les hommes se croient libres par cela seul qu'ils sont conscients des causes qui les déterminent.



n° 2061 : , (Amsterdam, 1632 — La Haye, 1677)., Philosophe hollandais, Philosophie
Source : Ethique, III, Proposition 2, Scolie.  

A- A A+ [↳ Email]




La nature m'enseigne aussi par ces sentiments de douleur, de faim, de soif, etc., que je ne suis pas seulement logé dans mon corps, ainsi qu'un pilote en son navire, mais, outre cela, que je lui suis conjoint très étroitement et tellement confondu et mêlé, que je compose comme un seul tout avec lui. Car, si cela n'était lorsque mon corps est blessé, je ne sentirais pas pour cela de la douleur, moi qui ne suis qu'une chose qui pense, mais j'apercevrais cette blessure par le seul entendement, comme un pilote aperçoit par la vue si quelque chose se rompt dans son vaisseau ; et lorsque mon corps a besoin de boire ou de manger, je connaîtrais simplement cela même, sans en être averti par des sentiments confus de faim et de soif. Car en effet tous ces sentiments de faim, de soif, de douleur, etc., ne sont autre chose que de certaines façons confuses de penser, qui proviennent et dépendent de l'union et comme du mélange de l'esprit avec le corps.



n° 2060 : , (La Sibyllière, Indre-et-Loire, 1596 — Stockholm, 1650), philosophe français, Philosophie, Cartésianisme
Source : Méditations métaphysiques, méditation sixième.  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (1)]




Je ne suis point cet assemblage de membres, que l'on appelle le corps humain ; je ne suis point un air délié et pénétrant, répandu dans tous ces membres ; je ne suis point un vent, un souffle, une vapeur, ni rien de tout ce que je puis feindre et imaginer, puisque j'ai supposé que tout cela n'était rien, et que, sans changer cette supposition, je trouve que je ne laisse pas d'être certain que je suis quelque chose. (…)
Mais qu'est-ce donc que je suis ? Une chose qui pense. Qu'est-ce qu'une chose qui pense ? C'est-à-dire une chose qui doute, qui conçoit, qui affirme, qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent.



n° 2059 : , (La Sibyllière, Indre-et-Loire, 1596 — Stockholm, 1650), philosophe français, Philosophie, Cartésianisme
Source : Méditations métaphysiques, méditation seconde  

A- A A+ [↳ Email]




Puis, examinant avec attention ce que j'étais, et voyant que je pouvais feindre que je n'avais aucun corps, et qu'il n'y avait aucun monde ni aucun lieu où je fusse ; mais que je ne pouvais pas feindre pour cela que je n'étais point ; et qu'au contraire de cela même que je pensais à douter de la vérité des autres choses, il suivait très évidemment et très certainement que j'étais ; au lieu que si j'eusse seulement cessé de penser, encore que tout le reste de ce que j'avais jamais imaginé eût été vrai, je n'avais aucune raison de croire que j'eusse été ; je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser, et qui pour être n'a besoin d'aucun lieu ni ne dépend d'aucune chose matérielle ; en sorte que ce moi, c'est-à-dire l'âme, par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps, et même qu'elle est plus aisée à connaître que lui, et qu'encore qu'il ne fût point, elle ne laisserait pas d'être tout ce qu'elle est.



n° 2058 : , (La Sibyllière, Indre-et-Loire, 1596 — Stockholm, 1650), philosophe français, Philosophie, Cartésianisme
Source : Discours de la méthode, 4ème partie  

A- A A+ [↳ Email]
Commentaire(s):  [↳ Voir (2)]

Page:  2 |3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | Etc.


Vous avez aimé cette page ? Partagez-la !


Vous aimez Onelittleangel ? Suivez-nous !





Religion du Monde |  Calendrier
des Religions du Monde
 |  Bibliothèque d'images
des Religions du Monde
 |  Chronologie
des Religions du Monde
 | 



Home  |  Plan |  Divination gratuite en ligne  |  Liens  |  Projet @onelittleangel.com